L'autoroute électrique devient une réalité

« Nous avons besoin d'une plus grande conscience logistique pour augmenter le facteur de remplissage des camions. Le secteur des transports, en Italie, a des problèmes d'efficacité, mais les coûts seront toujours élevés si nous ne réduisons pas le bois et l'air transporté, en les remplaçant par des marchandises. C'est ce qu'a déclaré Andrea Mantelli de Conad lors de la table ronde « Logistique et transport : les problèmes actuels, les besoins du marché et les changements en cours » organisée ces derniers jours par Italtrans.

Mais la vraie nouvelle en matière de logistique est l'électrification d'un tronçon d'autoroute.

Claudia Terzi, Conseillère pour l'Infrastructure, les Transports et la Mobilité de la Région de Lombardie, a évoqué le nouveau projet d'autoroute électronique, à savoir l'autoroute électrifiée A35 BreBeMI qui sera testée d'ici la fin de l'année sur un tronçon de 6 km entre Calcio et Romano di Lombardia. Ainsi, les véhicules compatibles - les camions en particulier - pourront se déplacer, comme les tramways, sur le réseau électrique. 



Fabrizio Dallari, directeur du Centre de Recherche Logistique du LIUC Università Cattaneo, a cité les données issues du dernier Compte National des Transports, selon lequel, en Italie, 50 % du trafic interne de marchandises se fait par la route.

Par ailleurs, selon la Federdistribuzione, 74 % des biens de consommation passent par le canal de distribution moderne, générant un volume de transport de plus de 3 millions de colis par an (soit 60 millions de palettes de marchandises). Dans un réseau aussi complexe, il est très difficile d'assurer une logistique efficace et il est donc essentiel de collaborer au sein même de la chaîne logistique.

Un des moments de la table ronde

Luca Piervittori di Ferrero est intervenu lors de l’événement et explique que « dans 5 ans, le secteur de la logistique sera très différent de ce qu'il est aujourd'hui. De nouveaux employés devront être formés et les opérateurs actuels devront suivre une formation dans en recyclage. »

« Au cours des prochaines années, nous devrons sûrement investir dans moins d'entrepôts traditionnels et davantage dans les compétences », explique Mantelli. Il poursuit « nous devons également réfléchir à un projet impliquant les différentes entreprises pour aider le secteur des transports. »

Riccardo Stabellini de Barilla a justement mis en avant le manque d'opérateurs bien structurés capables de garantir un excellent service à l'échelle nationale, en particulier dans un secteur où les marchandises sont également livrées le week-end et les jours fériés. De nombreux magasins sont situés dans des zones et des flux de circulation restreints où la saisonnalité joue un rôle important. 

« Les gens s'attendent maintenant à ce que les plus petits colis soient livrés à domicile, sans penser que tout cela puisse générer des embouteillages, en particulier dans les villes, et de la pollution. »

 


Date de publication:
©



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


© FreshPlaza.fr 2019

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)