Marché mondial : Les fruits à noyau

Le début de la saison des fruits à noyau approche à grands pas dans le bassin méditerranéen. L'Espagne continue d'augmenter ses volumes de fruits à noyau et domine ainsi le marché européen. Une bonne récolte est également attendue en Grèce, avec des volumes d'exportation en hausse sur l'Europe et le Moyen Orient. En Italie, la saison a été plus dramatique pour les abricots et les nectarines en raison des fortes pluies de ces dernières semaines, lesquelles ont entraîné la perte d'une grande partie de la récolte. En Afrique du Sud, le temps sec a entraîné une baisse de la production. En Amérique du Sud, le Chili peut se prévaloir d'une année réussie, avec une croissance de 20 % des exportations de nectarines vers la Chine.

Pays-Bas : Baisse de la demande due aux conditions météorologiques
Sur le marché néerlandais, les pêches et les nectarines proviennent essentiellement d'Espagne, un pays qui connaît actuellement une production importante. Pourtant, la consommation aux Pays-Bas n'a pas atteint le niveau souhaité en raison d'un temps plus froid. L'attrait pour les nectarines, les pêches et les abricots est donc moins prononcé que d'habitude. Néanmoins, les négociants s'attendent à ce que cette situation s'améliore dans les semaines à venir.

Allemagne : L'Espagne domine le marché
La saison des fruits à noyau prend actuellement de l'ampleur en Allemagne. L'Espagne, en particulier, a dominé l'offre ces dernières semaines. Peu avant Pâques, les premières nectarines et pêches espagnoles ont été expédiées en Allemagne. La saison grecque a également débuté au début du mois de mai. La France, l'Italie et la Turquie entrent doucement sur le marché. Après un début relativement bon, la demande a quelque peu diminué dans tous les domaines. Pour les négociants, cela s'explique principalement par les températures relativement basses enregistrées ces dernières semaines.

La demande pour les abricots est restée pratiquement inchangée ces dernières années. Les pêches, en revanche, perdent visiblement du terrain au profit des nectarines et, dans une moindre mesure, des pêches du Paraguay. Au cours de la saison, l'Espagne parvient de plus en plus à détenir le monopole du commerce allemand. C'est dû en partie au début précoce de la saison et à la croissance des exportations. Certains commerçants affirment aussi que les cultivateurs espagnols optent pour des variétés modernes et plus sucrées, en particulier pour les abricots, pour se débarrasser de la réputation de production de masse bon marché de ce fruit. C'est notamment pour cette raison que les exportations italiennes perdent de plus en plus de terrain chaque année.

France : Une semaine de retard pour les abricots
Ces dernières semaines, il a fait plus froid que la moyenne nationale à cette époque de l'année, ce qui a ralenti la croissance des fruits à noyau. La récolte des abricots a finalement commencé à la semaine 20, soit une semaine plus tard que les autres années. Les volumes de production se situent à un niveau normal. La saison des pêches et des nectarines devrait commencer au cours de la semaine 24. La plupart des fruits à noyau actuellement sur le marché proviennent d'Espagne. En raison du temps froid, la consommation a été plus faible que d'habitude ce mois-ci entraînant une baisse des prix.

Espagne : une saison « normale » attendue pour les pêches et les nectarines
La saison espagnole de la pêche et de la nectarine a déjà commencé. L'organisation agricole Cooperativas Agroalimentarias d'Espagne estime que la production totale de cette année atteindra 1,6 million de tonnes, soit une augmentation de 9 % par rapport à l'année dernière.

Sur ce total, 331 762 tonnes correspondent à la pêche, 635 141 tonnes aux nectarines, 331 776 tonnes aux pêches du Paraguay et 305 701 tonnes aux pavies. Ces chiffres sont très éloignés de ceux de 2017 (100 000 tonnes de moins, -6 %). Par rapport à 2018, les productions de nectarines (+15 %) et de pêches du Paraguay (+12 %) sont celles ayant le plus augmenté. La croissance enregistrée par les pêches sera légèrement inférieure (6 %), tandis que la production de la pavie restera stable.

Toutefois, la croissance de la production diffère d'une région à l'autre. La Catalogne enregistre une forte croissance, avec une augmentation de 30 % pour les nectarines et les pêches du Paraguay et de 18% pour les pêches. Les régions d'Aragon, d'Andalousie et de Murcie enregistrent toutes de légères augmentations dans les deux produits, tandis que la production en Estrémadure est en baisse de près de 30 % par rapport à l'année dernière, tant pour les pêches que pour les nectarines.

Italie : Saison difficile pour les fruits à noyau
Par rapport à l'année dernière, les gens de la région Basilicate ont une bonne production. En raison de la petite taille des pêches, les prix ont chuté. La saison ne fait que commencer avec des prix variant entre 1,30 et 1,50 €/kg.

La saison des abricots s'est déjà terminée dans la région et a été beaucoup moins favorable que celle des pêches. La consommation est toutefois restée trop faible en raison du froid. Les prix se situent entre 1,20 et 1,40 euros/kg.

Les choses ne se sont pas bien passées non plus pour les pêches. « Nous travaillons sur la récolte des variétés protégées de Nectarprima, une variété de bonne qualité avec des prix supérieurs à 2 €/kg. En pleine terre, cependant, les variétés Nectarprima et Big Bang ont récemment été touchées par des pluies abondantes, endommageant gravement la récolte », explique un agronome.

