Espagne : des fraisiers pour mesurer la qualité de l'air dans la ville de Saragosse

À Saragosse, la Fondation Ibercivis a lancé une initiative assez unique afin de créer une carte de la qualité de l'air de la ville et mesurer ses paramètres de pollution. Des milliers de fraises sont devenues des éléments biométriques parfaits pour mesurer la quantité de métaux lourds en suspension.

Le projet, intitulé Vigilantes del Cierzo, est une copie de celui réalisé il y a quelque temps dans la ville belge d'Anvers. Une première phase avait en fait déjà été mise en place à Saragosse en 2017, mais maintenant, en 2019, grâce à la collaboration du gouvernement d'Aragon, cette seconde phase a pu voir le jour grâce à la participation de plus de 1 500 personnes.

Chaque personne ou famille qui possède une plante doit suivre une instruction très spécifique : la placer sur le rebord de la fenêtre ou sur sa terrasse pendant quelques mois. Ensuite, ils devront couper quelques échantillons et les envoyer dans une enveloppe au siège de la Fondation, qui les enverra à son tour pour analyse au laboratoire. Les résultats seront disponibles avant la fin de l'année.

Comme indiqué dans le rapport technique d'Ibercivis, les fraisiers sont parfaitement adaptés à ce type d'expériences, car leurs feuilles s'imprègnent facilement des particules présentes en suspension dans l'air, et ce grâce à de nombreux poils dans lesquels les polluants de moins de 10 microns adhèrent facilement par biomagnétisme.

Il y a deux ans, l'analyse des plantes a permis de détecter l'existence de particules ferromagnétiques dans les feuilles. Celles-ci provenaient de différentes sources de pollution de l'environnement, notamment le trafic routier, les travaux publics, la fumée industrielle ou la friction des convois de tramways sur les rails. Finalement, 33 % des échantillons prélevés en 2017 présentaient des valeurs de magnétisation faibles, tandis que 16 % d'entre eux présentaient des valeurs élevées. La valeur moyenne des particules ferromagnétiques (SIRM) était de 72,55 (µA), la plus élevée étant de 650 (µA).

L’une des principales conclusions de l’étude était que, dans la ville de Saragosse, les valeurs du SIRM étaient nettement plus élevées dans les zones à forte circulation et à proximité des tramways.

Daniel Lisbona, responsable de la communication à la Fundación Ibercivis, a également déclaré que rapprocher la science des gens pouvait être l'un des moyens les plus efficaces de sensibiliser la population à, par exemple, « l'économie circulaire » ou les « problèmes environnementaux. »

Source : aragondigital.es 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


© FreshPlaza.fr 2019

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)