L'ancien directeur de Chiquita veut révolutionner le marché de la banane

Franklin Ginus a travaillé pendant pas moins de 24 ans comme directeur de Chiquita au Benelux, en France, en Europe centrale et orientale. L'été dernier, il a quitté son excellent poste pour démarrer BeFrank avec son ami Randy van Dinter. Une nouvelle marque de bananes qui prône l'honnêteté comme valeur et agit en faveur d'un monde plus vivable. « Malgré toutes les initiatives de développement durable, il n'y a toujours pas de banane équitable. Cela peut sembler être de l'activisme, mais cela n'a aucun sens de se plaindre en restant sur la touche. Je veux relever le défi et faire de mon mieux pour le relever. Nous mettrons une banane sur le marché où le partage équitable joue un rôle central et où la transparence est une condition préalable à ces mesures ».

Avec BeFrank, Franklin veut aller plus loin que le commerce équitable. « La plupart des bananes sont extrêmement bon marché. Cela montre que les conséquences, par exemple, des bas salaires, le changement climatique, le travail malsain et les pénuries d'eau ne sont pas inclus dans le prix, ce qui signifie que le consommateur ne les voit pas. Mais cela ne signifie pas que ces coûts disparaîtront. Elles sont souvent supportées par la communauté, c'est pourquoi on les appelle des coûts cachés. C'est encore le cas 30 ans après l'introduction des bananes du commerce équitable. En fait, notre cerveau est très paresseux, alors on arrête de penser dès qu'on achète du commerce équitable : quand les consommateurs voient le mot ou le logo Fairtrade, ils pensent qu'ils font un bon achat. En fait, c'est aussi parce que Fairtrade a fait beaucoup de bonnes choses au cours des 30 dernières années. Il y a beaucoup de consommateurs qui achètent des produits Fairtade chaque année, et c'est formidable. Ce que le consommateur ne sait pas, cependant, c'est qu'il y a encore beaucoup de choses qui ne sont pas réglementées par une telle certification. »


« Chez BeFrank, nous pensons que nous pouvons commercialiser une banane totalement durable si nous sommes transparents, si nous rendons les coûts cachés transparents et si nous lançons des programmes appropriés. Selon de nombreux calculs, nous avons atteint un niveau de prix de 2,29 euros le kilo pour les bananes conventionnelles et de 2,49 euros le kilo pour les bananes biologiques. Nous croyons que tous les maillons de la chaîne doivent gagner une marge adéquate. Cela ne plaira pas à tout le monde, mais nous avons également publié sur notre site Web la clé avec laquelle cette distribution de marge a été générée. Il faut environ neuf mois pour qu'une banane soit sur notre assiette de fruits à la maison. En termes simples, il y a des producteurs, des exportateurs, des mûrisseurs et des supermarchés qui doivent tous gagner leur vie. Chez BeFrank, nous aimons partager équitablement, et si nous le faisons, nous serons tous en mesure de donner aux agriculteurs de la chaîne de production une vie décente, tandis que le reste de la chaîne peut avoir une marge décente », dit Franklin.

Les fournisseurs souhaitant participer à la révolution bananière de BeFrank et qui sont au moins certifiés équitables sont priés d'envoyer un courriel à franklin@befrank.world


Date de publication:
©



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


© FreshPlaza.fr 2019

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)