Marché mondial : les poivrons

Qu'ils soient rouges, verts, jaunes, clochettes ou pointus, les poivrons sont cultivés dans le monde entier. Selon les pays, le produit reste sur le marché intérieur ou est principalement exporté vers les pays voisins. En Europe, l'offre évolue. La saison touche à sa fin en Europe du Nord, tandis que les premières livraisons en provenance d'Europe du Sud sont déjà sur les tablettes. Aux États-Unis aussi, les gens attendent le changement de l'offre. Dans quelques semaines, la récolte commencera en Arizona, où une récolte plus importante est attendue.

 

Bon été pour les poivrons allemands
Contrairement à de nombreux autres fruits et légumes, les poivrons ont connu un bel été. Un producteur allemand nous dit que « bien sûr, il faisait chaud, mais comme les poivrons sont cultivés en serre, ils ont été à peine touchés. Nous pouvons bloquer la lumière du soleil, et grâce à l'irrigation, nous ne dépendons pas de la pluie. » Le nombre d'heures d'ensoleillement et la température ont été bons pour ce cultivateur qui a très peu souffert des problèmes de maladies. « Certains poivrons ont des brûlures, mais seule une part insignifiante de la production en a été affectée. » En ce moment, les prix sont bas en raison de la faible demande.

Les poivrons pointus ont vu leur part de marché augmenter par rapport aux poivrons et, en général, la tendance est plutôt aux petits légumes. Les légumes à grignoter se portent particulièrement bien. « Le poivron local est très important et les poivrons pointus de la région se comportent bien par rapport aux poivrons importés des Pays-Bas, par exemple. Les poivrons pointus sont de plus en plus populaires parce que la plupart des variétés sont plus sucrées. » 

Les poivrons sont un produit intéressant pour les producteurs, mais dans certaines régions d'Allemagne, le marché est saturé. C'est pourquoi certains producteurs ont décidé de ne pas planter ces variétés.

Benelux : l'offre dans le Sud augmente - L'offre intérieure est suffisante jusqu'à la semaine 44
La saison des produits belges et néerlandais s'achève lentement. L'approvisionnement par le sud est déjà bien avancé. Dans plusieurs supermarchés, il y a déjà des produits espagnols sur les rayons. Ainsi, lorsqu'on vend sur le marché allemand, il est vraiment difficile d'obtenir de bons prix en raison de la forte concurrence espagnole. La qualité des poivrons importés est plutôt bonne, en fonction du temps qui s'écoule entre leur récolte et leur mise en rayon. Les perspectives pour la production espagnole sont positives. Le temps est maintenant favorable, mais cela pourrait changer très rapidement. Pour l'instant, aucun problème n'est prévu.

La production nationale est maintenant largement disponible. Le marché est actuellement stable, après un pic de prix vers début septembre. Pour Royal ZON, le prix du poivron jaune s'est démarqué le plus au cours de la semaine 41, s'établissant à environ 1 euro. Les prix des poivrons rouges et oranges se situent en dessous. Lors des ventes aux enchères affiliées à la Fédération des coopératives horticoles belges, les prix moyens des poivrons verts étaient les plus élevés en semaine 40, atteignant 96 cents, tandis que les poivrons rouges étaient les moins chers, avec 71 cents. Pas de prix « faramineux », selon un commerçant, mais "pour la période de l'année, les ventes vont toujours bien".

A partir de la semaine 44, il y a traditionnellement moins de produits nationaux sur le marché. De manière générale, « la saison n'a pas été bonne » pour les produits belges et néerlandais. L'été chaud a entraîné de nombreux rejets, ce qui s'est traduit par une part relativement faible de produits de classe 1. Le poids du produit avait également tendance à être faible en été, ce qui signifie que les poivrons les plus lourds obtiennent les meilleurs prix.

« Les poivrons ont besoin d'un coup de pouce en Belgique » 
La fin de la récolte du poivron est en vue, elle se poursuivra pendant encore deux à trois semaines. La situation dans le secteur du poivron est loin d'être idéale cette année. Il y a eu des hauts et des bas tout au long de la saison. Il n'a pas été mauvais pendant toute la période, mais l'équilibre global n'est pas bon. Les entreprises ont fait beaucoup pour essayer de donner un coup de pouce aux poivrons, par exemple, en les emballant dans différents formats et en pariant sur les poivrons pointus et les piments forts. Parvenir à innover avec les poivrons nécessite plusieurs tentatives.

L'Italie est confrontée à la concurrence aux Pays-Bas et en Espagne
Comme c'est le cas pour les tomates, les poivrons sont demandés toute l'année. Outre la production nationale, il existe également des importations en provenance d'Espagne et des Pays-Bas. Ces pays fournissent principalement des poivrons, qui diffèrent des variétés allongées italiennes plus traditionnelles (Lamuyo).

