Chili : Pertes dans la production fruitière dues à la grêle estimées à 120-150 millions de dollars

Dix jours après de fortes pluies et des tempêtes de grêle dans la zone centre-sud du Chili, le président de l'Association des exportateurs de fruits du Chili AG (ASOEX), Ronald Bown Fernandez, a présenté un nouveau rapport des dégâts dans le secteur des fruits.

Le leader a dit qu'ils ont estimé de faibles pertes dans des zones très limitées, dans les volumes de myrtilles, de cerises, de noyaux, de kiwis, et de raisins de table. « Cependant, dit-il, nous savons et regrettons qu'il y ait eu des producteurs qui ont perdu la totalité ou presque de leur production. Le secteur agricole, et le secteur des fruits en particulier, dépend des conditions climatiques. Les situations défavorables, telles que celles que nous avons connues, en particulier à une période clé pour certaines espèces, sont sans aucun doute graves », a dit M. Bown.

« Nous estimons que notre secteur a subi des pertes de 120 à 150 millions de dollars », a ajouté le dirigeant syndical.

En ce qui concerne les myrtilles, le Directeur exécutif du Comité chilien de la myrtilles - ASOEX, Andres Armstrong, a déclaré que la région d'O'Higgins était la plus touchée, les dégâts étant signalés dans différents vergers. « Toutefois, l'impact sur les exportations serait relativement faible, puisque la superficie consacrée aux myrtilles dans cette région ne représente que 7 % de la production totale du Chili. Cependant, il ne faut pas oublier qu'il y a eu des rapports de grêle dans certaines régions qui ont plus de zones consacrées aux myrtilles entre la région du Maule et la chaîne de montagnes, dans les communes de Longavi, Parral, et Retiro. Les dégâts dans les autres régions étaient moins importants. » 

Le représentant a ajouté que, selon les évaluations préliminaires faites ces jours-ci, environ 2 000 hectares de myrtilles, de la région métropolitaine au sud, pourraient avoir des dommages. On estime que le volume des exportations diminuera de 4 200 tonnes pour les fruits tombés au sol ou pour les déchets plus importants dus à des meurtrissures. Il y aurait donc une réduction d'environ 4 % et les exportations de produits frais passeraient de 105 000 tonnes, initialement estimées, à 100 800 tonnes. C'est un petit chiffre, mais il se concentre sur la production en début et en mi-saison, ce qui aura un impact sur les expéditions de la semaine 46 à la semaine 48. » 

Au cours de la semaine 46, a dit M. Armstrong, le Chili a exporté un total de 625 tonnes de bleuets, 66 % vers l'Amérique du Nord, 24 % vers l'Asie et 10 % vers l'Europe. A ce jour, les expéditions s'élèvent à 1905 tonnes, soit 14 % de plus qu'à la même semaine de l'année dernière. Par ailleurs, les myrtilles biologiques représentent 41 % des exportations totales ; l'Amérique du Nord est la principale destination avec une part de 99 %.

Selon la deuxième estimation du Comité cerises de l'ASOEX, faite le 16 novembre, le volume global des exportations de cerises diminuera de 10,5 % cette saison par rapport à la saison précédente. Par conséquent, le Comité estime que les chutes de grêle de la semaine dernière ont eu un impact de -7,1 % sur le volume estimé. Ainsi, le volume total exporté devrait s'élever à 33 446 491 boîtes de 5 kg, soit 167 232 tonnes. Cette estimation a été faite à partir de renseignements provenant de 54 entreprises qui représentaient 80 % de l'industrie d'exportation la saison dernière.

Fernando Sat, président du Comité des Raisins de table de l'ASOEX, a déclaré qu'« en général, le nombre de boîtes perdues n'était pas très pertinent. Même si nous ne disposons pas encore d'une quantification exhaustive, nous savons que les pertes seront très limitées compte tenu de la période où cela s'est produit et parce que l'impact sur les raisins s'est principalement concentré sur la sixième région, de la route à la chaîne de montagnes. » 

Sat a également dit qu'ils prévoyaient une légère baisse, pas plus grande que 2 %, pour la saison 2018-2019 des raisins de table. Toutefois, a-t-il dit, cette diminution ne serait pas due à la grêle, mais surtout au changement variétal que cette industrie est en train de réaliser. « Il y aura une diminution importante des variétés traditionnelles qui n'ont plus de marché, comme les variétés Flame, Thompson et Superior, ce qui entraînera également une augmentation des variétés brevetées. Nous espérons que le premier bateau avec des raisins chiliens partira entre la semaine 48 et la semaine 49. Nous n'avons pas hâte de partir plus tôt, car il y a encore des fruits de Californie et du Pérou sur le marché. » 

Enfin, le président du Comité Kiwi chilien, Carlos Cruzat, a déclaré qu'après avoir visité les zones et les vergers endommagés, les équipes techniques ont ratifié la première prévision de dégâts, estimée à 5 %. Toutefois, Cruzat a déclaré qu'ils étaient très préoccupés par l'impact négatif que la grêle aurait sur la production de la saison prochaine, en raison des dommages causés au bois et de la défoliation qui affectera la fertilité de la culture.


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)