Analyse d'une campagne d'agrumes à oublier

« Le secteur des agrumes n'était pas prêt pour une telle augmentation du salaire minimum »

La commercialisation des mandarines dans le sud de l'Espagne étant pratiquement terminée, les négociants d'oranges sont confrontés à la dernière étape d'une campagne d'agrumes à oublier. La concurrence asphyxiante des pays tiers, l'augmentation du salaire minimum, les conditions climatiques et les bas prix payés par l'industrie de transformation ont été parmi les facteurs les plus restrictifs.

« En ce moment, nous récoltons et commercialisons des oranges Lane Late, Navel Powel et Chislet, et nous continuerons plus tard avec la Valencia Late et Midknight jusqu'à fin juin », explique Daniel Blanco, directeur commercial de la société andalouse Mogalla, qui expédie des agrumes principalement vers les pays européens, mais qui a aussi des marchés établis hors Europe, comme le Canada et, dans une moindre mesure, en Afrique du Sud et quelques marchés asiatiques.

En général, la demande d'oranges espagnoles est faible cette saison et les prix ont touché le fond. Selon Daniel, le manque de demande d'agrumes espagnols pendant toute la campagne s'ajoute au fait que le temps pendant l'hiver n'était pas idéal, car des températures très chaudes ont été enregistrées, ainsi que peu de pluie. La qualité des fruits, dont la durée de conservation a été plus courte que dans d'autres campagnes et en a souffert. « Cette demande limitée, combinée à l'étrange climat que nous avons enregistré, fait que les producteurs espagnols sont de plus en plus inquiets de voir autant de fruits sur l'arbre à cette époque de l'année. Cela les pousse à essayer de vendre leurs oranges à tout prix pour s'en débarrasser et éviter de devoir en laisser sur l'arbre, comme cela s'est déjà produit avec certaines variétés cette année.

Un autre facteur important est la concurrence avec les autres origines, qui rend les choses de plus en plus difficiles pour les exportateurs espagnols d'agrumes. « Bien que l'on ait beaucoup parlé de l'Afrique du Sud dans cette campagne, il y a aussi d'autres pays, comme l’Égypte ou le Maroc, qui ont vu leurs volumes augmenter et dont les coûts de production sont également faibles, rendant ainsi plus difficile la vente des oranges et mandarines espagnoles. Les fruits de ces pays sont vendus sur les marchés européens à des prix que nous ne pouvons pas concurrencer en Espagne. Je crois que l’Égypte en particulier devient un concurrent de plus en plus difficile à prendre en compte, avec sa forte croissance agricole de ces dernières années, ses investissements dans de grandes surfaces et ses infrastructures logistiques, qui lui permettent d'atteindre l'Europe plus rapidement et plus facilement. » 

« Il est vrai que le libre-échange prévaut dans la plupart des régions du monde, mais ce n'est intéressant que si nous jouons tous avec les mêmes règles et conditions. Compte tenu de la grande perte de compétitivité que subit le secteur espagnol des agrumes, nous devrions réfléchir à une sorte de mesure que l'Union Européenne devrait appliquer avant que cela ne devienne une grave crise pour le secteur agricole espagnol », dit-il.

Comme si tout cela ne suffisait pas, l'augmentation du salaire minimum a été appliquée en janvier et est passée de 735,90 € à 900 €, entraînant une augmentation des coûts de production (plus de 20 %). « Pour le secteur des agrumes, qui travaille avec des marges très serrées, chaque centime compte. Ils n'étaient tout simplement pas prêts à une augmentation aussi drastique du salaire minimum, du moins dans cette situation de concurrence croissante des pays tiers », explique Daniel Blanco. « Pour compenser cette augmentation des coûts, il faudrait obtenir de meilleurs prix de vente, ce qui est difficile, ou produire plus et devenir plus efficace dans les processus de production, ce qui impliquerait dans de nombreux cas d'investir dans la technologie et l'innovation, et étant donné la campagne difficile que nous menons, ce genre de dépenses est difficile pour les producteurs d'agrumes », explique-il.

 

Pour plus d'informations :

Daniel Blanco
Mogalla S.A.T.
Carretera Sevilla-Ayamonte, km 104.
Huelva, Andalousie. Espagne
Téléphone : +34 954 934 272
Mobile : +34 600 422 318
danielblanco@mogalla.com
www.mogalla.com

 


Date de publication:
©



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


© FreshPlaza.fr 2019

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)