Aucun pic ou creux n'a été enregistré pendant la saison du poivron dans la région de Caserte. Un producteur dit que « depuis le début de la saison, le marché est calme et il n'y a pas eu de hausses de prix importantes. Le produit n'a pas été manqué, malgré le fait que le début de la saison a été retardé d'une semaine. » Selon les producteurs, le Lamuyo est le plus populaire parmi les consommateurs. « Nous nous concentrons sur le marché intérieur, mais au début de la saison, il y avait une bonne demande de poivrons verts d'autres pays. » 

Un grossiste du centre de l'Italie ajoute que les poivrons « n'ont pratiquement pas changé de prix. » En été, la production italienne (classe 1) a rapporté de 1 à 1,50 euros sur le marché de gros. En hiver, le prix peut aller jusqu'à 1,50 à 2 euros. Un autre trader a une préférence claire. « Je n'aime pas le produit néerlandais, qui est aussi bon que de mauvais goût. Les poivrons espagnols sont meilleurs que les poivrons hollandais. » Si les produits italiens sont disponibles, ce commerçant préfère dépenser son argent en poivrons italiens. Les poivrons de Venise sont vendus entre 1,30 et 1,50 euro le kilo.

Les producteurs de tomates de l'Arizona optent pour les poivrons doux
Un commerçant nous parle du passage aux poivrons mexicains. Actuellement, l'offre en provenance de ce pays est inférieure à la normale en raison du mauvais temps inhabituel. « Le temps a été mauvais dans tout le Mexique et il semble qu'il va le rester pour le moment »,  dit le négociant. Les parties centrales du pays ont reçu beaucoup plus de pluie que la normale et l'humidité est plus élevée. Il en résulte des problèmes au niveau de la qualité.

La campagne locale en Arizona commence dans six à huit semaines.
« J'ai entendu dire que de nombreux producteurs plantent plus de poivrons verts cette année », dit un négociant. Ce sont des producteurs qui tournent le dos au marché saturé des tomates roms et optent pour les poivrons ou les concombres. En même temps, la demande en poivrons est forte.

Comme on pouvait s'y attendre, le prix a augmenté. « En moyenne, les prix sont probablement plus élevés d'environ 2 $, rapporte un trader. Le prix a fluctué il y a un mois pour des raisons inexpliquées. Le prix devrait rester stable au cours de la période à venir. « Je m'attends à un bon marché avec une bonne demande » , dit un trader. "Les prix resteront stables dans les six prochaines semaines, mais je m'attends à ce qu'ils changent d'ici fin novembre et début décembre. » 

Mexique : les poivrons, un produit d'exportation stratégique
Le pays d'Amérique du Nord se classe parmi les trois premiers exportateurs mondiaux de piments réguliers et de piments forts. Par conséquent, ces produits sont considérés comme des cultures stratégiques pour la planification agricole nationale 2017-2030 du Ministère. « La demande internationale a augmenté dans vingt pays d'Amérique, d'Asie et d'Europe, ainsi que dans les pays où le Mexique n'a pas d'accord de libre-échange. Cela fait de notre pays l'un des plus grands concurrents internationaux. » Près d'un tiers de la récolte totale est exportée et le pays occupe une position solide dans des pays comme les États-Unis, le Canada et le Guatemala. En 2017, le pays a exporté 150 304 tonnes pour 153,7 millions de dollars.

L'Australie se concentre sur le marché intérieur
Bien que les poivrons soient cultivés toute l'année, le pic est clairement atteint pendant les mois d'été. Dans la campagne 2016-17, 73 488 tonnes de poivrons ont été récoltées, selon les données de Hort Innovation. Ce volume a été vendu pour 172,4 millions de dollars, ce qui représente une augmentation de 24 % par rapport à l'année précédente. Presque tous les poivrons restent sur le marché intérieur. Seulement 346 tonnes ont été exportées. Ainsi, les exportations ont enregistré une baisse de 28 %. Entre-temps, les importations diminuent également chaque année.

La Chine se développe pour l'industrie de transformation
Les poivrons ne sont pas très populaires auprès des consommateurs chinois ; cependant, les piments forts sont très populaires. La plupart des poivrons frais produits là-bas sont destinés à l'exportation vers d'autres pays d'Europe et d'Amérique du Nord. Toutefois, les coûts de transport sont élevés, car la durée de conservation de ces produits n'est pas très longue, de sorte que la plupart des entreprises chinoises commencent par transformer les poivrons avant de les exporter ou de les revendre. Afin de garantir une durée de conservation plus longue, de nombreux poivrons sont séchés ou marinés.

En outre, de nombreux poivrons chinois sont transformés en paprika en poudre après la récolte, puis exportés vers d'autres pays ou vendus en Chine. En août dernier, il y a eu beaucoup de pluie dans le Shandong provoquant des inondations qui ont causé beaucoup de dégâts aux serres de légumes de la région. On s'attend à ce que ces dommages soient complètement réparés d'ici l'année prochaine. Dans le Xinjiang, la récolte des poivrons rouges vient d'être achevée et ceux-ci sont maintenant sur le marché.


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)