« L'Ukraine deviendra un acteur majeur sur le marché bio »

Avec l'abondance de pommes disponibles en ce moment en Europe, se limiter à cultiver ce fruit en grandes quantités n'est bon pour personne. Les prix sont très bas et les cultivateurs doivent trouver un moyen d'ajouter une certaine valeur à leurs produits, s'ils souhaitent tirer un bénéfice à chaque saison. L'entreprise ukrainienne Vinaigrette estime qu'elle doit avant tout se concentrer sur la qualité.

La saison a été particulièrement difficile pour les cultivateurs ukrainiens de pommes, selon Maxim Kulik, agro-consultant pour Vinaigrette. En raison des conditions météorologiques, les volumes sont plus importants que jamais, ce qui rend la compétition difficile avec de simples pommes ordinaires. « Même avec la situation actuelle, nous devons continuer d'honorer des contrats. Actuellement, nous fournissons le Royaume-Uni pour la troisième année. C'est environ 80 % de notre production. Même si la Pologne fournit des pommes meilleur marché, nous la devançons par notre qualité. Nous utilisons aussi moins de pesticides sur nos produits, ce que nos clients peuvent facilement mesurer. Pour cette raison, ils sont prêts à payer davantage pour des pommes ukrainiennes. »

Se concentrer sur la qualité des pommes ajoute déjà de la valeur aux produits, mais Vinaigrette propose davantage, affirme Kulik : « Nous faisons pousser des pommes bio depuis maintenant assez longtemps et cela nous donne vraiment un avantage. Nous avons reçu tous les certificats requis et, avec le temps, je suis vraiment convaincu que l'Ukraine sera un acteur majeur sur le marché bio. Nous avons beaucoup de potentiel, grâce à nos sols fertiles, et d'autres pays commencent à s'en rendre compte. En ce moment, nous cultivons des pommes sur environ 1 000 hectares et je m'attends à ce que cela grimpe jusqu'à 5 000 ou 10 000 d'ici quelques années. »

En ce moment, néanmoins, un gros problème touche les travailleurs en Ukraine, dans la mesure où les fermes petites et moyennes n'ont pas les moyens de récolter toutes leurs pommes. « Notre main d'œuvre part à l'étranger pour obtenir un meilleur salaire. La plupart des exploitations de petites et moyennes envergures ne peuvent pas se permettre de proposer les mêmes rémunérations que d'autres pays. Notre entreprise, en particulier, n'a pas ce problème, car nous pouvons vendre nos pommes à un prix plus élevé et nous avons davantage d'argent pour offrir de bons salaires aux travailleurs. Cela reste toutefois un enjeu à examiner. Quand des pommes sont vendues 3 ou 4 cents par kilo, et que les coûts de leur exportation s'élèvent à 11 ou 12 cents par kilo, cela devient un problème. De plus, de la nourriture est gaspillée. »

Vinaigrette participera au Fruit Logistica de Berlin, mais pas pour présenter ses pommes : « Nous avons développé une application, il y a un certain temps déjà, qui suit les prix sur le marché européen. Nous l'avons mise à jour depuis son lancement et c'est ce que nous souhaitons partager avec les visiteurs, à Berlin. » 

Pour davantage d'informations :
Maxim Kulik
Vinaigrette LLC
Tél. : +38 0999 100 251
sales@trebyan.com    
www.vinigrette.com 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)