Journal Frontiers in Environmental Science

Une nouvelle étude révèle que des plantes indigènes résistantes à la sécheresse peuvent irriguer des cultures vivrières

Un arbuste qui pousse dans les conditions les plus difficiles pourrait être utilisé pour stimuler la croissance des cultures dans les zones exposées à la sécheresse et à l'insécurité alimentaire de l'Afrique de l'Ouest.

Selon une nouvelle étude publiée dans la revue Frontiers in Environmental Science, la croissance de ces arbustes parallèlement aux cultures vivrières telles que le mil a augmenté de plus de 900 %. 

Richard Dick, pédologue dans l’état de l’Ohio, a parcouru le Sénégal, en Afrique de l’Ouest, quand il a remarqué des arbustes bas qui semblaient bien se porter malgré les conditions arides qui avaient détruit la plupart des autres types de végétation dans les champs des agriculteurs.

Une étude récemment publiée montre que ces mêmes arbustes, une fois plantés à côté du mil, partagent la précieuse eau qu’ils puisent et stimulent la production de l’une des principales céréales qui alimentent l’Afrique de l’Ouest.

« Les populations de cette partie de l’Afrique dépendent des cultures locales pour survivre. Il est essentiel de trouver des moyens d'accroître la production alimentaire, en particulier en période de sécheresse extrême », a déclaré Dick, professeur d'écologie microbienne des sols à l’université de l’Ohio.

La nouvelle étude a révélé que certains arbustes ligneux, notamment le Guiera, du nom latin Guiera senegalensis, peuvent effectivement partager leur eau sous la surface du sol avec des plants de mil. Le mil, une culture céréalière, avec le sorgho, est l’une des sources de nourriture essentielles au Sénégal.

Dick et son équipe de recherche ont mis au point un système de gestion des cultures innovant qu’ils appellent le « système optimisé pour arbustes », qui tire parti de ces arbustes facilement disponibles.

Parallèlement à une augmentation spectaculaire des rendements, ce système améliore la qualité du sol, les éléments nutritifs dans les cultures et réduit le temps nécessaire à la régénération.

Source: tunisiesoir.com


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)