Niels Zuurbier, association de producteurs Everest :

« Bon début de la saison de la laitue iceberg hollandaise »

La saison de la laitue iceberg hollandaise a repris. « Quelques collègues producteurs ont récolté leur premier produit avant le week-end, mais nous avons débuté lundi », explique Niels Zuurbier de Kwekerij Ursem-Zuurbier à Heerhugowaard, aux Pays-Bas, membre du groupement des cultivateurs Everest. « La production s'annonce bien. A cause du printemps froid, les chiffres augmentent lentement. »

De bons prix ont été obtenus pour la première laitue iceberg. « Au début, nous avions des prix autour de 5,50 euros. Nous ne nous plaindrions pas si les prix devaient rester comme ça toute la saison », rit Niels. Il est optimiste pour la saison. « La part de la laitue iceberg espagnole diminue rapidement. Il ne reste pas beaucoup de laitue sur le marché libre, donc ça se présente bien. »


Niels Zuurbier (troisième à partir de la gauche) et ses partenaires

Au total, la superficie de la laitue iceberg hollandaise a diminué cette année. « Certaines personnes ont démissionné et certains producteurs ont décidé de commencer à cultiver d'autres produits. Je m'attends à ce que la superficie ait diminué de 300 à 400 hectares », dit M. Niels. « Peut-être que ce sera bon pour les prix de cette saison. La consommation de laitue iceberg n'a pas augmenté au cours des cinq dernières années, bien qu'elle soit assez stable maintenant. »

Cette année, l'association de producteurs Everest a perdu un de ses membres, de sorte qu'il reste quatre partenaires, dont trois sont situés en Hollande du Nord et un dans le Brabant. Kwekerij Ursem-Zuurbier a étendu sa superficie à 300 hectares de laitue iceberg, de chou-cœur et de chou aromatique, dont une partie est biologique. « Nous avons aussi fait des essais avec du chou Napa, mais ce n'est pas une culture facile à cultiver en Hollande du Nord. »

Selon le producteur, qui est également président de la branche syndicale des légumes d'extérieur de la LTO, l'interdiction de l'enrobage des semences constitue une menace majeure pour la production de laitue iceberg. Ainsi, les plantes ne sont pas protégées pendant les cinq premières semaines. « Une décision incompréhensible. À mon avis, le gouvernement devrait cesser de se voiler la face et fonder sa réglementation sur des considérations rationnelles plutôt que sur des émotions. L'enrobage des graines n'est pas dangereux du tout, ce que nous faisons maintenant est plus dangereux que ce que nous faisions dans le passé. »

« J'ai l'impression que tout ce sur quoi nous avons travaillé ces 15 dernières années pour produire de manière de plus en plus respectueuse de l'environnement et innovante dans ce secteur a été annulé par cette décision. Aujourd'hui, les consommateurs nous voient pulvériser plus souvent, et c'est exactement ce que nous ne voulons pas faire avec PlanetProof. C'est un vrai fléau invisible pour les producteurs, et ils nous rendent très difficile de cultiver de la laitue en vertu des exigences actuelles de certification. »

Pour plus d'informations :
Niels Zuurbier
Ursem - Zuurbier C.V.
Donkereweg 6a
1704 DV Heerhugowaard, Pays-Bas
+31 6 54 74 15 23
niels@ursemzuurbier.nl
www.ursemzuurbier.nl


Date de publication:
©



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


© FreshPlaza.fr 2019

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)