Marché mondial : la pomme de terre

Le temps sec a laissé des traces en Europe cette année. La demande en pommes de terre sur le marché est faible, bien qu'elle commence doucement à se redresser. Les exportations des plus grands producteurs européens de pommes de terre, tels que les Pays-Bas, la France et l'Allemagne, se déroulent non sans accro et de nombreux marchés choisissent actuellement des pommes de terre d'autres pays européens en raison de leur prix. L'Espagne profite d'une bonne récolte et de prix élevés sur le marché.

En Amérique du Nord, les perspectives en Idaho sont moroses : les rendements et les tailles sont décevants. La demande est actuellement supérieure à l'offre donc les prix grimpent. Washington en profite, car la récolte là-bas a de bonnes perspectives. Au Canada, la récolte a été reportée dans la plupart des régions. La province du Manitoba peut compter sur une production record cette année, l'une des meilleures jamais enregistrées.

Les prix en Chine ont également augmenté. La production est plus faible à cause des catastrophes naturelles. Les marchés de l'Asie du Sud-Est se tournent donc également vers l'extérieur. En Afrique du Sud, les prix des pommes de terre sont en moyenne plus élevés que l'an dernier. La récolte de cette année ne devrait pas être très différente de la récolte record de la saison précédente. Le volume des ventes accuse actuellement un retard par rapport à l'an dernier.

Pays-Bas : les prix des pommes de terre sous pression en raison de la lenteur des exportations
Selon les négociants néerlandais, les exportations de pommes de terre sont actuellement à la traîne. La demande intérieure commence toutefois à se redresser un peu après une période très calme pendant la chaleur estivale, même si les exportations ne se déroulent pas encore très bien. C'est pourquoi les tarifs sont soumis à des pressions. Les prix à l'origine ont chuté ces dernières semaines de 30 à 20 cents. Les opérateurs s'attendent à ce que les prix continuent de baisser en raison de la lenteur des exportations. L'année dernière, les pommes de terre néerlandaises étaient trop chères pour que les exportations soient fluides, mais personne ne s'attend à des prix bas.

Belgique : reprise des prix sur le marché
En raison du temps sec, les rendements des pommes de terre sont décevants, et ce, malgré l'augmentation de la superficie cultivée. Toutefois, le rendement reste meilleur que celui de l'an dernier. Après une légère baisse, le prix se redresse peu à peu. Le marché de la pomme de terre est soumis aux prévisions météorologiques. De plus, l'impact de la chaleur sur les pommes de terre et le stockage reste incertain. 

Allemagne : l'offre importante fait baisser les prix sur le marché intérieur
Actuellement, l'Allemagne dispose de suffisamment de pommes de terre primeur. Le produit fait cependant l'objet d'échanges entre les différentes zones de culture. Quoi qu'il en soit, l'offre importante occasionne une pression sur les prix du marché intérieur. En ce qui concerne les exportations, les marchés habituels choisissent les marchandises des pays voisins, car beaucoup moins chères que l'Allemagne, rapporte un négociant. Il faudra néanmoins souligner que d'ici le début de la récolte principale, les prix seront à nouveau comparables au niveau international.

La récolte principale dans le secteur bio débutera au mois de septembre. Actuellement, la demande en pommes de terre bio - conformément aux perspectives antérieures - est encore relativement faible. À long terme, elles connaîtront une croissance intéressante, tandis que la part de marché conventionnelles diminuera. Parallèlement, après des années de stagnation d'environ 8 000 hectares, la superficie cultivées augmente également considérablement. Néanmoins, cette forte croissance devrait se produire principalement dans l'industrie de transformation, car l'industrie hôtelière allemande est de plus en plus en demande pour le bio.

Autriche : marché calme
Le marché autrichien serait calme, les prix à la production oscillant entre 30 et 37 euros/100 kg. On soupçonne de nouveau une augmentation de la demande au cours des prochaines semaines, coïncidant avec la chute des températures.

France : une faible demande entraînant des prix bas
La récolte des pommes de terre a commencé il y a quatre semaines. La demande du marché français est faible en raison du temps chaud de l'été ; mais les prix fluctuent fortement sur le marché. Plus la saison progresse, plus le rendement à l'hectare est élevé. Il y aura finalement une nette différence entre les zones irriguées et non irriguées. Le rendement des superficies irriguées sera considérablement plus élevé que celui obtenu par les producteurs qui ne disposent pas de cette option. La qualité des pommes de terre françaises est encore bonne en ce moment.

L'Espagne profite du temps sec en Europe
En raison du temps sec, la production en Europe est faible. Les principaux producteurs de l'UE, tels que les Pays-Bas, la France et l'Allemagne, ont vu leurs exportations diminuer. La récolte a été meilleure en Espagne, et grâce à de bons prix sur le marché international, le pays a exporté plus de pommes de terre. La récolte est actuellement en cours dans la région de Castille-et-León et cette année, cette culture est le produit le plus rentable. Après une période de pénurie il y a quelques semaines, qui a permis de doubler les prix à 0,58 €/kg, l'offre et la demande se rétablissent. Le prix moyen en juillet de cette année était d'environ 0,29 € / kg, alors qu'il était de 0,27 € / kg l'année dernière.

