Les producteurs de fruits de la rivière Letaba seront affectés pour au moins 2 saisons supplémentaires pendant la construction du barrage Tzaneen et la capacité sera réduite à 65%

Le retard du barrage et les faibles précipitations estivales sont source d'incertitude pour les fruiticulteurs du Limpopo

Le temps est plus frais et plus humide dans le nord-est du Limpopo qu'il ne l'a été depuis un certain temps après les pluies de ce week-end, mais le barrage Tzaneen dans la rivière Letaba est néanmoins plus bas que la semaine dernière, soit 12,7 % de sa capacité, une situation embarrassante et inconfortable. Le barrage de Letaba moyen se situe à environ 6 % (et n'a pas atteint sa capacité depuis longtemps).

Le barrage de Tzaneen est un barrage d'irrigation très important pour les producteurs de fruits. L'été dernier, les producteurs d'agrumes de Letsitele étaient déjà inquiets et cette année, la situation ne s'annonce pas beaucoup mieux. En novembre de l'année dernière, la municipalité locale de Tzaneen a annoncé des restrictions d'eau et les agriculteurs du programme d'irrigation de Letaba sont limités à la moitié de leur quota d'eau.

Barrage Tzaneen (Photo : Département de l'eau et de l'assainissement)

Arrêt des travaux de construction après la démolition de l'évacuateur de crues
En plus des faibles précipitations estivales, l'élévation du mur du barrage de Tzaneen traîne en longueur depuis quelques années et la capacité du barrage a été réduite à 65 %.

« Nous nous attendions à rencontrer des problèmes depuis un certain temps maintenant », dit un agriculteur à FreshPlaza. « Les précipitations dans le bassin versant sont plus faibles qu'elles ne devraient l'être pour faire une différence au niveau des barrages et les agriculteurs ont trop peu de réserves d'eau pour tenir en hiver. On est sur le fil du rasoir. »

La sécurité de l'eau menacée par la capacité du barrage (65 %)
Les travaux de construction en cours - qui devraient encore durer au moins 18 à 20 mois - signifient que les agriculteurs en aval, par exemple les agrumiculteurs de Letsitele, perdent 35 % de leur réserve d'eau pour faire face aux températures qui atteignent ou dépassent 40°C en hiver et au début du printemps.

En raison de la durée du projet, ils pourraient être assujettis à cette capacité tampon réduite, en plus des restrictions actuelles de 50 % d'eau, pendant encore deux autres saisons.

Récemment, le ministère des Affaires de l'eau a annoncé qu'il reprendrait les travaux de construction ce mois-ci, avec sa propre équipe de construction, mais au moment d'écrire ces lignes, cela ne semble pas avoir été le cas.

Verger d'agrumes à Letsitele

L'Association des usagers de l'eau de Letaba saluée pour ses mesures proactives
Les producteurs d'agrumes de la région de Letsitele reçoivent l'eau du barrage de Tzaneen par l'intermédiaire des réseaux de la Grande rivière et des canaux Letaba, gérés par l'Association des usagers de l'eau de Letaba, dont le système autorégulateur de restrictions d'eau chaque fois que le barrage Tzaneen cesse de déborder (qui, malheureusement, se produit plus tôt qu'à l'accoutumée) a été présenté comme modèle de bonne gouvernance pour les autres zones en Afrique du Sud soumises à des problèmes hydriques comme le Cap occidental.

Les grandes régions de Tzaneen et Magoebaskloof, les principales régions de production d'avocats, de mangues, de bananes et de macadamia ainsi que d'importants bassins versants ont toujours eu un climat exceptionnellement humide et brumeux avec une moyenne de 900 à 1 200 mm de précipitations annuelles (et plus dans certaines zones de Magoebaskloof). Des habitants de Tzaneen racontent que les vêtements et les chaussures moisissent pendant l'été.

Cette année, la première partie de l'été n'a livré que 200 à 300mm autour de Tzaneen.

« Je suis convaincu que nous aurons entre 600 et 900 mm de pluie cet été », déclare un producteur d'avocats de Tzaneen. « C'est une année pluvieuse inférieure à la moyenne et cela cause des problèmes aux agriculteurs de Letsitele qui sont en aval de nous et qui dépendent du ruissellement de notre côté. »

Verger d'avocats à Tzaneen

Les températures printanières plus élevées mettent à rude épreuve les ressources en eau
Bien qu'il soit largement reconnu que l'Afrique du Sud est actuellement dans un cycle sec d'El Niño, qui fait partie d'un modèle climatique à long terme de fluctuations humides et sèches, les producteurs disent que les températures maximales du printemps ont changé considérablement.

« Ces dernières années, il fait facilement 40°C au début du printemps, de septembre à novembre environ, avant le début des pluies, ce qui a un impact énorme sur la floraison, la nouaison et l'utilisation de l'eau. L'évapotranspiration est extrêmement élevée pendant ces périodes, ce qui exerce une pression énorme sur les ressources en eau et les principaux utilisateurs d'eau dans notre région », note un producteur d'avocats.

Plantation de bananiers à Tzaneen

Pour plus d'informations :
Association des usagers de l'eau de Letaba, Tzaneen
Tel. : +27 15 307 2651
admin@lwgv.co.za


Date de publication:
©



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


© FreshPlaza.fr 2019

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)