Estimations des fruits d'arbres ajustées : saison régulière attendue

La saison néerlandaise pour les fruits d'arbres a débuté il y a quelques semaines. Pour la plupart des cultivars, comme les poires Elstar et Conférence, la nouvelle saison a commencé à la semaine 40. Les premières Kanzi et Migo se sont alors retrouvées sur les rayons. Cette année, FruitMasters s'est engagé à faire la promotion de la Migo. Cette poire est vue comme une innovation dans le secteur. Leonard Kampschöer en parle, alors qu'elle entame sa troisième année sur le marché. À côté, il suit aussi la saison des fruits d'arbre en général et les estimations des récoltes, dorénavant réajustées pour une grande partie de l'Europe.

En août, la WAPA a présenté les estimations des récoltes pour la saison des fruits d'arbres européens. Pour les pommes et les poires, elle était pressentie comme plus importante que l'an dernier. Les chiffres indiqués à ce moment ont depuis été revus, un peu à la baisse. « Au début de la saison, les estimations pour les poires étaient élevées, mais elles viennent d'être réajustées en raison de la sécheresse », relève Leonard. FruitMasters s'attend à une récolte de poires normale pour cette année. Par comparaison avec les premières estimations, les chiffres de la récolte ont été revus à la baisse d'environ 10 %. Les programmes peuvent être remplis jusqu'en juillet 2019 environ, suggérant une bonne saison. La taille de la Conférence est bonne et elle n'est pas trop rêche. « Les poires ont une pelure plus verte et plus douce », remarque Leonard.

Les Pays-Bas : un pays d'eau
« Aux Pays-Bas, nous sommes chanceux de pouvoir irriguer environ 80 % du territoire. Grâce à cela, nous obtenons une bonne qualité, à l'échelle nationale. La Zélande et le Limbourg subissent un peu plus les conséquences de la sécheresse. La plupart des membres de FruitMasters se trouvent dans des régions humides. Pour cette raison, nous nous attendons à une bonne qualité de fruit avec une teneur en sucre élevée et beaucoup de couleurs », il ajoute. En été, pendant les semaines sèches, l'eau de l'IJsselmeer était déviée vers les rivières. C'est là que l'efficacité des réseaux aquatiques aux Pays-Bas a fait ses preuves. « Le réseau et la gestion des eaux aux Pays-Bas est quelque chose dont nous pouvons être fiers. Ils pourraient peut-être être améliorés dans certaines régions, où il n'y a que de l'eau salée, mais des gens sont déjà en train d'y travailler. »

En raison de la sécheresse, les chiffres de production ont aussi été ajustés pour les pommes. Néanmoins, le fruit néerlandais est gros, par comparaison avec les productions européennes. Pour l'Elstar, les estimations ont été revues à la baisse de 15 %. Pour les régions capables d'irriguer, la taille des poires est grande (principalement entre 60 et 75). « Le fruit a pris une belle couleur et la saison a débuté avec 10 jours d'avance », note Leonard. Les chiffres de production ont été adaptés à une récolte normale pour toute l'Europe de l'Ouest. La Pologne détermine les chiffres de la WAPA, mais Leonard souligne des différences majeures dans les estimations fournies par 2 instances officielles de ce pays. L'écart relevé atteint 1,4 milliard de kilogrammes de pommes.

Migo : la poire pour la route
« Avec FruitMasters, nous avons un bon mélange de fruits d'arbres de variétés traditionnelles, complétées par de nouvelles qui sont aux goûts des consommateurs », poursuit Leonard. « Nous obtenons un bon équilibre entre les variétés club et indépendantes. » Les variétés club de FruitMasters incluent les Rubens, Junami, Kanzi et Migo. La poire Migo est disponible depuis trois ans et les perspectives sont prometteuses. « L'an dernier, nous voulions poursuivre jusqu'en juin, mais nous étions déjà à court de stock à la fin du mois de mars », se souvient Leonard. Le volume a été doublé pour cette année.

La « poire pour la route » pousse aux Pays-Bas, en Belgique, en Allemagne et au Royaume-Uni. FruitMasters en est le copropriétaire et commercialise cette variété club via l'EFC. En Belgique, c'est BelOrta qui s'en charge. « La Migo obtient de plus en plus d'attention sur le marché européen », complète Leonard. Ceci est conforté par plusieurs campagnes visant à faire connaître la Migo. La place sur les rayons, à côté de la Conférence et d'autres cultivars de poires, est limitée, mais la Migo cible un nouveau public : c'est une poire nouvelle au goût sucré qui ne goutte pas. Des études indiquent que les « anti-poires » seraient prêts à l'acheter, parce qu'elle ne coule pas quand on la mange. « C'est une poire facile pour la route. Ceci ne provoque pas non plus de cannibalisme au sein du secteur du fruit. »

La Conférence se fait une place en Chine
Dorénavant, FruitMasters investit surtout dans le développement du marché européen pour la Migo, mais, à long terme, l'exportation vers des destinations lointaines n'est pas exclue. La Conférence est expédiée à l'échelle mondiale ; grâce à la licence d'exportation de la Chine, cette poire était déjà présente sur ce marché depuis quelques années. Le marché chinois pour cette poire croît doucement mais sûrement. « En Chine, la Conférence est de plus en plus prisée pour son goût. Nous constatons qu'elle se fait une place », indique Leonard. À cause de la pelure verte, cette année, la qualité des poires Conférence répond sans problème à la demande chinoise. »

L'exportation vers des destinations lointaines est davantage explorée ; des pays comme le Vietnam et le Brésil sont des marchés potentiels. Leonard ne se fait pas de souci au sujet des tensions géopolitiques. « Les droits de douane et autres, implémentés par Trump, causent de vives agitations commerciales, mais cela nous offre des opportunités et des ouvertures vers d'autres marchés. » L'arrivée du Brexit a provoqué tout autant d'incertitudes pour le négoce. « Nous devons l'anticiper et nous assurer que nous pouvons gérer les flux de documents, mais il n'y a pas grand-chose d'autre à faire », il poursuit. « J'espère que l'Union européenne est assez intelligente pour établir un accord de libre-échange avec les Britanniques, car ils sont un acheteur important de fruits européens. On ne doit pas faire la guerre à nos clients. »

Cet article a d'abord été publié par le magazine néerlandais Primeur.

Pour davantage d'informations :
Fruitmasters
Leonard Kampschoer
www.fruitmasters.nl 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)