Marché mondial : fruits rouges

La demande en framboises et en mûres a fortement augmenté en Europe et en Amérique du Nord ces dernières années. Tandis qu'Occident les framboises sont considérées comme un produit de luxe, en Chine, ce n'est pas le cas, et les prix, bien que toujours plus élevés que ceux des autres fruits rouges, sont relativement bas. Il n'y a pratiquement pas de demande de framboises en Chine, les baies de Goji étant plus populaires parmi les consommateurs. Le stock actuel de framboises, de mûres et de baies sur le marché est en déclin. L'offre des producteurs actuels est en baisse et d'autres pays continuent à se lancer. Le temps chaud a fait des ravages dans de nombreuses régions et a causé des pénuries ; toutefois, la demande demeure élevée et, par conséquent, les prix augmentent. En raison de la demande et de la vente régulière de framboises, mûres et baies, le commerce international gagne du terrain en complément des productions nationales.

Les Pays-Bas : l'imprévisibilité comme atout sur le marché des fruits rouges
La chaleur enregistrée fin juillet a laissé sa marque sur le marché néerlandais des fruits rouges. « La disponibilité, la qualité et les prix des framboises et des mûres ont énormément fluctué aux Pays-Bas et en Belgique en raison des fortes variations climatiques. Il est donc très difficile de s'emparer du marché », explique un négociant en fruits. « Le marché est très imprévisible. Les framboises résistent assez bien à la chaleur, mais il n'y a pratiquement pas eu de production pendant la chaleur extrême. Par la suite, l'offre afflue en grandes quantités et les prix peuvent donc baisser à nouveau en un rien de temps, de 10 à 5 euros par kilo. Nous avons traversé une longue période de pénuries. Actuellement, il y en a encore trop, mais cela pourrait changer la semaine prochaine. Il en va de même pour les mûres. Elles ont récemment atteint 30 euros et sont passées sous la barre des 10 euros. Les groseilles néerlandaises sont stockées dans des chambres, de sorte que tout ce qui est sorti doit être vendu en tenant compte de ces coûts supplémentaires. Ça marche très bien pour l'instant. En fait, la demande de l'Allemagne a augmenté assez rapidement, car la chaleur y a causé beaucoup de dégâts. Normalement, nous ne voyons pas une telle demande avant novembre ou décembre, ce qui nous donne de bonnes perspectives pour la saison. »

Belgique : fluctuations de l'offre, prix de vente corrects sur le marché
Après des mois d'approvisionnement abondant, une petite pénurie a été enregistrée cette semaine, mais des volumes plus importants sont attendus d'ici trois semaines. Cela signifie que les produits belges peuvent être livrés jusqu'à fin novembre environ. Un pic dans l'offre est attendu à la fin septembre / début octobre. Les prix sont actuellement au bon niveau en raison de la forte demande de la Belgique et de la France.

Les groseilles ont eu une très bonne saison de croissance, mais ont subi beaucoup de dégâts à la fin juillet à cause de la chaleur. Cette année, il y en a moins dans les entrepôts d'ULO. Les prix ont mis un certain temps à atteindre des niveaux acceptables, mais ils sont actuellement assez bons.

Selon un négociant belge, les mûres sont les plus difficiles à gérer à l'heure actuelle. Beaucoup de mûres ont été plantées en Europe et la situation est devenue un peu difficile fin mai. Il y a maintenant une certaine pénurie sur le marché et on peut dire que les prix sont modérés.

Allemagne : l'offre intérieure est en baisse
En Allemagne, en particulier dans le sud du pays, l'offre de fruits rouges est encore considérable, même si elle diminue progressivement. Les mûres ne sont disponibles qu'en petites quantités, de sorte que le prix a sensiblement augmenté. Les ventes de groseilles se déroulent bien, malgré des prix atteignant 4,20 euros par 500 grammes. L'offre de framboises et de cassis est également en baisse. La demande, par contre, demeure toujours aussi élevée, de sorte que les prix augmentent aussi rapidement. En complément de l'offre intérieure de fruits rouges, les fruits polonais sont de plus en plus présents sur le marché, en particulier dans le commerce de gros est-allemand.

Autriche : forte demande de framboises domestiques
En Autriche, la production nationale est en plein développement, selon un producteur et un négociant. Les framboises, les groseilles et les mûres notamment, sont déjà cultivées sur une petite superficie. « Nous constatons une demande particulièrement forte pour les framboises locales. Elles sont généralement transformées, bien que la qualité soit si bonne cette année que nous pouvons également les proposer sur le marché frais », explique un producteur. Plus tôt cette année, une société basée à Salzbourg a annoncé que sa superficie actuelle allait doubler, ce qui en ferait la plus grande entreprise en croissance en Autriche.

France : le temps chaud entraîne une augmentation des importations
La demande sur le marché français a été assez bonne, mais toujours précaire. Les fruits rouges ne sont pas souvent achetés pour la consommation mais plutôt comme décoration ou pour la transformation (confitures). La demande de framboises continue de croître, bien qu'elle soit souvent considérée comme un produit de luxe. Le temps chaud a eu un impact sur la gamme française de framboises et plus généralement de fruits rouges. Les framboises provenaient principalement des Pays-Bas, de Belgique et du Portugal. La demande de produits labellisés HVE (haute valeur environnementale) et ZRP (Zéro Résidu de Pesticide) est en hausse en France.

