Bonnes perspectives pour le marché du kiwi

La 38ème Convention de l'Organisation Internationale du Kiwi - IKO (Turin, 8-10 septembre 2019) s'est terminée sur une note positive grâce aux bonnes conditions de marché favorisées par la baisse des stocks. 

« C'est un honneur pour moi de présider cette assemblée, qui est importante pour évaluer le segment des kiwis au niveau mondial. Les délégations représentent les intérêts du secteur dans les principaux pays producteurs afin de poursuivre leur croissance », a déclaré Patrizio Neri, coordinateur du sommet.

« Cette table doit être préparée face aux nouvelles dynamiques du marché et doit être capable de s'adapter au changement. Je pense que nous devrions mettre en place un comité capable de collecter et de traiter les données et les chiffres des pays qui se développent à l'échelle mondiale. Je pense que c'est la seule façon de continuer à être acteurs de l'évolution plutôt que de simples observateurs. » 

Délégation IKO à Turin 

La saison des kiwis dans l'hémisphère sud touche à sa fin, le Chili envoyant les dernières cargaisons à l'étranger et la Nouvelle-Zélande se préparant à envoyer les dernières dans quelques semaines. En ce qui concerne l'hémisphère nord, l'IKO a estimé une production équilibrée pour 2019 avec des quantités stables en Grèce et en France et une baisse de 10 % en Italie.

Les 38 délégués de l'IKO ont décidé de se concentrer sur la sauvegarde de la qualité et la promotion du produit. Pour ce faire, il ne faut pas récolter les fruits à un stade précoce car cela pourrait affecter la saison dès le début, non seulement pour les opérateurs mais aussi pour les distributeurs, qui pourraient voir leur rentabilité diminuer à moyen-long terme.  

Il a donc été demandé aux opérateurs d'attendre l'étape de maturation parfaite dans le respect des différents paramètres définis dans les différents pays de production afin de soutenir la consommation.

Un autre aspect discuté par l'assemblée était l'origine contrefaite. Après les événements désagréables survenus l'année dernière en France et en Italie, l'IKO recommande d'accorder beaucoup d'attention à la sauvegarde de l'origine des produits. Toutes les zones de production peuvent fournir des kiwis d'excellente qualité avec une qualité organoleptique unique suivant l'origine, les producteurs ont donc le devoir de communiquer et de mieux considérer cet aspect. 

La deuxième journée était réservée aux questions techniques concernant les aspects phytosanitaires dans les principaux pays producteurs tels que la bactériose et le dépérissement de la vigne et surtout la punaise brune marbrée (Halyomorpha halys). Les délégués ont reconnu la nécessité de sensibiliser les institutions uniques des différents pays à ce problème tout en menant une action commune au niveau européen.

« L'industrie du kiwi a connu une forte croissance à l'échelle mondiale au cours des dernières années, il est donc nécessaire de continuer à travailler ensemble pour soutenir cette tendance et aider toute la chaîne. »


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)