« La stratégie de stockage en chambre froide ne fonctionnera pas cette année »

Stocker les pommes polonaises dans des chambres froides pendant beaucoup plus longtemps n'est pas une stratégie viable cette saison, selon un négociant polonais. De nombreux négociants conservent encore leurs produits dans l'espoir d'obtenir de meilleurs prix, mais la qualité des pommes cette année ne permet pas à cette stratégie de réussir.

La saison a été inhabituelle pour les pommes polonaises jusqu'à présent, selon Mohamed Marawan, directeur général de la société polonaise Sarafruit, producteur et exportateur de pommes. « Pendant la saison, les prix des pommes étaient si bas que les vendre ne permettait pas de réaliser un quelconque profit. Les producteurs n'ont donc pas pris soin de leurs vergers aussi bien qu'ils auraient dû pensant que c'était vain. Ils n'ont peut-être pas pulvérisé une quantité suffisante, ou aussi souvent qu'ils auraient dû le faire. Cela a un grand impact sur la capacité à entreposer les pommes dans des chambres froides pendant une période prolongée ».

Selon Marawan, ce sera un désastre une fois que les chambres froides s'ouvriront. « Naturellement, les prix vont baisser, mais les gens vont aussi découvrir que les pommes ayant été stockées dans ces chambres froides ont des problèmes de peau, ou des points noirs ou des problèmes de pourriture. Les producteurs auraient dû vendre leurs produits quand ils avaient encore une chance de réaliser un profit, plutôt que d'attendre des prix plus élevés. La stratégie qui consiste à entreposer les pommes dans des chambres froides aussi longtemps que possible ne fonctionnera tout simplement pas cette saison. Les coûts d'électricité nécessaire pour faire fonctionner les chambres froides seront inférieurs aux profits réalisés en attendant des prix plus élevés. La qualité moindre signifie aussi qu'il y a moins de possibilités en termes de marchés d'exportation ».

Le fait que les commerçants indiens puissent chercher ailleurs ne surprend pas Marawan. « Tout a commencé avec la Pologne qui n'avait pas assez de main d'œuvre pour la récolte des pommes, alors ils ont invité des travailleurs indiens à remplir les postes ici. Naturellement, cela a également conduit certains hommes d'affaires à venir voir quels profits pourraient être réalisés. Maintenant, ils ont découvert que cette saison, lorsqu'on envoie des pommes de Pologne en Inde, la qualité n'est pas à la hauteur pour pouvoir supporter ces longs temps de transit. Lorsque les produits arrivent sur le marché, les clients peuvent ne pas aimer ce qu'ils voient. C'est la raison pour laquelle Sarafruit a rejeté les demandes en provenance de l'Inde. Non pas parce que nous ne voulons pas leur vendre de pommes, mais parce que cette saison, il n'est pas possible de garantir la qualité certaine à laquelle les consommateurs sont habitués ».

L'année prochaine pourrait cependant être complètement différente, car Mohamed Marawan s'attend à ce que la qualité revienne à son niveau normal après deux saisons très dynamiques. « Tant que la qualité de la pomme est assez bonne pour de longs temps de transit, le marché indien restera intéressant. Nous espérons pouvoir combler cette lacune, mais nous avons aussi d'autres projets pour l'année prochaine. Pendant le Fruit Logistica, nous rencontrerons nos partenaires d'Italie et d'Espagne pour discuter des développements récents sur le marché. Nous aimerions commencer à expédier quelques pommes au Moyen-Orient et commencer à importer des oranges d'Egypte en Pologne. L'exposition sera passionnante ! », conclut M. Marawan.

Pour plus d'informations : 
Mohamed Marawan
Sarafruit
Tél. : +48 537 935 155
office@sarafruit.eu 
www.sarafruit.eu  


Date de publication:
©



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


© FreshPlaza.fr 2020

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)