Espagne : Seuls les spécialistes devraient cultiver des patates douces

De nouvelles utilisations ont été trouvées pour les patates douces en cuisine. Elles sont maintenant consommées sous forme de frites, fraiches, comme ingrédient pour les purées et même pour l'alimentation des bébés. Ces nouveaux usages atteignent la province de Cadix et les producteurs travaillent déjà sur cette culture, qui peut devenir une alternative pour l'avenir.

C'est le cas d'Antonio de León et Javier Castellano, qui testent cette culture depuis trois ans. Le président d'Asaja-Cádiz, Pedro Gallardo, et le secrétaire général, Luis Ramírez, en ont profité pour tout apprendre sur ce tubercule. « Il ne s'agit pas d'un nouveau pari pour la province, puisque la culture a été introduite pour la première fois il y a quelques années, mais maintenant, elle a commencé à prospérer en raison de l'augmentation de la demande des marchés étrangers, en particulier la France, le Royaume-Uni et l'Allemagne, ainsi que de certains pays d'Europe de l'Est ». Ils ajoutent que « la province compte environ 2 100 hectares consacrés à la culture de la patate douce, dont le rendement moyen est de 30 à 40 tonnes par hectare ». Un autre point à souligner est qu'il s'agit « d'une culture très sociale, parce qu'une grande partie du travail se fait à la main et, par conséquent, génère des emplois. » 

Cependant, la culture de la patate douce n'est pas un lit de roses, comme l'expliquent les associés d'Asaja-Cádiz, Antonio de León et Javier Castellano : « c'est une culture difficile, sensible aux conditions climatiques et qui ne doit être cultivée que par des spécialistes. Toute erreur est coûteuse et comporte d'énormes risques, étant donné les coûts élevés de la main-d'œuvre et de l'irrigation. C'est une culture pour les courageux. » 

Source : diariodecadiz.es


Date de publication :



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


© FreshPlaza.fr 2018