Marché mondial : le raisin

La production dans l'hémisphère sud bat son plein. Les prix sur le marché de gros sont bons, étant donné que le volume à échanger est plus petit. La saison touche à sa fin en Namibie, et l'Afrique du Sud a enregistré un volume plus faible que l'année dernière. En outre, une part plus importante de leur commerce va vers d'autres marchés d'exportation et moins vers l'Europe. Le Pérou et le Chili ont vu leurs exportations augmenter. Mais là encore, une grande partie des raisins est destinée aux États-Unis et à l'Asie. La récolte en Chine varie selon les régions. Dans certains endroits, la récolte est exceptionnelle, tandis que d'autres régions ont dû faire face à des températures trop basses.

Pays-Bas : pas de perturbations sur le marché du raisin
La situation sur le marché du raisin est pour le moins saisissante. L'offre est nettement inférieure à celle de l'année dernière et les prix se situent à un niveau particulièrement favorable, comme l'a indiqué un opérateur néerlandais sur le marché du raisin. Les derniers raisins namibiens étant actuellement vendus en Europe, l'accent est mis principalement sur l'Afrique du Sud, qui fournit nettement moins. Les prévisions de récolte avaient déjà été revues à la baisse car la nouaison ne s’était pas bien passée après un printemps aux conditions climatiques instables. Par la suite, une vague de chaleur dans l'Orange River et des pluies dans les zones de culture de l'autre côté du pays ont également causé de nombreux dégâts. Les prix sont de 20 à 30 % plus élevés que l'année dernière, où ils sont restés à un niveau bas. De plus, il y a beaucoup moins de raisins sur le marché de façon générale, car le Pérou a expédié beaucoup moins. La récolte indienne a également été retardée par les fortes pluies. Qui plus est, en raison de l'impact important des maladies, divers producteurs ont également décidé de vendre leurs fruits sur place. Un volume de raisins légèrement plus important est attendu dans les prochaines semaines, mais l'offre sera tout de même inférieure de 10 % à celle de l'an dernier.

Allemagne : l'Afrique du Sud et la Namibie dominent l'offre
L'Afrique du Sud est actuellement sur le marché avec une large gamme de variétés, dont l'Arra, le Sugraone, le Prime Seedless, le Dan Ben Hannah et le Black Gem. La Namibie est également présente, principalement avec les variétés Flame et Prime Seedless. Le Brésil, tout comme le Pérou, joue actuellement un rôle mineur sur le marché de gros allemand. L'approvisionnement européen en provenance d'Italie, d'Espagne et de Turquie a presque disparu des rayons.

L'offre et la demande suivent actuellement le rythme, déclare un négociant. Les prix sont très variables et dépendent fortement de l'origine ainsi que du marché de gros. Enfin, beaucoup de produits de mauvaise qualité sont arrivés sur les rayons et la situation du marché en a été affectée. Dans le même temps, les opérateurs qui disposent de fruits d'excellente qualité peuvent les vendre à des prix très élevés.

France : des prix de 20 à 30 % plus bas
La saison du raisin Aledo touche à sa fin et le marché français se tourne vers les raisins d'Amérique latine. La saison espagnole a été difficile en raison des mauvaises conditions climatiques. L'humidité a été un problème particulièrement important et les raisins ont été commercialisés à bas prix. La saison italienne s'est mieux déroulée, avec de bons volumes et une bonne qualité. En outre, la saison a duré un mois de plus que l'année dernière. Cependant, les niveaux de consommation ont été décevants, d'où les prix bas sur le marché. En moyenne, ceux-ci ont été inférieurs de 20 à 30 % par rapport à l'année dernière.

Italie : une consommation moindre en raison d'un hiver doux
La saison du raisin sicilien a pris fin il y a quelques mois. Celle-ci a été difficile, mais il y a encore de la place pour la vente des derniers raisins, comme les variétés Crimson et Apulia. « Nous avons arrêté avec le Crimson début novembre », affirme un négociant sicilien. « Les derniers raisins des Pouilles ont été récoltés à la fin novembre. Grâce à la conservation des fruits en chambre froide, la vente du Crimson s'est terminée il y a quelques jours, et celle des Pouilles se poursuivra jusqu'au début du mois de février, bien que cela ne concerne que de petites quantités à la mi-janvier. Tout au long de la saison, le prix à l'origine du Crimson a oscillé entre 1,00 et 1,20 Euro le kilo, malgré une coloration imparfaite. Ceux des Pouilles ont été vendus au même prix ».

Dans les Pouilles, la saison s'est terminée après Noël. « Les derniers volumes n'ont pas été appréciés par le marché », explique un producteur local. « Ils ont été vendus à 0,70 euro le kilo. Les prix les plus élevés n'ont pas dépassé 1 euro par kilo ». D'une part, les conditions climatiques douces et sèches ont fait chuter la consommation, et d'autre part, l'humidité a provoqué la pourriture des raisins, entraînant des coûts supplémentaires pour les producteurs et la présence de vendangeurs sur le terrain jusqu'en décembre.

