Paolo Gerevini, directeur général de Melinda :

« Une plus grande attention devrait être accordée aux consommateurs en bout de ligne »

« En découvrant de plus en plus le monde de la pomme et tout l'univers des produits frais, je suis de plus en plus fasciné. Je trouve qu'ils ont une force incroyable », rapporte Paolo Gerevini, directeur général de Melinda, dans une interview pour FreshPlaza à Interpoma 2018.

Nommé directeur il y a quelques années, il a travaillé auparavant pour de grandes entreprises de transformation telles que Barilla, Conserve Italia et Pizzoli. Une comparaison entre les deux secteurs est donc inévitable.

Gerevini souligne les points forts du segment des produits frais : « Un grand savoir-faire, une grande expérience et professionnalisme, une dimension internationale et une rapidité d'action unique dans l'ensemble du secteur agroalimentaire. »

Qu'y a-t-il à améliorer, dans ce cas ?
« Peut-être devrions-nous nous intéresser davantage aux consommateurs. C'est le dernier maillon de la chaîne, mais le plus important, car c'est lui qui mange le produit et qui peut déterminer son succès. »

« Nous avons besoin d'une vue d'ensemble, nous ne devons pas seulement regarder les principaux marchés, mais aussi les plus petits, car ils pourraient jouer un rôle de premier plan à l'avenir. »

Il a cité les exemples vertueux de la Pink Lady et de Zespri : « nous devons combiner les forces du secteur des produits frais avec celles de l'industrie. S'il est vrai que les principaux marchés ralentissent, nous devons réagir. Comme l'a dit David Johnson, directeur général de Campbell Soup, « il n'y a pas de marchés matures, mais seulement des responsables marketing fatigués ». Je suis convaincu que nous devons concentrer notre attention sur les consommateurs finaux. Il existe encore des besoins qui n'ont pas été satisfaits. »

Il est également important de bien présenter l'offre. « J'ai l'impression qu'on n'accorde pas assez d'attention à la façon dont les produits sont présentés et aux combinaisons marketing. »

En matière d'innovation variétale, Melinda a présenté les variétés les plus récentes sur lesquelles elle investira jusqu'en 2025 sur le stand collectif APOT/Melinda/La Trentina à Interpoma.

Les variétés à commercialiser par Melinda ont suscité beaucoup d'intérêt. Elles devraient être pleinement productives d'ici 2025.

« Nous nous concentrons sur la diversification variétale, non pas tant pour trouver une alternative aux pommes Golden traditionnelles, mais plutôt pour rendre notre gamme plus équilibrée et combiner différents besoins des producteurs et des consommateurs dans un souci de rentabilité. »

« La situation mondiale est de plus en plus divisée entre l'attention portée aux prix et l'orientation vers la notion de qualité. Les produits qui visent à entrer dans la deuxième catégorie ne doivent pas seulement être bons à manger, ils doivent aussi avoir une histoire à raconter. Les pommes Melinda sont cultivées sur un territoire où les coûts de production sont difficiles à réduire. Nos produits doivent donc être entourés de critères qui rendent impossible de les produire ailleurs. »

En ce qui concerne Interpoma, Gerevini fait remarquer que « c'est la deuxième fois que je participe. Je n'avais pas vraiment saisi son importance en 2016, mais je l'ai comprise cette année. Il est bien organisé et a une dimension internationale avec des visiteurs des Etats-Unis, de Nouvelle-Zélande, d'Amérique du Sud et des pays d'Europe de l'Est. Il allie donc les meilleures compétences techniques et une vision globale. La seule chose que je regrette, c'est de ne pas pouvoir participer à toutes les conventions. Cependant, nous avons réussi à établir des accords majeurs, comme celui avec Feno pour les pommes Fengapi-Tessa. »


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)