Cette année, à cause des conditions météorologiques, les rôles habituellement joués par la France et l'Espagne ont été inversés. La France est normalement autosuffisante en pommes de terre et l'Espagne est son principal marché. Aujourd'hui, l'Espagne exporte des pommes de terre vers le pays voisin. La récolte en France est sur le point de commencer, mais les vagues de chaleur pourraient avoir une incidence sur le rendement et la qualité des pommes de terre. Cette situation est source d'incertitude pour les importateurs espagnols.

États-Unis : rendements plus faibles et calibres plus petits, excepté pour Washington
La nouvelle récolte de pommes de terre en Idaho commence lundi prochain. Le rendement à l'hectare et la taille des pommes de terre devraient être inférieurs à ceux de l'an dernier. Certains producteurs parlent d'une baisse de 30 %. Un mois d'avril humide a retardé le semis des pommes de terre, tandis qu'un été froid a empêché les pommes de terre de pousser de façon optimale. Des gelées ont été enregistrées deux fois au mois de juin. La récolte a été retardée d'une semaine et la précédente s'est terminée la semaine dernière. Dans la vallée de Skagit Valley, dans l'État de Washington, la nouvelle récolte est prévue pour le 26 août. Les conditions de culture sont « presque idéales », avec des précipitations bénéfiques bien réparties. Le rendement sera proche de la moyenne et une production de bonne qualité est attendue.

En même temps, la demande en pommes de terre est bonne. « Au cours des derniers mois, la demande a dépassé l'offre disponible », explique un négociant. « Mais ça ne va pas durer. »

Le prix est élevé par rapport à l'année dernière. « Sur le marché, vous payez maintenant 19 $ pour une caisse de 40 pièces de la récolte précédente. L'an dernier, ce chiffre était de 10,50 $, et vous payiez 11 $ et 13 $, respectivement, pour des caisses de 50 et 60. Normalement, les prix baissent un peu pendant la saison des récoltes car il y a plus d'acteurs présents sur le marché. Avec les rendements et les tailles plus faibles, je ne m'attends pas à ce que le prix baisse comme par le passé ». Les pommes de terre de Washington profitent de ce prix élevé. 

Canada : la récolte au Manitoba peut-être l'une des meilleures jamais observée
La plupart des vieux stocks de pommes de terre sont en train de s'épuiser cette semaine. La nouvelle récolte est sur le point de commencer, mais elle est retardée dans certaines régions du pays. La nouvelle récolte dans la province du Manitoba pourrait devenir l'une des meilleures jamais enregistrée à ce jour. Le temps sec s'est installé dans de nombreuses régions du pays cette saison, avec des pluies dans les derniers jours. Dans certaines régions, comme l'Alberta, les pluies ont même été excessives. Un grand nombre de producteurs se sont tournés cette année vers l'irrigation. 

Chine : le typhon réduit la récolte et augmente les prix sur le marché
La culture de la pomme de terre est pratiquée toute l'année en Chine, donc l'offre est également disponible toute l'année. Étant donné le nombre élevé de producteurs en Chine, la concurrence est féroce, et donc les prix baissent. Actuellement, le prix des pommes de terre augmente légèrement, car le typhon Lekima a causé beaucoup de dégâts dans les champs et une partie de la récolte a été détruite. Le Shandong, une vaste zone de production, n'a cependant pas subi beaucoup de dégâts, la plupart des pommes de terre étant stockées. 

Une grande partie de la production est vendue sur place, parce qu'il y a aussi une forte demande de pommes de terre en provenance de Chine. Une autre partie est aussi exportée, en particulier vers les pays de l'Asie du Sud-Est -Taïwan et la Malaisie sont deux grands importateurs, mais aussi très sensibles aux prix. Si le cours monte un peu, d'autres options sont envisagées. Compte tenu de la baisse de l'offre et de la légère hausse des prix, le volume des exportations vers ces pays a également diminué. Cette année, davantage de produits ont été exportés vers les pays d'Amérique latine, qui ont montré un plus grand intérêt pour le produit chinois.

Afrique du Sud : des volumes à la traîne et des prix plus élevés
Si l'on considère le volume cumulé des ventes de pommes de terre, l'Afrique du Sud accuse un retard de 2,3 millions de sacs de 10 kg par rapport à la même période l'an dernier (68,4 millions de sacs). On prévoit que 248 millions de sacs de 10 kg seront récoltés cette saison, ce qui ne diffère pas beaucoup de la récolte record de l'an dernier. Le rendement à l'hectare est en hausse, tout comme les coûts de production. L'État libre de l'Ouest, le Limpopo, le Sandveld et le Cap Nord sont les régions les plus importantes pour la récolte. Les prix montrent une tendance à la hausse et s'élèvent maintenant en moyenne à € 2,10 / 10 kg (37 ZAR), compte tenu des différents marchés et tailles. Ce prix est plus élevé que le prix moyen à la même période l'an dernier. Il semblerait aussi qu'un plus grand nombre d'hectares soient plantés.


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)