Encore de la pluie dans les prochains jours

Italie : début du bilan de dégâts dans les Pouilles - cerises et pastèques détruites

Tempêtes de pluie, inondations et tempêtes de grêle : le mauvais temps n'a pas fait de pause dans les champs de la région italienne des Pouilles. Et les prévisions pour les prochains jours annoncent encore de la pluie.

« Pour l'instant, la situation n'est pas des plus favorables - dit Gianluca Giorgio, un jeune entrepreneur agricole - la pluie continue et il y a aussi beaucoup de vent. Pour les prochains jours, on s'attend à ce qu'il pleuve à nouveau. Mes terrains se trouvent pour la plupart à Acquaviva delle Fonti, mais j'en ai d'autres dans l'Agro di Gioia del Colle et Santeramo, tous dans la province de Bari. Les cultures pratiquées sont les cerises, les abricots, les pêches et les prunes. »

« Les dégâts, du moins dans nos régions, n'ont pas été causés par la grêle, mais par des pluies excessives et interminables - continue Gianluca - Les plus abondantes ont été enregistrées le mardi (nuit / matin) et ont causé les plus gros dégâts, principalement aux cerises Bigarreau en pleine maturation avec 90 à 100% de pertes et, jeudi, la pluie a sérieusement touché les Giorgia dont un bon 50 % a disparu. »


 
Sur d'autres cultures, l'entrepreneur ne signale pas de dégâts majeurs, car les fruits sont encore en croissance. « Les dégâts sur les abricots, les pêches et les prunes sont presque inexistants. Il y a quelque chose à propos de cette dernière, mais qui n'a rien à voir avec ce qui s'est passé avec les cerises. Lundi matin (lire aujourd'hui 20 mai 2019), j'attends les inspections des fonctionnaires de la région des Pouilles dans mes champs. Ma municipalité a demandé un état de catastrophe naturelle. »

« Dans la région, tous les agriculteurs sont dans le même bateau, avec des dégâts plus ou moins graves. Tout cela à cause des précipitations excessives, causées par le changement climatique. Travailler et investir dans nos terres est de plus en plus difficile et est devenu un jeu de poker », conclut Gianluca.

Selon Savino Muraglia, président de l'association Coldiretti Puglia, dans la province de Lecce, les pastèques ont payé le prix fort en raison du mauvais temps qui s'est abattu la semaine passée.

« C'est un véritable effondrement pour les pastèques - ajoute le président de Coldiretti Lecce, Gianni Cantele - avec des champs inondés et des plantes détruites. En plus des pastèques, les plants de melon sont partis en fumée et les légumes sont pourris. »


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)