« Des tomates belges durables moins chères que celles importées d'Espagne »

Qu'est ce qui est moins cher : Les tomates espagnoles importées en Belgique pendant l'hiver ou celles cultivées en Belgique, elle-même ? Ellen Peeters (Sciences économiques appliquées, administration des affaires, 2019) a fait des recherches à ce sujet dans son mémoire de maîtrise.

Dans son étude sur les effets sur les importations de tomates, Ellen a examiné les coûts économiques et les coûts des entreprises. Les coûts d'entreprise sont les coûts supportés par l'entreprise (congestion, pollution atmosphérique et sonore, et changement climatique). Ces coûts sont donc à la charge du consommateur.

L'Espagne a été choisie comme pays de référence. Ce pays exporte 12 millions de tonnes de fruits et légumes frais par an. L'Espagne est ainsi le pays producteur et exportateur le plus important de l'UE. En 2017, elle a exporté 93 % de sa propre production.

« Lorsqu'il s'agit de cultiver des tomates en Belgique, ces coûts sont principalement constitués d'émissions de CO2. Cependant, cela ne représente que deux pour cent du coût total », explique Ellen.

« Le reste, ce sont les coûts de production. Il s'agit de l'énergie (31 %) et de la main-d'œuvre (20 %). En effet, il faut beaucoup d'éclairage et de chaleur pour cultiver des tomates de serre en hiver en Belgique. Cela augmente rapidement le prix de ce produit belge. »

Lorsque les tomates sont importées d'Espagne, leurs coûts de production sont généralement inférieurs. Le coût externe, cependant, est beaucoup plus élevé. Cela représente environ 15 % du total. « Ces coûts sont principalement liés au transport entre l'Espagne et la Belgique. Cela coûte 0,10 EUR par kg pour les tomates transportées par camion et 0,01 EUR pour les tomates transportées par train », explique Ellen.

Avantage comparatif
« Pour comparer les deux pays, nous considérons le seuil de rentabilité. C'est le prix minimum dont un producteur a besoin pour couvrir ses coûts », poursuit Ellen. « Si l'on considère l'aspect purement économique, l'Espagne a un avantage sur la Belgique. Ce pays d'Europe du Sud peut cultiver des tomates à meilleur marché. »

Les coûts externes de l'entreprise ne sont toutefois pas inclus. La situation change lorsque vous tenez compte de ces coûts supplémentaires. De plus, les agriculteurs belges peuvent travailler d'une manière plus durable et plus écologique. Et ce, grâce aux techniques innovantes qu'ils utilisent.

L'utilisation de la production combinée de chaleur et d'électricité (PCCE) garantit une économie d'énergie d'au moins 20 %. Le CHF est utilisé à la place du chauffage standard. Il utilise un moteur à gaz qui produit non seulement de la chaleur, mais aussi de l'électricité et du CO2.

« Le prix de revient total par kg des tomates belges est donc inférieur à celui des tomates importées de l'étranger. Cependant, dès qu'un mode de transport plus durable est choisi, comme le train, le prix de revient espagnol baisse à nouveau. Avec une différence de 16 % : ce chiffre est inférieur au niveau belge », dit Ellen.

Conclusion : Cultiver des tomates localement est plus avantageux pour les Belges que de les importer d'Espagne, par camion. Cela n'est toutefois possible que si l'on utilise les méthodes de culture les plus récentes. A savoir - actuellement, 89% de ces produits espagnols sont transportés par la route.

Source : U Antwerpen


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


© FreshPlaza.fr 2019

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)