« La Turquie pourrait répondre à la demande européenne de produits frais biologiques »

Le professeur agrégé Mesut Eren de l'Institut de l'Union européenne de l'Université de Marmara a déclaré que la Turquie pourrait répondre à la demande des pays européens en produits frais biologiques une fois que les négociations sur l'union douanière auront progressé. M. Eren a ajouté que la Turquie possède de vastes champs qui conviennent parfaitement à l'agriculture biologique.

Eren a informé les membres des associations d'agriculture biologique lors d'une formation organisée au Centre de Ski de Palandoken dans le cadre du « Projet pour l'accroissement de la capacité de gestion et de la réputation des organisations de la société civile en Turquie ». Dans cette formation financée par l'UE, Eren a souligné que la Turquie possédait des champs qui conviennent à l'agriculture biologique et a continué : « Nous disposons de vastes champs exempts de pesticides, qui ne sont pas exposés aux dommages environnementaux et qui conviennent donc à l'agriculture biologique. Nous aimerions en profiter. Les produits biologiques sont un peu chers, mais nous avons commencé à les acheter. L'avenir est dans ce domaine. Nous voulons que l'union douanière avec l'UE soit étendue à l'exportation de produits agricoles. Si nous y parvenons, la Turquie se trouvera dans une position très avantageuse à l'exportation. Il est possible que la Turquie réponde à la demande européenne de produits frais biologiques. Les négociations sur l'union douanière visent à aller dans cette direction. Les négociations vont bientôt commencer. »

M. Eren a également fait part de ses réflexions sur les politiques agricoles actuelles en Turquie : « Actuellement, nous ne savons pas qui plante quoi, qui récolte quoi et quels rendements sont attendus pour la prochaine saison. Il s'agit toutefois d'une procédure standard dans 28 pays de l'UE. Par exemple, la Pologne sait combien elle a planté et combien elle prévoit récolter la saison prochaine. Malheureusement, cela ne fonctionne pas de cette façon en Turquie. Nos agriculteurs plantent le produit le plus rentable. Ensuite, tout le monde finit par planter le même produit et ils ne peuvent même pas ramasser leurs produits en raison d'un surplus. Toutefois, cela changera une fois que nous serons intégrés dans l'UE. D'après ce que je peux voir dans les formations en agriculture biologique, il y a des producteurs qui savent ce qu'ils font et qui savent comment utiliser ces possibilités. Nos formations ont été très productives. »

 

Source : DHA (Turgay Ipek)


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


© FreshPlaza.fr 2019

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)