Les producteurs turcs passent de la tomate et du poivron au pitaya

En raison de l'augmentation des coûts de culture des tomates, poivrons et autres légumes de serre à Antalya, en Turquie, certains producteurs, comme Bilal Bayram, se tournent vers la culture du pitaya, appelé aussi « fruit du dragon ».

Bayram a eu sa première récolte l'année dernière. Cette saison, le fruit est vendu au prix de 1,53 à 2,18 € l'unité. Comme tous les cactus, le pitaya n'a pas besoin de beaucoup d'eau, et il peut être cultivé avec des engrais organiques, ce qui réduit les coûts et les rend plus prévisibles. Il a commencé par une superficie de 1500 m2, sur laquelle il a planté 1500 plantes.

La récolte a commencé exactement un an après la plantation, et le producteur est très satisfait des prix payés. Selon lui, durant la première année, ils oscillaient entre 0,87 et 2,18 €  pour chaque fruit, selon leur taille. Le producteur affirme également que les coûts de production sont faibles et croit que le pitaya peut être une bonne alternative pour de nombreux producteurs de la région. Le rendement des fruits s'est avéré plus élevé que prévu. Il s'attendait à obtenir 300 à 500 fruits la première année, mais en fait, il a récolté 2000 à 3000 fruits.

Un autre avantage important est la réduction des coûts de main d'œuvre. Lors de la culture de tomates en serre, 3 ou 4 employés sont nécessaires pour récolter une superficie de 3000 m2, alors qu'une seule personne par 5000 m2 est nécessaire pour la récolte du pitaya. Un autre avantage du fruit est sa longue durée de conservation. A une température de l'air de 4 °C, les fruits peuvent être conservés jusqu'à 34 semaines. C'est une bonne chose à la fois pour le producteur et pour le commerçant, car cela réduit au minimum les pertes de produits.

Compte tenu de ces résultats, les producteurs d'autres régions du pays commencent maintenant à manifester de l'intérêt pour la production de pitaya. Pour eux, les avantages du fruit ne se limitent pas à la vente et à la commercialisation, mais aussi au processus de production lui-même, car il résiste au froid et n'est pas encore menacé par les maladies et les ravageurs.

Le produit peut être récolté en cinq périodes distinctes, de mai à novembre. De plus, le fruit est très sain. On croit qu'il peut aider à prévenir le diabète. Les producteurs turcs vendent leurs récoltes au prix d'environ 2,18 €, alors que dans certains pays de l'UE, leur prix de détail atteint 9 euros par fruit. Sur le marché local, le prix de détail du pitaya atteint 5,67 à 10 €.  

Source : fruit-inform.com


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)