Chine : le froid entrave la récolte
La production de raisins locaux est déjà terminée en Chine. Cette année, la production a été quelque peu retardée par le temps froid. Globalement, la récolte a été bonne et, dans certains cas, elle a même été exceptionnelle. Cela a fait baisser les prix vers la fin de la saison. Dans quelques régions, le froid a été tel que la récolte a également été affectée, ce qui a entraîné une baisse de la production et une fin de saison plus précoce. Néanmoins, dans la plupart des cas, il était question d'une bonne récolte, même si elle est arrivée plus tard sur le marché. En Chine, les nouvelles variétés, comme les raisins sans pépins et le Muscat Shine, se sont particulièrement bien comportées.

Pour l'instant, les raisins sont principalement importés d'Australie, du Pérou, du Chili et d'Afrique du Sud. Les incendies massifs en Australie n'ont pas encore eu d'impact majeur sur les exportations vers la Chine. Par conséquent, les raisins australiens sont également disponibles sur le marché chinois cette année.

Afrique du Sud : début de saison plus précoce ; moins d'exportations vers l'Europe
La saison des raisins approche de son apogée lorsque le Cap-Occidental entre en pleine production. Les conditions climatiques et les calibres sont bons ; de plus, la saison a démarré tôt. Cela permet d'assurer des volumes plus importants que d'habitude à cette période de l'année. La qualité des raisins blancs de la région de la rivière Berg est « bien supérieure à la normale », selon les représentants de l'industrie. Dans la vallée de l'Hexrivier, la récolte est belle et dans la moyenne. Les fruits semblent meilleurs que l'année dernière, où des pluies de contre-saison sont tombées pendant la période des vendanges. Cette année, les précipitations pendant la récolte ont réduit le volume dans le Limpopo. Environ 1,5 million de boîtes en moins ont été emballées.

A la fin de la semaine 1, environ 23,5 millions de boîtes (1 boîte = 4,5 kg) ont été exportées. On a constaté une baisse frappante des exportations vers l'Europe (qui représente 50 % cette année, contre 57 % l'année dernière) et une augmentation des exportations vers l'Extrême-Orient, l'Asie du Sud-Est et l'Amérique du Nord grâce à des raisins de bonne taille. Les viticulteurs ont essayé de conditionner leurs produits le plus rapidement possible en raison de la très mauvaise distribution d'électricité dans le pays, marquée par des coupures de courant régulières.

La deuxième estimation de la récolte a été légèrement ajustée à la baisse par rapport à la première estimation d'octobre. Cette saison, la production de raisins est chiffrée entre 59,55 et 66,30 millions de caisses.

Chili : baisse des volumes en raison du temps sec ; beaucoup d'exportations vers les États-Unis
La saison des raisins a commencé au Chili à la mi-décembre. La période de floraison a été difficile, car une grande partie de la superficie consacrée au raisin est située dans une région qui a été touchée par le temps sec. De plus, il y a eu quelques gelées ici et là, ce qui a provoqué une baisse des volumes. Les marchés d'exportation les plus importants pour le pays sont les Etats-Unis et l'Asie. Les producteurs se tournent de plus en plus vers les raisins sous licence car le marché d'exportation (surtout les États-Unis) l'exige. Cette semaine, les premiers raisins chiliens sont arrivés aux Etats-Unis par bateau. Les États-Unis sont maintenant en pleine saison d'importation et les volumes expédiés ne cessent de croître. Le Chili espère augmenter sa part de marché aux États-Unis.

Pérou : une production en hausse et de nombreuses nouvelles variétés
La saison péruvienne a commencé un peu plus tard que la normale. En décembre, les premiers raisins péruviens sont arrivés aux États-Unis pour compenser la baisse de la production intérieure. Le Chili a commencé la saison trop tôt l'année dernière. Il en a tiré des leçons, si bien que cette saison, il n'a commencé à exporter que lorsque l'offre de la production intérieure californienne était déjà faible. Les volumes du pays continuent d'augmenter et on y trouve plus de nouvelles variétés et moins de variétés traditionnelles. Le Red Globe reste le cépage dominant dans le pays. Le marché d'exportation le plus important est les États-Unis.

États-Unis : transition du raisin national vers les importations sud-américaines
Le marché des États-Unis est en train de passer des raisins nationaux aux importations sud-américaines. Pour l'instant, les prix sont élevés car les volumes sont actuellement faibles. Au cours des prochaines semaines, cependant, les volumes devraient augmenter et les prix baisser. La plupart des raisins proviennent du Pérou et du Chili, avec quelques petits volumes provenant également du Brésil. L'offre de variétés rouges sans pépins devrait être plus faible cette saison. La distribution des Red Globe est également plus lente cette saison, mais cela n'a pas d'impact négatif sur le marché, puisque le volume est également plus faible.

Australie : la gestion de l'eau devient un défi pour les producteurs
C'est la saison de pointe pour les viticulteurs australiens et la gestion de l'eau devient un gros problème, alors que le temps sec et la chaleur commencent à faire des ravages. La saison a démarré un peu plus tard que prévu en raison des températures très inhabituelles. Les viticulteurs de l'ouest de Victoria s'attendent à de bons volumes, mais la qualité reste incertaine. L'Australian Table Grape Association (ATGA) a introduit un stade de maturation minimum l'an dernier. Pour les variétés Crimson, Flame, Red Globe et Thompson, cela signifie qu'au moins 80 % des fruits doivent avoir un degré Brix de 16, tandis qu'un degré Brix de 15,5 s'applique aux variétés Menindee, Sugraone et Superior.


La semaine prochaine : Aperçu du marché mondial de la myrtille


Date de publication:
©



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


© FreshPlaza.fr 2020

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)