Stephanie van der Walt, directrice générale de Fruit Desk

La protection de l’industrie fruitière sud-africaine repose sur la visibilité

Les gens ont tendance à considérer la transformation sociale et la croissance économique comme deux choses distinctes, mais Stephanie van der Walt pense que les deux sont indissociables, qu'elles ne sont pas négociables et que l'industrie fruitière sud-africaine en est la preuve.

Stephanie est la première directrice générale du nouveau Fruit Desk, dont le mandat est de partager sa compréhension globale du commerce, de l'économie, du développement et de l'agriculture. Elle représente l'industrie des fruits dans les débats politiques et gouvernementaux, et elle communique les complexités du commerce international et des accords commerciaux au secteur agricole.

La complexité du commerce international et ses incohérences apparentes sont reflétées dans les questions souvent posées par l'industrie locale. Par exemple : pourquoi le Chili a-t-il conclu un accord de libre-échange avec la Chine et nous non ? (car l'Afrique du Sud négocie en tant que membre de l’Union douanière d'Afrique australe + Mozambique) ou : Pourquoi notre adhésion au bloc BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) ne nous donne-t-elle pas un accès commercial préférentiel (car il s'agit d'un arrangement purement politique).

Elle souligne que les négociations commerciales sont difficiles pour la région de l'Afrique du Sud et créent une grande frustration, mais elle pense qu'il est préférable d'être organisé que de ne rien faire. D’ailleurs, le Zimbabwe a une nouvelle fois prouvé que la déstabilisation de la région était préjudiciable à toutes les parties.

« Il est très important de participer également aux négociations commerciales qui ne concernent pas uniquement le secteur agricole », a-t-elle déclaré.

Le secteur agricole est-il inquiet pour le pays ? 
Les Sud-Africains se sont rendus aux urnes pour les élections législatives et régionales le 8 mai. Les nombreuses discussions sur les réformes agraires et l’autonomisation économique de la population noire en agriculture ont été arrêtées jusqu’après les élections. Est-ce que l'industrie s'inquiète pour l'Afrique du Sud en 2019 ?

« Tout le monde est vigilant, nous gardons un œil sur la situation et c’est aussi pourquoi le Fruit Desk a été créé : pour répondre aux problèmes de notre époque. L’industrie doit être consciente de ce dont nous avons besoin de la part du leadership national et de celui de l’industrie, de ce que nous voulons réaliser et de la manière pour y parvenir. »

Son expérience dans le développement économique est inhabituelle dans le secteur agricole formel, mais elle pense que c’est une bonne combinaison. « Le développement économique est, par définition, le nombre de personnes qui peuvent manger ce qu’elles n’ont pas produit », précise-t-elle. En Chine, pays où elle a été invitée par le gouvernement à visiter le secteur agricole, la maxime est la suivante : l'agriculture d'abord, le reste suivra.

Différend entre l'OMC et l'UE
La balle est actuellement dans le camp du gouvernement pour décider d’une éventuelle procédure pour régler les différends avec l’OMC concernant les réglementations européennes relatives à la maladie de la tâche noire (Citrus Black Spot), que l’industrie sud-africaine considère comme une barrière non tarifaire.

« L’industrie est allée aussi loin que possible. À mon avis, il était inévitable qu'après toutes ces années, les choses évoluent dans une direction ou une autre. Toutes les recherches ont été effectuées. Cela dépend maintenant de la manière dont les ministères du Commerce et de l'Industrie établissent les priorités. » Toutefois, en tant qu’ancienne employée de l’Organisation mondiale du commerce, elle fait très attention à ce que l’industrie peut obtenir comme résultats d’un organisme qui a déjà rendu des décisions controversées.

« En Afrique du Sud, nous produisons un travail énorme avec quelques personnes seulement »
Selon Stephanie, l’agriculture sud-africaine a besoin de meilleurs échanges de données du secteur. Des données qui, par exemple, démontrent l’efficacité des nombreuses écoles, centres d’apprentissage préscolaires et dispensaires qui sont mis en place et financés par des exploitations agricoles elles-mêmes. L’agriculture sud-africaine a besoin de statistiques montrant l’impact sur le développement et l’économie des projets d'intégration et de transformation de l’agriculture.

Des projets qui comptent parmi les plus progressistes du pays, mais qui sont les plus méconnus du grand public. « L’industrie des fruits fonctionne à plusieurs niveaux et en Afrique du Sud, nous produisons un travail énorme avec quelques personnes seulement », dit-elle.

D'autres secteurs aiment se tenir au courant de ce qui se passe dans le secteur agricole. Le grand public ignore en grande partie la contribution de l’industrie des fruits à l’économie du pays et sa position internationale. « Pour vous protéger, vous devez être visible. La quatrième révolution industrielle est entièrement axée sur les données et, à cet égard, le secteur agricole est à la traîne », a-t-elle déclaré. « Créez un récit, collectez des données sur les nombreux projets en cours dans le secteur, montrez ce que vous faites, intégrez-le dans le domaine public et faites partie du débat public. »

« Notre capacité à rester calme et à continuer est très importante pour l'industrie locale. Nous avons beaucoup d'expertise et d'innovation. Fruit Desk peut aider à créer une image et à la communiquer au monde extérieur. »

« Quand j’ai eu l’entretien pour cet emploi, on m'a demandé ce qui m'avait attiré dans l'industrie des fruits et j'ai répondu que c'était son niveau élevé d'éthique et de conscience. Cela me plaît vraiment. »

Pour plus d’informations :
Stephanie van der Walt 
Fruit Desk
Tél : +27 12 807 6686
Stephanie@agbiz.co.za
https://agbiz.co.za/ 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)