Le taux de change rend la saison difficile pour l'industrie des agrumes

« Les prix des Valencias sont les meilleurs que j'ai jamais vus, mais l'ouverture des citrons pour les nouveaux participants est fermée »

Pour Hannes de Waal, directeur général de la Sundays River Valley Citrus Company (SRCC) basée à Kirkwood, dans l’est du Cap, c’est une saison difficile, mais qui est rachetée par un seul facteur : l’affaiblissement du taux de change, presque R17 contre l'euro et R15.22 au dollar américain.

« C'est une saison très compliquée et très difficile, mais la réalité est dissimulée par le taux de change. C'est la grâce salvatrice de l'industrie des agrumes cette saison. Le taux par dollar nous aide beaucoup », indique t-il. (Au cours du mois de janvier, le rand s’est renforcé en dessous de 13,50 rands pour un dollar, ce qui a contribué aux difficultés de la saison des raisins de table sud-africains passée.)

Hannes de Waal, directeur général de la SRCC au centre, avec Nokwanele Mzamo, directrice générale de Luthando Farm, à droite, parmi les ouvriers de l’usine de conditionnement de Kirkwood

« Les prix des Valencias sont parmi les meilleurs que j'ai jamais vus »
Les valencias sont le point culminant, en particulier pour les producteurs dans les Cap occidental et oriental. Aux alentours de Letsitele, la sécheresse a provoqué une baisse des volumes (estimée à environ 20 % par les producteurs du Nord). 
À la SRCC, ils avaient une moyenne de fruits avec une distribution de taille moyenne (72, 64, 88), ainsi que des 105 et des 125 plus petits, et les marchés européen et du Moyen-Orient paient de très bons prix pour les plus petits calibres. 

« C'est l'un des prix les plus élevés que j'ai jamais vus pour les Valencias, et c'est simplement dû à la vieille offre et à la demande, tirées par la croissance de la catégorie des jus en magasin, d'où l'exigence de fruits plus petits », explique Hannes. « L’Europe et le Moyen-Orient sont en concurrence directe pour l’approvisionnement en jus d’orange. »

Les prix du citron chutent de 20 à 30 % YOY
Hannes est très inquiet des perspectives d’entrée tardive dans la catégorie des citrons, en particulier ceux provenant d’autres secteurs, comme dans le Cap occidental par exemple, les viticulteurs qui remplacent les citrons par des vignobles.

« La production mondiale a énormément augmenté. C'est notre jeu, et nous savions que cela allait arriver, mais il y a des réalités dures, et l'une d'entre elles est la suivante : si vous n'êtes pas déjà dans le secteur des agrumes, vous devez bien réfléchir avant de vous lancer dans les citrons. Cette fenêtre est fermée. »

« Les prix du citron d'une année à l'autre sont inférieurs de 20 % à 30 % », poursuit-il. « En Europe, les prix sont inférieurs de 15 à 30 % ; au Moyen-Orient, les prix de base du citron sont inférieurs de 20 à 25 % à ceux de l'année dernière. »

La distribution de la taille des citrons était très bonne, à l'exception d'une diminution de leur troisième série qui est un peu préoccupante.

« Le printemps a été sec. Si nous n'atteignons pas 5 ou 10 mm en octobre, nous en ressentirons les effets la saison prochaine. »

Sur les mandarines, les prix baissent de 5 à 10 % par rapport à l'année suivante, alors que la croissance prévue des volumes commence à se manifester. « C'est différent d'avant, le marché évolue et la croissance des agrumes tendres est très claire. »


Jeunes vergers dans la Sundays River Valley 

Un passage très tardif à l'hémisphère sud raccourcit la fenêtre
Le début de la saison de la Navel fut une période difficile. « Le marché de gros en Europe n’est plus un marché facile. La moyenne des Valencias égyptiennes est à peu près la même que celle des prix intérieurs en Afrique du Sud, car leurs coûts de transport sont très bas. Ce n’était pas une mauvaise saison, mais jusqu’à environ la semaine 24, ce n’était vraiment pas une bonne. »

Comme d'habitude, les derniers marchés ont amélioré les perspectives et les prix étaient raisonnables, mais la tendance à la baisse des prix de la Navel a été accentuée cette année par les importantes récoltes espagnoles, selon Hannes.

Les détaillants européens sont passés aux stocks de l'hémisphère sud beaucoup plus tard que d'habitude, car les marchés sont restés pleins avec la saison particulièrement longue de l'Espagne et les fruits de l'Égypte, aux portes de l'Europe, d'où une fenêtre très courte.

« D'habitude, à la semaine 24, on a réglé le problème, certains gars prenant déjà des fruits sud-africains à partir de la semaine 20, mais cette année, nous n'avons commencé qu'à partir de la semaine 29. J'estime que le passage à l'approvisionnement de l'hémisphère sud est arrivé 10 à 12 semaines plus tard que d'habitude. »

Les dégâts causés par le vent anéantissent les gains de volume
Les conditionnements ont été terribles à cause du vent, a déclaré Hannes. Il note qu'il est inévitable que de plus en plus de vergers doivent passer sous des filets, en particulier dans des endroits comme Barkly Bridge.

Il raconte que certains producteurs ont récolté 10 à 20 % de plus dans un verger, pour constater les mêmes volumes d'exportation que les autres années, car les dommages causés par le vent et les mauvaises conditions de conditionnement annulent les gains de volume.

« La gestion des fruits est une gestion à risque, mais lorsque vous êtes confronté à certains des risques externes auxquels nous avons dû faire face cette saison - la situation dans les ports, ou les manifestants bloquant les routes avec des pierres lors des manifestations de prestation de services - cela rend les choses encore plus difficiles. »

Le gouvernement n'est pas assez sensible aux risques externes du secteur
« Nous vivons dans un monde très concurrentiel. Les fruits sud-africains ne sont pas les seuls sur le marché, les clients ne doivent pas acheter nos fruits. Le gouvernement n'est pas suffisamment sensible aux perturbations causées à l'industrie par des actions non réglementées ou des manifestations qui bloquent les routes. Il va falloir étendre la protection à des industries telles que celle des agrumes, car les entreprises sont soumises à un environnement défavorable. »

« Nous sommes très sensibles aux réalités socio-économiques de l'Afrique du Sud », a-t-il poursuivi. « Nous investissons beaucoup dans les projets et la création d'emplois, mais nous avons besoin d'un gouvernement à notre portée. »

À la SRCC, ils n'envoient plus de gros volumes à Cape Town ou à Durban. La situation dans les ports de Port Elizabeth et de Coega s'est certes nettement améliorée, mais les répercussions se font encore sentir : une pénurie intermittente de conteneurs, une perturbation des horaires de transport et une irritation des clients.

Pour plus d'informations : 
Hannes de Waal
Sundays River Citrus Company
Tél. : +27 42 233 0320
srcc@srcc.co.za 
https://www.srcc.co.za/ 

 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)