Le producteur israélien de poivrons Gilad voit d'un bon œil les marchés de niche

La saison du poivron a commencé en Israël il y a environ un mois. « Jusqu'à présent, elle va dans la même direction que l'année dernière », déclare Eyal Sahar, PDG et fondateur de l'association des producteurs israéliens, Gilad Desert Produce. Il est également producteur de poivrons. « Notre marché principal est la Russie. 70 % des poivrons vendus en Russie viennent d'Israël. »

Il explique que le marché est divisé maintenant. « Nous faisons beaucoup d'affaires avec la Russie. L'Espagne a presque totalement conquis l'Europe, y compris l'Europe de l'Est. Comme toujours, nous avons la même petite fenêtre d'opportunité en Amérique du Nord : les mois de novembre et décembre. Nous avons deux mois pour les fournir. Avant le mois de novembre, ce sont le Canada, les Pays-Bas et le Mexique qui les fournissent. Puis, fin décembre, le Mexique prend la relève avec d'énormes volumes. »

Les poivrons biologiques seront disponibles la semaine prochaine. « Ici, nous sommes en concurrence sur le même marché que pour les poivrons conventionnels », explique le PDG et agriculteur. « Le Mexique est notre principal concurrent sur le marché américain et l'Espagne en Europe. On peut voir la production biologique augmenter chaque année. »

Les poivrons sont lavés avant d'être triés.

La ligne de tri des poivrons. La plupart des employés sont originaires d'Asie du Sud-Est et d'Afrique. Les étudiants obtiennent un visa de travail pour un an, les autres un visa de travail pour cinq ans. Après cette période, ils doivent retourner dans leur pays d'origine.

Eyal indique que les coûts de transport élevés nuisent également aux ventes avec les États-Unis. Il explique qu'au cours des deux dernières années, le fret aérien est devenu très coûteux. « Les achats commerciaux en ligne créent une pression énorme sur le transport aérien des produits agricoles. Les entreprises commerciales en ligne paient 4,37 €/kg pour le fret aérien, nous payons 1,31 €. »

Selon Eyal, de nombreux agriculteurs de la principale région productrice de poivrons d'Israël ont commencé à semer au début de l'année, début juillet. « La plantation commence généralement fin juillet ou début août. La majorité des producteurs cultivent en pleine terre et dans des serres à filet.

Après la pluie, il n'y a presque plus besoin d'irrigation.

A gauche se trouve Eyal, dans la serre à poivrons de son ami Ori Porat. Eyal cultive également des poivrons sur 15 ha.

Serres en filet
L'un de ces producteurs, Ori Porat, est un ami d'Eyal. Il a des poivrons jaunes, rouges et oranges qui poussent dans les serres en filet. Sa production moyenne est de 8 kg/m2. « J'ai entre 60 et 65 % de poivrons rouges, 25 % de poivrons jaunes et 10 à 15 % de poivrons verts », explique le producteur. « J'en envoie beaucoup en Angleterre. Mais ils veulent davantage de ces trois couleurs, ce qu'on appelle les « feux de signalisation ». »

Eyal explique qu'ils ont essayé d'approvisionner le Royaume-Uni en poivron doux, de plus en plus populaire, mais « les prix ont chuté très rapidement ». Selon lui, il est moins cher sur le plan logistique pour l'Espagne d'approvisionner les pays européens, y compris le Royaume-Uni. « Nous avons essayé par le passé, mais les Espagnols font du bon travail ».

Le chemin entre les poivrons que les pulvérisateurs utilisent pour traverser toute la serre en quelques minutes.

En plus des poivrons, Gilad cultive également des oignons rouges et blancs sur six acres. Leurs prix sont très élevés en ce moment.

Ein Yahav, vu du réservoir d'eau. Les produits frais sont cultivés sur un total de 600 ha.

Essayer de percer sur un marché de niche
« Nous ne pouvons pas concurrencer l'Espagne en Europe et il n'y a pas encore d'alternative », explique Eyal. « L'Afrique est un marché de niche, donc ce n'est pas une solution pour nous. L'Inde n'est pas non plus un pays mangeur de poivrons. Nous essayons de nous introduire dans la niche du poivron en Europe. Je suis très optimiste à ce sujet. La période d'essai s'est bien passée l'année dernière. »

La récolte totale a été la même au cours des trois dernières années, indique Eyal. Malgré tout, il pense qu'il y a un avenir pour les poivrons israéliens. « Les gens de l'Arava sont très durs. Ils n'ont pas d'autre choix. Il y a une communauté spéciale de gens dans cette région, des gens qui travaillent dur, des gens coriaces, qui veulent rester ici. »

Lorsqu'on lui a demandé quel est le plus grand défi auquel est confrontée la production de poivrons, il a répondu : « Le travail. Il coute très cher. Environ 30 % des coûts des producteurs sont liés à la main d'œuvre. Il y a aussi une pénurie de travailleurs. »

Étendue verte dans le désert

Autrefois, cet endroit était rempli de serres, aujourd'hui, les palmiers dattiers y sont cultivés. Après cinq ans, la première récolte commencera, après huit ans, la production atteindra sa pleine capacité. Un palmier adulte produit 100 kilos de dattes Medjool par an.

Pour plus d'informations :
Eyal Sahar Gm
Gilad Desert Produce Ltd
Tél : +972 8 6582515
www.giladltd.co.il  
Découvrez notre société en Hollande


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)