Protection des cultures bio, les écrans d'Arrigoni passent les tests sur les jeunes pousses

Scirocco MD White et Biomaglia dans les tests démontrent une protection efficace et une qualité inchangée par rapport au plein champ.

Arrigoni, le groupe spécialisé dans la production d'écrans de protection pour l'agriculture, a obtenu de bons résultats à la suite d'un test sur le terrain pour lutter contre les altises. Le test a été effectué sur un ensemencement de roquette bio, commencé début septembre et récoltée 17 jours plus tard. Scirocco MD White (filet coupe-vent et filet d’ombrage moyen, en monofilament de PEHD tissé à plat) et Biomaglia (filet en polyamide léger, anti-insectes et anti-gel) ont été testés, placés sur la culture immédiatement après le semis et maintenus jusqu’à la récolte. L’essai a été mené sur une surface de plus de 5 000 m², semée avec la variété de roquette Extrema, de la société Maraldi Sementi à Cesena.

La réponse du test était positive : la roquette protégée avait la même qualité que la roquette non couverte. Elle ne présentait ni signes de souffrance, ni différences de qualité (telles que couleur ou consistance), même si le rendement était identique.

Une autre confirmation des résultats de Biomaglia provient ensuite d’un autre essai sur le terrain effectué à l’Azienda Agricola Fratelli Cambise à Trasacco, L’Aquila, réalité historique qui se spécialise depuis plus de trente ans dans la production de légumes à feuilles. Le responsable technique Sandro Cerasani a expliqué : « Pour ce type de cultures, le principal problème est naturellement représenté par les maladies à virus, dont le principal vecteur est le thrip. Pour contrer leur propagation, nous avons effectué un test avec Arrigoni Biomaglia sur la laitue, le brocoli et le radicchio. Le résultat a été extrêmement satisfaisant, avec un pourcentage de plantes infectées proche de zéro, de sorte que, compte tenu des résultats, nous pensons déjà à l’agrandissement de nos surfaces protégées par Biomaglia d’Arrigoni ».

« L'aspect le plus important – souligne Milena Poledica, agronome d’Arrigoni – est que les surfaces protégées par des écrans Arrigoni ne nécessitaient pas de traitements phytosanitaires contre les altises ou le thrip, ni ne présentaient de dommages à la culture. Il ressort clairement du test que l’utilisation de la protection physique au moyen de filets Arrigoni sur la culture est extrêmement avantageuse, à la fois en termes de coût et d’efficacité, et surtout, elle offre la possibilité de récolter un produit exempt de résidus de pesticides et, par conséquent, plus sain. Un choix essentiel pour ceux qui travaillent dans le secteur bio ».

Selon le dernier rapport ISMEA, publié à l'occasion du Sana 2019 (salon international des produits biologiques et naturels), la tendance positive des quinze dernières années se poursuit pour le secteur de l'agriculture biologique. Sorti de la dimension de niche des origines, il est devenu ces dernières années un mode de vie très répandu, consolidé dans les habitudes alimentaires des familles italiennes. Au cours de la dernière décennie, les entreprises de production et de transformation de produits biologiques ont globalement doublé, tandis que les superficies cultivées ont augmenté de 60 %. À la fin de 2018, la superficie cultivée en Italie avec l'agriculture biologique atteignait près de 2 millions d'hectares, avec un nombre d'agriculteurs atteignant 80 000 unités. Les élaborations menées par SINAB (Système national d’information sur l’agriculture biologique) indiquent que, depuis 2010, les augmentations enregistrées dépassent 800 000 hectares et que 20 000 exploitations sont engagées dans ce secteur. Par rapport à 2017, les surfaces biologiques ont augmenté de 3 % avec 49 000 hectares supplémentaires.

Il est maintenant indéniable que le problème de la réduction des traitements aux pesticides pour offrir un produit moins résiduel se fait de plus en plus sentir, même parmi les entreprises spécialisées dans la production de légumes et de salades. En outre, l'utilisation de nombreuses molécules se révèle inefficace. Par conséquent, l'application de pesticides est un choix contre-productif pour de nombreuses parties. En ce sens, le choix des barrières physiques représente une solution aussi valable et concrète que « verte ».

Pour plus d'informations,
Bureau de presse Arrigoni c/o fruitecom
Jessica Sabatini
Tél. : +39 338 73 07 649
https://www.arrigoni.it/ 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


© FreshPlaza.fr 2020

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)