Situation dramatique pour les producteurs et négociants espagnols de kakis

La situation des producteurs et des sociétés de négoce espagnols travaillant avec le kaki est dramatique. Des kakis ont d'ailleurs été laissés sur les arbres car il n'aurait pas été rentable de les récolter, et personne ne semble intéressé pour en acheter. 

« Contrairement à la campagne du kaki 2018/2019, où le gel et la grêle ont causé la perte de plus de la moitié de la production, il y a une récolte complète pour la campagne actuelle. Il est à noter que les arbres plantés il y a 4 ou 5 ans portent aujourd'hui leurs fruits et les rendements augmenteront à l'avenir », explique Eduardo Cifre, fondateur d'OKA Fruits et de Ribercaqui. « Les pluies torrentielles de la semaine 49 ont fait des ravages dans les plantations qui n'ont pas été correctement traitées, mais cela n'aura pas un grand impact sur les volumes disponibles. »

Sachant qu'il y a plus de fruits disponibles que l'an dernier, les grands distributeurs ont commencé à essayer de faire baisser les prix. « Beaucoup de producteurs ont paniqué et ont rapidement commencé à céder et à vendre à très bas prix. En fin de compte, cela a conduit à un effondrement des prix en quelques semaines à peine depuis le début de la campagne. Il y a beaucoup de fruits dans les vergers qui restent invendus et pour lesquels seulement 5 à 7 cents le kilo sont payés, alors que les coûts de production s'élèvent à environ 25 cents le kilo », affirme le producteur et exportateur valencien.

Selon Eduardo Cifre, les sociétés de négoce vendent des kakis de première classe à des prix d'entrepôt d'environ 0,60-0,62 € le kilo, sans compter les frais de transport, et des fruits de seconde classe pour environ 0,35 € le kilo. « Les spécialistes de la vente font face à des marges de 1 à 2 cents, de sorte qu'un seul problème peut gâcher une partie importante de la campagne. La situation entre les producteurs et les sociétés de négoce est très tendue, tout comme celle entre ces dernières et les grands distributeurs. Entre-temps, la plupart des chaînes de supermarchés ont maintenu les prix du kaki à un niveau similaire à celui de l'an dernier, obtenant ainsi des marges encore plus élevées. »

L'Espagne est leader dans la production et l'exportation de kakis, une culture qui est principalement cultivée dans la province de Valence. Cette concentration de l'offre devrait faciliter l'union des producteurs sur un front commun pour fixer des prix minimums. « Si nous ne collaborons pas et ne changeons pas notre mentalité, il n'y aura bientôt plus d'avenir pour ce produit. Le fait est que, à moins que le temps ne l'empêche, la situation de l'an prochain devrait être la même que cette année. En France, ils ont réussi à protéger leurs producteurs de telles situations en fixant des prix minimums pour assurer la rentabilité de la production, alors pourquoi pas ici ? »

« Il y a des producteurs qui déracinent déjà leurs arbres parce qu'ils ont perdu trop d'argent, et certaines sociétés de négoce courent un risque élevé de faillite. La perspective c'est qu'il y aura beaucoup de non-paiements aux producteurs à la fin de la campagne », explique Eduardo Cifre. « Il y a beaucoup de désespoir et de tensions dans ce secteur, à tel point que certains ont même souhaité plus de gelées et de grêle ».


Pour plus d'informations : 
Eduardo Cifre
OKA FRUITS
Tél. : +34 639 628 670 
contact@okafruits.com 


Date de publication:
©



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


© FreshPlaza.fr 2020

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)