Javier Díaz Sánchez, d'Agroiris :

« Les Pays-Bas ne peuvent pas rivaliser avec les poivrons espagnols »

Almeria semble réduire la superficie consacrée à la culture de la tomate, et pas seulement à cause de l'impact des ravageurs, comme le Tuta absoluta. « Même si certains le nient, la concurrence du Maroc s'accroît et la limite d'importation prévue par la loi n'est pas toujours respectée. Dans le même temps, la production néerlandaise cultivée dans des serres chauffées avec éclairage artificiel est en concurrence avec la tomate espagnole. Les tomates de serre ne sont pas très durables et ne peuvent pas être comparées aux tomates espagnoles en termes de coûts, car ces dernières nécessitent beaucoup plus de main-d'œuvre », explique Javier Díaz Sánchez, directeur général d'Agroiris.


Javier Díaz Sánchez, directeur général d'Agroiris

« L'utilisation de serres chauffées est un net avantage au niveau productif, et Almería ressent l'impact de la concurrence. De plus, elle doit faire face à des barrières logistiques en raison de sa situation géographique. » Pour illustrer cela, Javier Díaz a rappelé que « lorsque Almeria produit 12 kilos de tomates, les Pays-Bas en obtiennent 50 kilos avec la même superficie. Cette différence est décisive lorsqu'il s'agit de fixer les prix. L'offre et la demande sont plus faciles à gérer avec des volumes élevés et un transport de masse. Actuellement, le client veut contrôler 90 % de la chaîne, de l'emballage au transport. »

Les poivrons gagnent du terrain
« Avec les poivrons, la concurrence n'est pas aussi forte, car la culture exige des températures plus élevées, surtout la nuit. S'il est cultivé en serre, il n'est pas rentable d'investir dans le chauffage pendant la nuit. C'est probablement la raison pour laquelle les Pays-Bas ne semblent pas intéressés à développer cette culture au même niveau que la tomate », explique Javier Díaz.

Selon Javier Díaz, la commercialisation des poivrons est un défi, compte tenu de la diversité des couleurs, des tailles et des différences marquées en termes de qualité, et l'augmentation du volume a un impact direct sur les prix. « Une fois que les supermarchés reçoivent plus d'approvisionnement, ils finissent par réduire les prix. En fin de compte, notre client est le détaillant et non le consommateur, et une fois qu'un précédent de bas prix existe, il est difficile de ramener les prix au niveau initial », explique Javier Díaz.

Selon lui, au niveau national, les poivrons les plus demandés sont le Lamuyo, ou Clovis et le poivron italien. Pour l'exportation, les plus populaires sont les poivrons rouges et jaunes, qui remplacent clairement le vert. Et bien que les poivrons continuent de représenter 80 % du marché, des variétés comme le Sweet Palermo® ou le mini Tribelli® sont en hausse. La vente d'autres variétés, comme le poivron blanc, est impensable en Espagne, mais parfaitement possible en Hongrie, en République tchèque, en Slovaquie, en Pologne et en Suisse.


Mini Tribell®

« Début de la campagne avec des prix désastreux »
Le directeur général d'Agroiris affirme que la campagne du poivron précoce a commencé au début de cette année avec des prix terribles. « Les températures nocturnes ne sont pas encore basses et la production précoce de poivrons d'Almeria est trop importante. Cette période de transition entre les campagnes est lugubre en raison des chevauchements avec les Pays-Bas et la Pologne. On s'attend à quelques semaines difficiles. »

« Les lacunes en matière d'exportation vers les États-Unis que certains mentionnent ne sont pas réelles non plus. Le Mexique continue d'approvisionner le marché américain et il n'y a généralement que des écarts entre janvier et mars. Il est vrai que les ouragans de l'année dernière ont affecté la production mexicaine en ouvrant des opportunités pour l'Europe, mais il s'agissait de circonstances exceptionnelles », déclare Javier Díaz.

De nouveaux marchés pour les poivrons ?
Aucun marché ne va s'ouvrir en Asie non plus, ils produisent eux-mêmes. En fait, la Chine produit encore plus que l'Espagne.

« Le veto russe, la production mexicaine qui augmente, et maintenant le Brexit pèsent sur les marchés, et il faut ajouter que l'Italie, le Maroc et la Pologne (au printemps et en été) étendent leurs campagnes, de sorte que le marché espagnol pourrait être limité », déclare Javier Díaz. « La Pologne se développe également grâce à ses serres, et la hausse des températures due au changement climatique va faciliter et étendre la production. »

Les concombres gagnent également du terrain dans la culture de la tomate, mais les prix sont très variables car les concombres doivent être récoltés tous les 2-3 jours, ce qui peut avoir un impact sur l'équilibre entre offre et demande.

La culture des courgettes est délicate. Après la crise causée par le virus de New Delhi, qui a décimé jusqu'à 50 % de la récolte, il n'y a plus eu d'expansion des superficies. Cependant, la production a augmenté grâce à l'introduction de nouvelles variétés et à l'utilisation de serres mieux préparées. Les productions sont relativement stables.

L'aubergine reste un produit stable. La Russie était un grand consommateur, et depuis le veto, le marché ne s'est pas redressé, bien qu'il n'ait pas été réduit non plus.

Zéro déchet : l'alternative aux lignes organiques
Agroiris est une coopérative à 3 lignes : conventionnelle, biologique et zéro déchet. Selon le directeur général, cette troisième ligne est l'une des plus viables pour le producteur, car elle permet un minimum de produits phytosanitaires tout en assurant l'approvisionnement d'un produit sain et durable.

« Il y a une demande pour la ligne biologique, mais pas une énorme. C'est trop difficile et, dans certains cas, les producteurs mettent leurs productions en danger », explique Javier Díaz.

« Le zéro déchet a un avenir comme alternative, comme nous l'avons déjà vu en France, l'un des rares pays à avoir misé fortement et avec succès sur ce concept », explique Javier Diaz. « Il est également vrai qu'Almeria est le numéro un de la protection intégrée, et que cela a été en grande partie dû aux poivrons. »

Selon le directeur général d'Agroiris, un excellent travail a été fait dans le domaine de la protection intégrée, en maintenant sous contrôle les ennemis agressifs tels que les thrips ou les aleurodes. « La collaboration avec des entreprises comme Agrobío nous a permis d'obtenir des résultats satisfaisants à long terme. »

La coopérative Agroiris compte 730 adhérents, 1 300 hectares exclusivement à Almería, 6 magasins spécialisés pour différents produits et une production totale de 200 millions de kilos, dont 80 millions pour les poivrons, 40 millions pour la pastèque, 15 pour le melon, 15 pour le concombre, 15 pour la courgette et 15 pour les aubergines. Cette année, Agroiris fête ses 25 ans.

Pour plus d'informations : 
SAT Agroiris
Ctra. Almerimar km1
El Ejido, Almeria. Spain
Tél. : +34950489075
info@agroiris.com 
www.agroiris.com 


Date de publication:
©



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


© FreshPlaza.fr 2019

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)