Dans les Pouilles, les pluies continuent à tomber et font des ravages sur les fruits à noyau. En outre, les calibres des fruits restent inférieurs aux normes par rapport à ce que les commerçants recherchent.

En Sicile, la production de nectarines est en retard et les fruits sont rares. Les conditions climatologiques n'aident pas les producteurs de l'île italienne. Selon les événements météorologiques, les produits italiens devraient être sur le marché entre le 10 et le 12 juin. C'est également le cas pour les abricots de l'île. Les tempêtes de grêle et les températures froides ont eu un impact négatif sur la floraison, et la consommation de fruits est également faible, tant localement que sur le plan national.

En Émilie-Romagne, les variétés d'abricotiers précoces ont surtout été perdues en raison des précipitations. Des variétés telles que l'Aurora et le Wonder Cot ont également connu des problèmes affectant la qualité et par ricochet, le marché. 

Grèce : Accroissement des exportations
En Grèce, les pronostics laissent entrevoir une saison de bonne qualité et une excellente production de fruits à noyau. L'hiver froid a contribué au développement de cette saison. Une grande quantité de pêches devrait donc être récoltée. La saison commence vers la fin mai. Le nord et le nord-ouest ont connu du beau temps. Dans d'autres régions du pays, les cultures ont été endommagées par les précipitations jusqu'à un certain point.

Compte tenu de la bonne saison, les producteurs grecs espèrent entrer sur le marché européen. De nombreuses exportations sont destinées à l'Europe de l'Est et des initiatives sont également en cours pour s'implanter solidement au Moyen-Orient. En Europe occidentale, cependant, les négociants grecs sont confrontés à une forte concurrence de l'Italie et de l'Espagne, qui ont toutes deux des productions importantes et de bonne qualité. De plus, ces deux pays sont situés dans une région plus favorable géographiquement que la Grèce.

Chine : Les prix des fruits à noyau sont encore élevés à l'heure actuelle
La saison des fruits à noyau bat son plein en Chine. La récolte des pêches est en cours. Le Hebei et le Hubei en fournissent maintenant une grande quantité. En raison du manque de pluie cette année, les fruits sont légèrement plus petits, mais gustativement bons. Comme les pêches viennent tout juste d'arriver sur le marché, leur prix reste élevé ; mais dès que l'offre sur le marché augmentera, le prix baissera. Les différentes saisons des pêches se chevauchent, ce qui signifie qu'il y aura beaucoup de fruits disponibles sur le marché et que la concurrence sera rude.

Afrique du Sud : Les raisins poussent les prix des fruits à noyau à la baisse
Une vague de chaleur en octobre a eu un impact sur la saison des fruits à noyau en Afrique du Sud, en particulier pour les prunes. Il s'agit de la récolte la plus faible enregistrée en 8 ans. Il y avait aussi moins de pêches disponibles, mais la production de nectarines est restée la même. Le temps sec dans le pays continue d'avoir un impact majeur sur les fruits à noyau.

En raison de la faible production, on s'attendait à ce que les prix des fruits soient plus élevés. Cela dit, l'importante production de raisins sud-africains a mis un frein aux activités. En effet, les négociants européens ont opté pour des raisins moins chers, plutôt que pour les fruits à noyau. La qualité des fruits à noyau était excellente globalement.

Chili : Exportation réussie de nectarines en Chine
Les exportations de nectarines du Chili vers la Chine ont augmenté de 20 % cette année, atteignant 20 063 tonnes. L'exportation est aujourd'hui un succès pour le pays depuis l'ouverture du marché chinois en 2017. Les nectarines sont devenues le deuxième produit, après les poires, à pouvoir être exporté de ce pays d'Amérique du Sud vers la Chine. Des négociations sont actuellement en cours pour les agrumes. Les nectarines ont également été fortement promues par le Chili en Chine.

États-Unis : Démarrage lent pour la saison
En raison de la météo, la production de fruits à noyau a connu un démarrage lent en Californie. « La raison principale est les basses températures enregistrées, et non pas nécessairement la pluie », explique un négociant. « La saison de la prune n'est pas encore en plein boom et les stocks sont limités. Les volumes de nectarines et de pêches sont actuellement inférieurs à la normale. Une récolte normale est prévue plus tard dans la saison. La taille du fruit est aussi assez bonne en ce moment. »

En plus de la Californie, les États américains de la Géorgie et de la Caroline du Sud sont aussi producteurs. Le Colorado, Washington, la Pennsylvanie et les États entourant les Grands Lacs suivront plus tard dans la saison.
La demande semble actuellement plus forte avec des volumes plus faibles ; néanmoins, les prix restent assez similaires à ceux obtenus l'an dernier. Aux États-Unis, le marché semble assez stable.

Canada : La production d'abricots s'est envolée
La vallée de l'Okanagan, en Colombie-Britannique, connaît une saison difficile pour les fruits à noyau. Le gel a détruit la quasi-totalité de la production d'abricots et a également causé de gros dégâts aux nectarines et aux pêches. Néanmoins, la Vallée est aussi un producteur de pommes et de cerises réputé, et ces fruits se portent bien en ce moment.

 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)