Thomas Besnard-Schwerdlin, ABCD de l’Exotique, Rungis :

« Le marché des bananes suffoque »

« L’importation de bananes n’est pas une science exacte. Le mot catastrophique n’est pas assez fort pour décrire l’état du marché bananier Européen. Les conséquences du mouvement des gilets jaunes sur le marché français est le dernier coup de grâce porté sur une mauvaise année 2018 », dit Thomas Besnard-Schwerdlin d’ABCD de l’exotique, Négociant Commissionnaire Opaque et Importateur situé dans le marché de Rungis. Selon Thomas, dans ce mouvement contestataire, chacun défend sa partie et personne ne comprend les blocages qui impactent les PME de son secteur. « Certains clients ne peuvent pas venir chercher les bananes qu’ils ont achetées, parce que les camions ne peuvent pas livrer sur les différents sites. »

Une psychose
« Le problème en France c’est que toute la presse à sensations est concentrée sur Paris. Par conséquent, les gilets jaunes viennent à la capitale, là où sont les caméras », explique Thomas. « Les médias parlent des gilets jaunes 24 heures sur 24. Cela crée une psychose. Les gens ont peur, donc la consommation se concentre sur des journées qui précèdent les grandes manifestations, comme celle du samedi 8 Décembre 2018. »

Sur Rungis, il y a de gros problèmes de livraison. « Les camions arrivent trop tard et sont refusés chez les clients. Cela cause de grandes pertes. » Le transport sera encore plus difficile avec le manque d’essence à plusieurs stations-services dans le bassin parisien car la contestation prend beaucoup d’ampleur.

Thomas souligne que les réformes du gouvernement actuel et celles des gouvernements précédents sont remises en question. « C’est l’union de colères hétérogènes qui est en train de venir à Paris. Les PME sont les premières impactées par ce mouvement, alors que ce sont elles qui génèrent de l’emploi en France. Elles ont d’énormes pertes. Ces PME n’auront pas le choix, elles vont licencier au lieu de créer de l’emploi. Ce mouvement empire la situation. »

La consommation stagne
Le mouvement des gilets jaunes est loin d’être le seul problème sur le marché des bananes. « Les volumes importés augmentent tous les ans, mais la consommation en Europe stagne. Le marché est complètement saturé. Dans ma profession, tout est devenu négociable. Les contrats ne sont plus garants de stabilité. »

Manque de problèmes climatiques
« Depuis des années le marché est régulé par des problèmes climatiques majeurs, comme des ouragans sur les Caraïbes ou des inondations en Amérique Centrale. Mais cette année on n’a pas eu de grands problèmes climatiques. Cela a causé un surplus de marchandise. Ce n’est pas intéressant d’importer autant de bananes, mais les importateurs continuent, poussés par des producteurs qui doivent sans cesse rentabiliser leurs investissements en augmentant les rendements. »

Grève au Costa Rica
« Nous avons subi un mouvement protestataire au Costa Rica, suivi d’une grève des transporteurs en Colombie depuis la semaine dernière. Ces grèves ont généré d’énormes problèmes logistiques ici en Europe. On ne sait pas si les bananes sont chargées sur les navires et quand elles arriveront. Ce sont des produits périssables très sensibles. Les Importateurs et les supermarchés travaillent sous contrat, dès que quelque chose ne fonctionnent pas, ça génère des problèmes dans toute la filière. »

Thomas Besnard-Schwerdlin
ABCD de l'éxotique
Tél: + 33 1 46 87 21 32
Portable : + 33 6 86 14 82 60
thomas@bananier.com
www.bananier.com 


Date de publication:
Auteur:
©



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)