Des scientifiques chiliens mettent au point un biopapier réduisant l'altération des fruits durant le transport

Selon les données de l'Office of Agricultural Studies and Policies du Chili (Odepa), le pays exporte en fruits frais près de 2,6 des quelque 5 millions de tonnes de fruits qu'il produit, soit près de 52 % de sa production totale annuelle. Ces exportations génèrent un revenu annuel d'environ 4 milliards de dollars (soit 2,7 milliards de pesos chiliens). Toutefois, 3 à 5 % des fruits frais exportés ne parviennent pas à destination en raison de l'action des microbes phytopathogènes qui endommagent le produit et le mettent au rebut.

Un groupe de scientifiques de l'Université de Concepcion a mis au point une technologie innovante à base d'arbres et d'algues, pour inverser ce problème complexe (et coûteux) des fruits.

Comprendre la manipulation après récolte
Le problème des déchets alimentaires n'est pas réservé aux fruits. Selon l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), près de 1,3 milliard de tonnes de nourriture sont perdues dans le monde chaque année.

Pour éviter des pertes à l'exportation, le secteur des fruits doit tenir compte de la manutention post-récolte lors de l'expédition des produits vers différents pays, c'est-à-dire de tout ce qui concerne la conservation et le transfert corrects du produit transporté.

Actuellement, les exportateurs utilisent différents matériaux, comme le papier gaufré (caractérisé par sa texture), pour contrecarrer les effets de la post-récolte sur les fruits transférés. L'équipe du Laboratoire Gibmar du Centre de Biotechnologie et de la Faculté de Pharmacie de l'Université de Concepción a développé un prototype de papier biologique qui permettrait de mieux conserver les fruits exportés du Chili.

Algues + pins ?
« L'objectif de ce projet est de valider et de produire un papier bioactif à base d'algues à partir de Pin de Monterey ou Pinus radiata  et d'extraits bioactifs d'algues marines qui permettra de réduire les pertes de fruits causées par l'oxydation et la décomposition dues à l'action microbienne après récolte, qui survient pendant le stockage et le transport », a déclaré le Dr Cristian Agurto du laboratoire Gibmar.

L'élaboration de ce bio-papier a été soutenue par la Commission nationale de la recherche scientifique et technologique (Conicyt) et le programme du Fonds pour le développement scientifique et technologique (Fondef). Selon Corma, « Les capacités de ce papier à réduire la détérioration et la décomposition des fruits ont déjà été démontrées et brevetées par l'Université de Concepción ».

Heureusement, le pays dispose de suffisamment de matières premières pour produire ce bio-papier ; le Chili possède deux millions d'hectares de plantations de Pinus radiata et extrait près de 360 000 tonnes d'extraits d'algues marines bioactives par an.

 

Source : eldefinido.cl / simfruit.cl 

 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


© FreshPlaza.fr 2020

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)