Grève du secteur agricole à Almeria :

Une mobilisation sans précédent, du jamais vu en 30 ans

Le président de l'Union des producteurs agricoles indépendants (UAI), Joaquín López Bernabé, s'est entretenu avec FreshPlaza quelques minutes avant le début des manifestations dans les rues d'Almeria, organisées dans le cadre de la grève du secteur fruits et légumes du 19 novembre.

« Almeria se tient juste derrière nous ; le port maritime est devenu un parking et nous attendons entre 15 000 et 20 000 manifestants pour participer à cette marche pacifique », a déclaré Joaquin.

« Les producteurs ont enfin pris leur décision. L'UAI a commencé les manifestations et a été rejointe par l'ASAJA, l'UPA et le COAG, avec COEXPHAL et ECOHAL. Cette situation est sans précédent ; les producteurs sont unis pour la première fois. Il a fallu 30 ans pour y parvenir, pour que les marketeurs se joignent aux manifestations ».

« Aujourd'hui, nous allons manifester à Almería jusqu'à deux ou trois heures de l'après-midi. Ensuite, nous visiterons les magasins privés qui ne fermeront pas pour éviter de perdre de l'argent. Demain matin, il n'y aura pas non plus de vente ou d'expédition de produits », explique Joaquín.

« Les producteurs sont solidaires, ils ont pris conscience du fait qu'ils finissaient par payer pour le produit, et maintenant ils veulent simplement dire : Stop ! »

Lors de la dernière réunion, l'UAI comptait 4 500 affiliés. Le pouvoir des réseaux sociaux leur a permis de se développer rapidement et maintenant de nouvelles applications arrivent, portant le nombre de producteurs à 6 500.

« Les producteurs agricoles disent Stop ! » Ils en ont assez. « Nous devons absolument éradiquer les pratiques des organisations commerciales, des grandes entreprises, des chaînes de distribution, etc. »

« Il n'y a qu'une seule solution : rester unis. Si les producteurs s'unissent, ils deviennent forts et personne ne peut les combattre. L'Union européenne et les grands propriétaires terriens mettent en danger les petits producteurs. Les problèmes sont imputés aux négociants qui expédient vers l'Union européenne, et les institutions laissent le processus entre les mains des grands détaillants », explique-t-il. 

« Seuls les producteurs possèdent à la fois le produit et les problèmes. Si nous cherchons une solution au problème, nous la trouverons, mais nous ne pouvons pas continuer à vendre à des prix aussi ridicules. »

« Le problème va bien au-delà du producteur. Nous devons analyser et contrôler les accords avec les pays tiers. Il est insensé de parler de surproduction lorsque nous importons des produits », a déclaré Joaquín López Bernabé.

 

Pour plus d'informations : 
Joaquín López, président
Unión de Agricultores Independientes
agricultoresindependientes


Date de publication:
©



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


© FreshPlaza.fr 2020

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)