Svetlana Belskaia, Fruit-M :

« Nos clients russes achètent directement, mais les chargements mixtes sont un commerce en soi »

Il y a cinq ans, Svetlana Belskaia a lancé Fruit-M Import-Export, juste après l'entrée en vigueur du boycott russe. Elle fournit des fruits et légumes importés aux détaillants, grossistes et restaurants russes. Tout cela depuis Honselersdijk aux Pays-Bas.

« La Russie a toujours été mon marché. C'est toujours le cas. Nous ne sommes plus autorisés à exporter des produits néerlandais en Russie. Cette interdiction a entraîné une baisse de nos revenus, mais nous essayons de compenser en réalisant un meilleur profit par chargement », explique-t-elle.

Fruit-M se spécialise dans la fourniture de chargements mixtes en Russie. « La Russie achète toujours sur le marché comptant. Ils ne font rien sur une base contractuelle ou dans le cadre d'un programme. Quand ils ont des pénuries, ils achètent autant qu'ils le peuvent par des canaux directs. »

« Cela se fait, par exemple, en Afrique ou en Israël. Mais s'ils n'y trouvent pas de produits, ils viennent aux Pays-Bas. Ils savent où venir pour les gros volumes. Par exemple, ils achètent des tonnes de tomates directement depuis le Maroc. Toutefois, la mise en commun de chargements mixtes est un secteur commercial à part entière », explique Svetlana.

« Par exemple, nous vendons beaucoup de myrtilles du Pérou et du Chili. Mais nous vendons aussi des volumes raisonnables de tomates du Maroc, du Sénégal et de Tunisie. Et puis il y a des produits exotiques comme la physalis et le fruit de la passion. »

« Il y a actuellement une forte demande d'avocats. Ils sont facturés au prix record d'environ 15/16 €. Je n'en avais jamais fait l'expérience auparavant durant l'été », poursuit l'exportatrice.

« Il y avait beaucoup d'incertitude quand le boycott a commencé. Les gens ne savaient pas ce qu'ils étaient ou n'étaient pas autorisés à vendre. De nombreux exportateurs néerlandais ont décidé de ne pas commercer avec la Russie ce qui a réduit la concurrence. »

« La Russie avait investi massivement dans sa production intérieure. Néanmoins, les choses ne changent pas du jour au lendemain. Mais il est certain que les exportations ne seront plus jamais au même niveau qu'il y a dix ou quinze ans », indique Svetlana.

« L'avantage de mon entreprise est sa petite taille mais je voudrais m'étendre. L'année dernière, nous avons pu réaliser un chiffre d'affaires de 8 millions d'euros. Avec un bureau de deux personnes. Je ne suis pas mécontente de ça. »

« Mais du fait de notre petite taille, nous ne pouvons pas tout affronter. Le commerce avec la Russie est maintenant bien engagé depuis cinq ans. Mon objectif aujourd'hui est d'approvisionner également les pays voisins de la Russie. Je veux souhaiterais mettre en place nos propres lignes d'importation à l'avenir », conclut Svetlana.

Pour plus d'informations :
Svetlana Belskaia
Fruit-M 
250 Honderdland
2676 LV Maasdijk, NL
Tél. : +31 (0) 174 72 71 71 11
svetlana@fruit-m.com
www.fruit-m.com


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)