Chili : Période de changement dans l'industrie de la prune sèche

Les principaux thèmes de la 6ème édition du salon Dry Plums Expo « Time of change » ont été : le développement de l'emballage, le commerce électronique et les nouveaux canaux de marketing numérique ainsi que le renforcement logistique, mais aussi la promotion et la commercialisation de produits premium reconnus comme super-aliments, et bien sur la qualité du champ à l'assiette.

Près de 250 personnes du secteur, parmi lesquelles des producteurs, des commerçants et des exportateurs, entre autres, ainsi que des représentants de Mendoza et d'Espagne, ont assisté à l'événement.

« Ces questions doivent être abordées en parallèle afin que nous ne manquions pas le passage obligé du commerce international et de la préférence des consommateurs. Cela implique un travail conjoint entre le secteur public et le secteur privé, une coopération dans l'industrie et beaucoup de responsabilité », a déclaré Pedro Pablo Diaz, président de Chile Prunes.

Pour exister et exceller, cette union a dû constamment rappeler aux autorités l'importance mondiale de la prune séchée chilienne, car elle est la plus importante exportatrice de ce produit et cette année elle a également été le premier producteur qui, à terme, a pu obtenir des fonds / financements publics.

Diverses autorités étaient présentes à l'Expo. Sofía Silva, la directrice régionale de ProChile, a souligné que le fait d'être numéro 1 impliquait que leur nouveau défi était de conserver cette position. Pour ce faire, dit-elle, le travail de recherche effectué à différents niveaux pour mettre en évidence les qualités super-alimentaires des prunes déshydratées a été remarquable. Il est également nécessaire de progresser dans les domaines de l'emballage, du commerce électronique et des volumes, où l'associativité est essentielle, en particulier chez les petits agriculteurs.

María Emilia Undurraga, directrice d'Odepa, a souligné l'importance du travail public-privé dans ce secteur, tandis que Juan Manuel Masferrer, maire de la VI Région, qui est une zone qui représente 68 % de la production des prunes séchées, a souligné les possibilités qui sont offertes en Chine, qui compte 40 millions de province ne disposant toujours pas des produits chiliens.

La production et la consommation mondiales sont stables, mais la baisse de la consommation par habitant est préoccupante, compte tenu de l'augmentation démographique mondiale, a déclaré Andres Rodriguez, le directeur exécutif du Chili Prunes.

En termes de destinations, les possibilités en Asie, en particulier en Chine, en Inde et au Japon, se distinguent.

Juan Pablo Sotomayor, directeur technique de Frutexsa, estime que la production pourrait augmenter de 9,8 %. Une zone de Colchagua devrait connaître une augmentation de 38,3 % en un an. Les tonnes de fruits exportables disponibles (plus de 100 calibres) s'élèveraient à 76 600 tonnes d'ici 2019 contre 71 500 tonnes pour la saison en cours.

De la durabilité à la traçabilité
Isabel Quiroz, directrice exécutive d'iQonsulting, a présenté deux études approfondies sur l'utilisation des énergies renouvelables, les tendances et les exigences de durabilité. "Le monde veut des produits durables, biologiques et de qualité. On se préoccupe de la santé et les gens veulent savoir ce qu'ils mangent."

Bruno Ceroni, directeur commercial de GoodValley, a souligné qu'il y avait une différence entre les prix obtenus par les États-Unis et ceux obtenus par le Chili. Que faire pour réduire l'écart ?

« Nous devons aligner les critères de qualité dans les vergers et les processus, et nous devons trouver un partenaire commercial qui nous permette d'obtenir un meilleur prix. La traçabilité est également essentielle. C'est un must, tout comme les certifications. De plus, la réalité est que les fruits séchés dans un four sont mieux payés. » 

Francisco Donoso, un producteur de prunes, a livré une analyse exhaustive pour obtenir une récolte combinée pour l'exportation en frais et sec. « C'est une excellente occasion de le compléter avec des fruits déshydratés, mais c'est un travail complexe qui doit être fait de manière responsable. » 

L'ère numérique, avec un commerce de détail traditionnel qui croît de 2 % par an et le commerce électronique qui croît de 15 à 20 %, s'est également maintenue dans le secteur agricole. Carlos Honorato, directeur des ventes numériques de Ripley, a déclaré que « les consommateurs veulent une hyper-personnalisation et, en ce sens, l'univers en ligne n'est pas seulement pertinent pour les ventes, il l'est aussi pour l'image du produit. Nous devons commercialiser notre produit, nos fruits, là où il est mis en valeur. » 

La force de l'emballage
Nicolas Leal, PDG de LapImport, a invité les exportateurs de prunes déshydratées à être plus explicites en communiquant les attributs du produit au travers de leur emballage.

Il a parlé des quatre dimensions de l'emballage : la communication stratégique, le design, l'utilisation (logistique) et les matériaux selon les tendances du marché, en soulignant que la première dimension est de loin la plus importante.

« Nous devons communiquer - lorsque nous n'avons pas de gros budgets - sur le produit plutôt que sur la marque, en mettant l'accent sur ses attributs, ses points gagnants ou ses attributs clés qui mettent en valeur ses avantages. C'est quelque chose chose que l'industrie de la prune déshydratée n'a pas encore fait avec vigueur. De plus, la terminologie de l'emballage doit être la langue cible de notre produit. D'autres sujets de communication pertinents sont liés aux messages clairs, à un produit visuellement propre et à la certification, qui est plus importante pour des raisons commerciales, que pour des raisons de qualité. » 

En ce qui concerne les autres dimensions de l'emballage, Leal a déclaré que la tendance actuelle était d'utiliser des transparents, un design simpliste, avec des couleurs pastel, des mots informels et des photographies, parmi d'autres possibilités. Il a également dit que le matériau de l'emballage devait suivre les 3R : Réduire (du trilaminé au bilaminé), Recycler (éco-emballage) et Réutiliser, en espérant que le matériau pourra toujours être réutilisé. En ce qui concerne le quatrième pilier, son utilisation, tous les gains d'efficacité liés à la logistique et au transport, où les exportateurs peuvent mettre autant de produits que possible dans un conteneur, sont les bienvenus, a-t-il déclaré.

Pour gagner de la place dans les rayons des supermarchés de la planète, ajoute Leal, le secteur des prunes sèches a besoin de diversifier son offre. Il ne peut pas se limiter à un seul produit. En outre, le secteur doit « rechercher un certain niveau de différenciation, par exemple, peut-il être combiné avec le maqui ? La différenciation est faible. » 

Lors de la dernière table ronde, une réflexion importante a été menée sur la nécessité d'accroître les investissements en termes de promotion, mais d'une manière innovante, en s'adaptant aux nouveaux canaux qui permettent de toucher les consommateurs rapidement et facilement. « En ces temps de changement, nous devons tous travailler ensemble au développement d'une plus grande demande de prunes au Chili et dans le monde » , a conclu Pedro Pablo Diaz, le président de Chile Prunes.


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)