Eser Arzen sur la difficile saison des cerises

« Nous avons reçu un certain soutien de la part des compagnies aériennes turques »

Les compagnies aériennes turques ont aidé certains producteurs de cerises à récupérer le temps perdu en raison de conditions routières moins optimales. Cela a permis d'assurer l'arrivée de toutes les cargaisons à temps chez les clients. Reste un défi plus difficile à résoudre, le changement climatique croissant en Turquie.

Dans l'ensemble, la saison des cerises a été très bonne. Selon Eser Arzen, directeur général d'Arzen Gida, la saison a posé quelques problèmes à l'exportateur. « Les transports et les conditions météorologiques nous ont posé le plus de problèmes. Afin de minimiser ça, nous avons acheté plus de cerises que ce que nous avions commandé, de sorte que nous étions absolument sûrs que toutes les commandes pouvaient et allaient être exécutées à temps. Le transport du champ à l'usine d'emballage est également un défi, car toutes les routes de Turquie ne sont pas aussi bonnes que nous le souhaiterions. Si le transport est retardé, nous devons utiliser le fret aérien pour rattraper le temps perdu, afin de ne pas nous mettre dans l'embarras avec nos clients. Ce n'était pas toujours idéal, mais nous avons réussi à le faire fonctionner. Nous avons bénéficié d'un certain soutien de la part des compagnies aériennes turques, à la fois en termes de prix et à la fois en termes de ponctualité pendant la saison, grâce à quoi toutes nos marchandises sont arrivées en temps et en heure ».

Bien qu'Azen Food se concentre actuellement sur le Moyen-Orient, Eser reconnaît que le marché chinois pourrait être très important cette année. « Nos principaux marchés d'exportation sont Dubaï, le Qatar, le Koweït, l'Arabie Saoudite et l'Allemagne. La demande de qualité sur ces marchés est au plus haut niveau, c'est pourquoi nous avons développé notre marque dans ces régions. Toutefois, pour l'avenir, le marché chinois est important. En 2020, nous prévoyons d'avoir des produits en Chine avec notre propre marque également. Pour l'année à venir, nous avons fixé un objectif d'exportation de 1500 tonnes de cerises ».

Un problème plus difficile à résoudre est le changement climatique, qui a eu des effets sur la culture de divers fruits, dont les cerises. « Le plus gros problème est que la région anatolienne est très étendue géographiquement, de sorte que nous pouvons vivre les quatre saisons au cours d'un même mois. Le changement climatique perturbe la structure de l'air, de l'eau et du sol. Nous avons nous-mêmes créé ce problème, et nous devrions examiner comment les gens vivaient il y a cinquante ans et adapter certains des modes de vie d'alors à notre mode de vie actuel », conclut Eser Arzen.

Pour plus d'informations : 
Eser Arzen
Arzen Gida
Tél. : +90 532 517 8034
nfo@arzengida.com  
www.arzengida.com  


Date de publication:
©



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


© FreshPlaza.fr 2020

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)