Italie : la demande dépasse l'offre ; la superficie continue d'augmenter
Les fruits rouges peuvent être considérés comme un super aliment. Au cours des dix dernières années, la consommation mondiale de fruits rouges a plus que doublé et la consommation par habitant devrait encore augmenter. Compte tenu de la demande croissante de fruits rouges, la production augmente elle aussi. « Cette croissance est également due aux améliorations variétales et aux innovations technologiques », explique un responsable marketing. « La culture est essentielle pour obtenir un meilleur produit, pour prolonger la période de récolte et pour pouvoir pousser sur des sols moins adaptés. La demande dépasse l'offre ; dans le sud de l'Italie, la demande a augmenté de 70 %. Nous nous attendons donc à ce que les régions cultivées se développent dans les années à venir. »

Certaines des régions de production les plus importantes d'Italie sont le Tyrol Sud, Vérone, Policoro, dans la Basilicate, et la Calabre. A Vérone, la saison s'étend de mai à octobre, avec des périodes de pointe au début et à la fin de la saison. Les prix des framboises ont baissé en mai en raison de la présence de fruits rouges espagnols sur le marché. En revanche, les prix étaient élevés en juin et juillet. En juillet, cela s'explique par la baisse des rendements. Les prix moyens se situaient entre 8,50 et 10,50 €/kg.

La récolte de mûres dans la région de la Basilicate a pris fin en juillet. La production a fini sur le marché dans le nord de l'Italie. En Calabre, les mûres et les framboises sont également cultivées entre juin et octobre. Pour certains producteurs, le rendement est supérieur à la demande sur le marché local.

Chine : les baies de Goji sont populaires, presque pas de demande pour les framboises
Diverses baies sont produites en Chine, mais les baies de Goji sont les plus appréciées. Elles sont aussi beaucoup exportées, notamment vers les Etats-Unis et l'Europe. Les baies de Goji fraîches sont commercialisées de juin à août et seule la variété séchée est disponible par la suite. La production et l'exportation augmentent chaque année. Contrairement aux baies de goji, les framboises ne sont pas très populaires sur le marché chinois. Cette année, les framboises ne sont pas non plus dans une bonne posture. Le prix a baissé, mais malgré cela, il n'y a encore que très peu de points de vente pour ce fruit et ce car les framboises ne sont pas populaires auprès des consommateurs chinois. Le prix est beaucoup plus élevé que celui d'autres variétés, ce qui les rend peu attrayantes. La production est également très limitée, car il n'y a pas beaucoup d'endroits où ce fruit est cultivé et la qualité ainsi que la production dépendent très fortement des conditions climatiques.

États-Unis : la Californie cède la place au Mexique, le prix des framboises augmente fortement
La saison californienne touche à sa fin et la saison mexicaine est sur le point de commencer. La transition se fera d'ici deux à trois semaines, selon la météo. Par la suite, le Mexique sera le principal producteur de mûres sur le marché américain. On peut s'attendre à ce que les prix baissent et à ce que la demande demeure constante. « Le vendredi ou le lundi, nous nous attendons à ce que les prix atteignent 14-16 $ », affirme un négociant. Actuellement, le prix des mûres mexicaines sur le marché texan est de 18 à 20 $.

Le marché de la framboise a subi quelques changements au cours de la semaine dernière. La Californie n'a plus de stock et il n'y a actuellement pas d'approvisionnement disponible. Lundi, les prix s'élevaient encore à 14 $ - 16 $ et maintenant ils atteindraient jusqu'à 20 $. La pénurie en Californie a été causée par les températures, d'abord trop froides, puis trop chaudes. Entre-temps, la demande de framboises a augmenté cette semaine. Les prix des framboises devraient rester élevés pendant un certain temps, aux alentours de 18 à 22 $.

Canada : la demande de mûres augmente
La saison des mûres dans la vallée Frasier, en Colombie-Britannique, a lieu entre la mi-août et octobre. La demande de mûres est légèrement supérieure à celle de l'an dernier et les prix sont de 10 à 20 % plus élevés. Un marché fort est attendu pour les semaines à venir.

Les fruits rouges et les groseilles proviennent également de la vallée de Frasier et sont particulièrement appréciées des consommateurs européens. Ils sont perçus comme une spécialité pour un marché de niche. La saison a commencé à la fin du mois de juin, et en plus d'approvisionner le marché local, certaines exportations partent en Asie. Le rendement a été inférieur à celui des années précédentes, probablement en raison de la fin de l'hiver. Les prix sont comparables à ceux de l'an dernier.

Afrique du Sud : les exportations augmentent, mais les volumes restent faibles
La superficie consacrée aux framboises et aux mûres est très faible en Afrique du Sud (respectivement 135 et 35 hectares). On s'attend à ce que ce secteur demeure stable au cours des prochaines années. La moitié des framboises est exportée (875 tonnes l'an dernier). Une augmentation de 17 % des exportations de framboises est prévue pour cette saison. En 2018, 80 % de ces expéditions étaient destinées au Royaume-Uni, 14 % au Moyen-Orient et 6 % à l'Europe.

Un peu moins de la moitié des mûres sont exportées (107 tonnes), dont 93 % vont en Europe et 7 % au Moyen-Orient. Comme dans le cas des framboises, on s'attend à une augmentation des exportations, mais les volumes demeurent faibles.


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)