Un producteur subtropical rencontre le succès hors saison

Un producteur de mangues qui envoie des fruits tout au long de l'automne et de l'hiver sur le marché sud-africain. Il s'agit de Windbult Boerdery, qui cultive des mangues bio produites à haute altitude sur l'escarpement du Limpopo.

Ils suivent un programme biologique intensif de micro-organismes et de contrôle biologique, et leurs combinaisons, que Danie Basson et son épouse Jeanette, microbiologiste, perfectionnent depuis sept ans.

Danie Basson exploite une entreprise agricole à Munnik et à Levubu, qui suit de près les perspectives commerciales lucratives, non seulement pour les mangues, mais aussi pour les avocats (fruits très précoces pour le marché local fort et à la fin de la campagne d'exportation sud-africaine, lorsque les volumes sur le marché européen baissent) et les patates douces cultivées en hiver.

C'est un homme occupé : il dirige également une entreprise agricole de la communauté noire, l'entreprise agricole Maluma, en les aidant à accéder à la rentabilité grâce à des avocats, des macadamias, des litchis, des bananes et des patates douces.

Les hôtels sont d'importants acheteurs de mangues en hiver
« Beaucoup de nos mangues sont achetées par des hôtels cinq étoiles qui proposent des menus à base de mangue fraîche et qui savent qu'avec notre produit, il n'y a pas de gaspillage, contrairement aux mangues importées d'Amérique du Sud. Nous livrons aux marchés municipaux. Malheureusement, sur le plan logistique, nous ne sommes pas en mesure de livrer directement aux clients », explique Danie. « Et cette période de l'année, les prix peuvent être fous - on m'a dit que les hôtels paient jusqu'à 4,7 euros par kg pour pouvoir proposer des mangues fraîches au menu. Je reçois aussi beaucoup d'appels de femmes au foyer qui me disent que les mangues sont fantastiques, mais qu'elles sont trop chères. 

Danie, qui cultive des mangues depuis 1985, a déclaré que leur climat - ni trop froid ni trop chaud - leur permettait de démarrer en mars avec la variété Heidi et de continuer jusqu'à la mi-septembre avec la Sensation, la Kent et la Keitt, longtemps après que les autres producteurs de mangues aient fini. Il ne se donne pas la peine de planter des Tommy Atkins en avance. S'ils avaient eu plus d'eau (les précipitations sont faibles, maximum 450mm par an), leurs volumes auraient pu être plus importants, mais la gestion de l'eau est le seul facteur critique qu'ils doivent gérer en augmentant les niveaux de carbone du sol pour améliorer la capacité de rétention d'eau.

« Je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour protéger la culture, et nous limitons au minimum l'utilisation de produits chimiques, mais j'aime bien avoir une porte de secours si la situation l'exige. Récolter des mangues dans cette ouverture est une affaire de manipulation, mais nous ne pulvérisons aucune hormone. »

Sur seulement 6 ha de mangues, avec un millier d'arbres par hectare, les arbres sont maintenus petits, ce qui facilite leurs pratiques de gestion intensive, par exemple en retirant les vieilles tiges florales lors de la cueillette des fruits. La tige produit de l'éthylène, ce qui inhibe le développement.

Avocats de février à octobre
Ils produisent également des avocats, début février, du Fuerte, uniquement destinés au marché intérieur, dont une grande partie est destinée aux programmes « mûrs et prêts ».

« Au cours des quatre dernières années, le marché sud-africain des avocats et des mangues s'est vraiment amélioré. Pourquoi voudrais-je exporter lorsque les prix intérieurs sont meilleurs que les prix à l'exportation ? Les prix à l'exportation du Hass précoce n'étaient pas très bons cette saison, mais avec Lamb Hass, nous visons les deux dernières semaines de septembre et les deux premières semaines d'octobre, lorsque le marché européen est fort. »

Dans deux semaines, ils commenceront à récolter les patates douces produites à Levubu, commercialisées localement sous le nom de Pasella Boerdery, lorsqu'ils auront une fenêtre de deux mois avec leurs patates douces cultivées pendant l'hiver, pour sortir du marché en décembre lorsque les volumes des autres producteurs augmenteront à nouveau.

Pour plus d'informations : 
Danie Basson
Windbult Boerdery
Tél. : +27 82 397 3622
danie.basson@xpress.co.za 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)