La superficie consacrée aux artichauts espagnols sera-t-elle réduite ?

Le secteur espagnol de l'artichaut s'interroge sur une possible réduction de la superficie en raison de la pénurie d'eau dans certaines zones, comme par exemple La Vega Baja. « Je ne pense pas que les réductions drastiques dans ces zones atteindront les 50 % mentionnés, mais il y aura des réductions et les usines seront déplacées vers des plantations ultérieures. Il est vrai que les plantations précoces sont celles qui bénéficient des meilleurs prix, mais en même temps ce sont celles qui présentent le plus de risques en raison de la vulnérabilité des pousses », a déclaré Guillermo Agorreta, président du Conseil de réglementation de l'indication géographique protégée (IGP) Alcachofa de Tudela et gérant de la société SAT Agorreta.

« Lors de la campagne précédente, les prix de l'artichaut espagnol étaient restés élevés à cause de la baisse du volume. Mais cela ne signifie pas que le prix se comportera de la même manière cette année, ni que les profits seront élevés », a ajouté Guillermo Agorreta.

Des sources du secteur de la production et de la commercialisation de l'artichaut blanc de Tudela indiquent que « lors de la campagne précédente, l'artichaut de Tudela avait atteint de bons prix en raison d'une pénurie du marché, ce qui a incité de nombreux producteurs à agrandir leurs plantations dans l'espoir de dégager des marges lucratives ; nous pourrions néanmoins constater le contraire lors de la prochaine campagne car de bons volumes sont attendus, ce qui pourrait avoir une incidence sur les prix, même si le volume final dépendra des conditions météo. »

Les producteurs ne pensent pas que la croissance en volume soit énorme. « Cette année, les ventes ont augmenté, mais il n'y a pas eu de croissance énorme, comme certains l'avaient prédit », a déclaré Guillermo Agorreta.

SAT Agorreta est une société productrice et un distributrice d'artichauts blancs de Tudela portant le label IGP. « Les plantes poussent ici dans les meilleures conditions possibles. Une fois plantée dans d'autres régions, elle offre une résistance accrue, assurant une croissance optimale », explique Guillermo Agorreta.

La culture dans la région de la Ribera de Navarra n'est pas entravée par un manque d'eau, mais par des ouvriers. « Ce que certains producteurs n'ont peut-être pas pris en compte, c'est l'augmentation des coûts et la pénurie de main-d'œuvre. La main-d'œuvre représente le coût le plus important en termes de production et de traitement des artichauts. Près de 70 % du coût est dû à un travail manuel impossible à mécaniser », explique le directeur de l'entreprise.

Le manque de producteurs agricoles désireux d'entrer dans le secteur est un autre facteur qui pèse lourdement sur la récolte. Bon nombre des actuels prennent leur retraite. C'est un travail difficile qui ne peut être mécanisé. Même l'irrigation est gérée manuellement. De moins en moins de personnes sont prêtes à faire ce travail et les restrictions relatives aux produits phytosanitaires ajoutent encore plus de travail manuel.

« Malgré les perspectives, avec la demande nationale et internationale en croissance continue, je pense que nous allons maintenant atteindre notre apogée et commencer à réduire les récoltes. »

« Il y a environ 1 000 hectares produisant des artichauts blancs de Tudela dans le cadre de l'IGP. Le climat de la région confère aux produits des qualités organoleptiques uniques. L'artichaut cultivé par temps froid est plus tendre et moins fibreux. Comme son développement prend jusqu'à trois semaines, il accumule des sels, de l'eau et moins de fibres, tandis qu'un artichaut exposé à la chaleur produit un excès de fibres. Sa forme arrondie est également plus attrayante », a déclaré le président.

« La demande du marché est intéressante et la récolte est sans aucun doute dans une position de plus en plus forte. Pour les producteurs, cependant, la culture devient de plus en plus difficile », explique Guillermo Agorreta.

« Le marché de niche des produits de charcuterie et des produits transformés et prêts-à-manger, qui permettent un approvisionnement tout au long de l’année, un stockage et des exportations faciles, est l’une des options pour les commerçants en quête d’une bonne demande. Mais à long terme, de nombreux producteurs rechercheront de nouvelles cultures. Dans notre région, il y a peu d'alternatives, l'une d'entre elles étant l'oignon », explique Guillermo Agorreta.

FRUIT ATTRACTION 2019 – STAND 7C08B

Pour plus d'informations : 
Guillermo Agorreta, manager
SAT Agorreta 721 NA
C/ Sol, 14
31512 Fontellas, Navarre, Spain
Tél. : + (34) 948 82 79 72
grupoagorreta@gmail.com 
www.agorreta.es 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)