Les inondations et tempêtes en Espagne et dans le sud de la France ont touché plusieurs cultures

L'épisode méditerranéen de cette semaine a causé de gros dégâts dans le Sud de la France ; le gouvernement a déclaré l'état de catastrophe naturelle. À Béziers, 243 litres d'eau par m² sont tombés en 24h. D'autres communes françaises et espagnoles ont aussi été touchées sévèrement. L'épisode a forcément des conséquences pour le secteur des fruits et légumes.

« On n'a pas encore dressé le bilan, mais aussi bien en France qu'en Espagne plusieurs cultures ont été touchées » rapporte Charles Farran de Ritex, grossiste basé à Perpigan. « En France, c'est la saison des légumes d'automne et d'hiver, comme l’artichaut et la salade. Pour ces produits-là l'eau n'est pas forcément négative, et on espère que les conséquences ne seront pas trop graves. Les pommes et les poires seront probablement aussi touchées. D'autres produits, comme la tomate, sont cultivés sous serre et ne sont pas impactés directement. Toutefois, plusieurs serres ont été détruites par la tempête dans les régions de Nîmes et Avignon. »

En Espagne, l'épisode méditerranéen a aussi eu un impact. « Les raisins ont été touchés par l'eau sévèrement, » raconte Charles, qui importe beaucoup de ses produits de l'Espagne. 

10 000 mètres carrés de serres maraîchères emportées
Alors qu’il s’apprêtait à cueillir ses salades, Eric Vidal a vu une mini-tornade, dans la nuit de mardi à mercredi, emporter 10 000 m² de son exploitation agricole située au cœur des Jardins Saint Jacques, rapporte l'Indépendant. « Tout est foutu, poursuit l'agriculteur, autant les installations que, bien sûr, toute la production de salades destinées notamment à la restauration rapide. Nous devions faire la récolte dans 10 jours, c'est une perte sèche. Heureusement, j'étais assuré. »

La cause est un souffle dévastateur limité à un couloir. D'autres dégâts, plus mineurs, ont été constatés dans le même secteur. « En arrivant au niveau des serres, j'ai compris qu'il s'était passé quelque chose. Les serres au bout de l'exploitation étaient totalement écrasées. On aurait dit qu'un bull était passé pour tout détruire. Ce qui est étonnant, ce sont les autres installations, tout à côté, elles n'ont pas été touchées du tout », explique l’agriculteur.

L’exploitation avait déjà connu une situation similaire lors de la tempête Klaus en janvier 2009 : « Il va falloir, dès que l'expert sera passé, tout démonter, nettoyer et reconstruire. On ne pourra faire de la salade que l'été prochain. » L’exploitation risque de mettre en chômage technique temporaire une partie de son personnel.

Source : lindependant.fr


Date de publication:
© /



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


© FreshPlaza.fr 2020

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)