L'Association des producteurs et emballeurs-exportateurs d'avocats du Mexique (APEAM)

« Nous avons réussi à concilier les éléments qui composent cette grande industrie »

« La situation a été réglée. Après d'intenses pourparlers, les producteurs militants ont décidé de mettre fin à leurs protestations. Les récoltes reprennent normalement à partir du 14 novembre. Les parties ont convenu d'améliorer la transparence de l'information, afin que chacun soit informé de la réalité du marché et des coûts ainsi que des marges de commercialisation. Selon nos lois, aucun prix n'a été fixé collectivement ; chaque producteur négociera la vente de ses propres fruits avec l'emballeur de son choix », dit Ramón Paz, de l'APEAM, soulagé et heureux de partager cette bonne nouvelle.

Il explique que tout au long du processus, l'APEAM a toujours soutenu ses deux secteurs : les producteurs et les conditionneurs. Elle a « insisté pour maintenir le cadre juridique et chercher à rétablir le plus rapidement possible la normalité de notre industrie, une industrie qui nous a tous fait travailler et réaliser de grands profits au fil des ans. »

L'APEAM a envoyé une déclaration dans laquelle elle déclarait : « Nous tenons à vous informer qu'aujourd'hui, nous avons une fois de plus montré que nous sommes une association de classe mondiale. Avec nos 21 ans d'expérience et grâce au travail et à l'effort de nos associés, nous avons su concilier les éléments qui composent cette grande industrie. »

Comme Ramón Paz l'a déjà mentionné, les derniers jours ont été remplis de discussions intenses qui ont occasionné de nombreuses pertes. Ce problème, en plus d'avoir un impact social et économique, a eu un impact négatif sur la confiance entre tous les acteurs de la chaîne.

Heureusement, un accord a été conclu aujourd'hui qui obligera chacun à redoubler ses efforts de communication et de compréhension. Être un organisme exemplaire et global, c'est maintenir une culture de coopération et de syndicalisme pour mieux défendre ce que nous représentons.

Compte tenu des dommages causés et de l'affaiblissement des maillons de la chaîne, ainsi que de la déception et de l'insatisfaction des consommateurs, nous vous présentons nos excuses et ferons tout le nécessaire pour que cela ne se reproduise pas, le tout dans un cadre légal et durable car notre industrie est de premier plan à l'échelle mondiale.

L'APEAM, A.C., est d'accord et appuie l'entente que les représentants de l'industrie ont conclue dans le cadre de la loi, les producteurs et les emballeurs travaillant ensemble pour réactiver la récolte et la commercialisation des avocats.

Lors d'une réunion tenue par les deux secteurs devant des représentants du Gouvernement du Michoacán et des autorités fédérales, et avec le maire de la ville d'Uruapan comme hôte et témoin, les accords suivants ont été conclus afin de réactiver la récolte, le transport, le conditionnement et l'expédition des avocats du Michoacán vers tous les marchés et destinations, sans oublier les fruits pouvant légalement venir des autres États pour transformation et expédition vers les destinations autorisées par la loi :

1. Les parties (producteurs et emballeurs) s'engagent à empêcher les fruits en provenance d'autres États d'arriver et d'être emballés et exportés comme fruits de l'État du Michoacán, sans respecter la réglementation actuelle.

2. Les parties conviennent qu'à compter de cette date, l'APEAM fournira un rapport hebdomadaire contenant des renseignements sur la production exportée et nationale, les marchés, les volumes, les producteurs et leurs destinations. Le but est de communiquer des informations sur la valeur commerciale des avocats dans le monde.

3. Les parties se déclarent prêtes à travailler ensemble pour s'occuper du marché intérieur et du marché d'exportation, en s'efforçant d'entretenir des relations avec les négociants en bout de chaîne.

4. Les parties conviennent que les prix du marché seront adaptés à la loi de L'OFFRE ET DE LA DEMANDE. Les producteurs auront la liberté de vendre leurs fruits par l'intermédiaire d'un conditionneur de leur choix s'ils estiment que cela est avantageux pour leur entreprise.

5. Les parties déclarent aussi que les contrôles de mobilisation seront respectés. Ainsi, les autorités fédérales et étatiques se sont engagées à effectuer les contrôles phytosanitaires de manière permanente, avec l'appui du secteur producteur.

6. Enfin, il est convenu que, si les points ci-dessus ne sont pas respectés, les emballeurs et les producteurs seront sanctionnés conformément aux lois phytosanitaires, au plan de travail binational entre le Mexique et les États-Unis et à toute autre loi pertinente.


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)