La principale raison est l'absence de politiques publiques

Les exportations équatoriennes de bananes vers l'Europe ont chuté de 11 %

En février 2019, les exportations équatoriennes de bananes vers l'Union européenne (UE) ont diminué de 11,5 % par rapport à la même période en 2018. C'est ce qui ressort des informations fournies par le Système de renseignements commerciaux (SICOM) du Ministère du commerce extérieur. L'Association de commercialisation et d'exportation de la banane (Acrobanet), qui a publié le 8 avril l'évolution des exportations équatoriennes de ce produit entre les mois de janvier et février, est au courant de cette baisse.

Selon le rapport, en 2018, l'Équateur a exporté 21 653 668 caisses vers les pays de l'Union européenne et, en 2019, le pays n'en a envoyé que 18 726 845 vers l'UE. Le président de la Corporation régionale des producteurs de bananes (Agroban), Gustavo Marun, a déclaré que l'une des raisons de cette diminution était l'absence de politiques étatiques qui ont fait du secteur bananier l'un des secteurs les plus importants du pays. Il a assuré que l'Équateur devenait de plus en plus cher et qu'il était devenu un fournisseur de dernier recours. Plus l'offre augmente en Amérique centrale, moins l'Equateur devient un fournisseur de fruits.

« Nous perdons de la place sur le marché, en particulier en Europe », a-t-il ajouté. Cependant, Eduardo Ledesma, président de l'Association des exportateurs de bananes de l'Équateur (AEBE), a estimé que les exportations totales de 2018 et 2019 n'ont pas changé. Au cours de la 12e semaine, le pays a exporté 80 millions de caisses, même si le secteur avait estimé qu'il y aurait une augmentation.

Il a déclaré que la réduction des exportations vers l'UE était due à la saison hivernale, car il y a des hectares affectés, mais aussi d'autres qui produisent au maximum. Il a ajouté que le secteur a augmenté de 5 % chaque année, mais qu'il se développerait davantage s'il n'y avait pas autant d'obstacles. Il a évoqué la loi sur la banane actuellement à l'étude à l'Assemblée nationale. Ledesma croit que cette législation devrait être déposée. « Il devrait y avoir une nouvelle loi qui protège les petits producteurs et établit un prix de référence, des garanties, ainsi que des sanctions si l'exportateur ne répond pas aux exigences. » 

Source : eltelegrafo.com.ec 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


© FreshPlaza.fr 2019

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)