Annonces

Top 5 d'hier

Top 5 de la semaine dernière

Top 5 du mois dernier

Marché mondial : la myrtille

Ces dernières années, les prix élevés enregistrés et la consommation croissante de myrtilles ont entraîné une augmentation du volume produit et du nombre de pays producteurs. En Amérique du Sud, la concurrence est féroce entre le Chili, leader en titre, et le Pérou, challenger. Aujourd'hui, les volumes semblent augmenter plus rapidement que la demande, si bien que les prix sont sous pression sur le marché mondial.

Afrique du Sud : les chiffres provisoires indiquent une croissance de 4 000 tonnes ; une nouvelle croissance est attendue
La saison d'exportation actuelle est terminée en Afrique du Sud. Les chiffres définitifs de cette saison ne sont pas encore connus, mais selon les premières données, 12 200 tonnes ont été exportées, soit environ 4 000 tonnes de plus que lors de la précédente saison 2018/2019 (7 572 tonnes). Cette croissance est cohérente avec les attentes du secteur.

Il est prévu d'ajouter 1 000 hectares supplémentaires dans les années à venir pour atteindre 3 400 hectares au bout de cinq ans. En 2013, il ne restait plus que 437 hectares. Le Cap-Occidental est la principale région productrice de myrtilles, mais la culture est pratiquée dans tout le pays. Ceci est rendu possible par le développement de variétés moins dépendantes des basses températures. Au cours des premières années de la culture de la myrtille, seuls quelques producteurs et exportateurs étaient présents sur le marché, mais grâce aux variétés de myrtilles modernes et ouvertes, le seuil d'entrée pour les nouveaux producteurs et exportateurs a été abaissé.

Les prix sur le marché intérieur ont considérablement baissé. Le niveau le plus bas jamais enregistré a été atteint en décembre 2019, avec 1,48 €/kg (28 ZAR). Il y a quatre ans, le prix le plus bas était de 12,70 €/kg (240 ZAR).

Mexique : les prix bas sont une source d'inquiétude pour les producteurs
La saison s'étend de septembre à juin, avec un pic entre février et avril. Des retards ont été enregistrés cette année en raison des températures plus fraîches dans le pays, mais cela n'a eu aucune incidence sur le volume ou la qualité. Le volume de myrtilles en provenance du Mexique est en augmentation, entraînant une baisse des prix. Le marché compte de plus en plus de pays offrant des volumes importants et une bonne qualité ; par conséquent, les myrtilles de qualité supérieure ne sont plus aussi bien vendues. Les producteurs mexicains se penchent sur la culture de variétés spéciales, comme les myrtilles géantes. L'Amérique du Nord reste le plus grand marché pour le pays.

Chili : focus sur la production biologique de myrtilles
La plupart des myrtilles proviennent des régions centrales du pays. La production chilienne est également supérieure à celle de l'année dernière. Le gros des myrtilles est expédié aux États-Unis, mais ce volume est en baisse. En revanche, les exportations vers l'Europe et l'Asie sont en hausse. Le Chili se concentre sur la culture de myrtilles biologiques, dont la production a augmenté de 35 % en 2019 par rapport à 2018.

Pérou : la bataille pour la première place
Ces dernières années, la production et l'exportation péruviennes de myrtilles ont connu une forte croissance. Le pays est actuellement dans une course au coude à coude avec le Chili voisin pour devenir le premier marché d'exportation de myrtilles au monde. Comme dans le cas du Chili, la plupart des volumes sont acheminés vers les États-Unis, mais les exportations vers l'Europe et l'Asie sont également en hausse.

Pays-Bas : de gros volumes de myrtilles sur le marché
Les ventes de myrtilles sont difficiles en ce moment. En effet, selon les importateurs néerlandais, les volumes sont très importants et la demande est lente. Beaucoup de fruits sont disponibles, plus en provenance du Chili que du Pérou. Les prix sont à un niveau bas qui remonte en fait à la période de Noël. En outre, la qualité des fruits est très imprévisible. Les premières myrtilles marocaines sont en train d'être cueillies.

Allemagne : le Pérou domine, le Chili fait pression sur le marché
Actuellement, les myrtilles sur le marché allemand proviennent principalement du Pérou, du Chili et du Maroc ; toutefois, ce ne sont pas les seules origines ; il y a donc une offre excédentaire et, par conséquent, une pression sur les prix. « Nous sommes conscients du fait que les ventes ont tendance à diminuer chaque année en janvier et février, car la demande est relativement faible. Les détaillants tentent de remédier à ce déséquilibre entre l'offre et la demande en proposant des myrtilles en promotion. Néanmoins, il y a aussi une offre énorme de toutes les sortes sur le marché de gros », déclare un commerçant qui achète ses marchandises essentiellement sur le marché de gros de Francfort. Les gros calibres de la variété Duke, très appréciée, se vendent en moyenne 4,75 € sur les marchés de gros allemands.

L'Allemagne produit également de plus en plus de myrtilles. Dans le Land de Basse-Saxe, huit producteurs ont fusionné et commercialisent leurs produits sous le nom de Blaubeergarten GmbH. Les myrtilles allemandes sont triées et emballées au même endroit pendant la saison (juin-août). « Notre prochaine étape consiste à prolonger la saison aussi longtemps que possible en utilisant une technologie de refroidissement moderne. Nous voulons également trier et emballer les myrtilles biologiques sur le même site à court terme », déclare la direction de l'entreprise.

France : quatre origines sur le marché
La demande de myrtilles en France augmente d'année en année. Il existe actuellement quatre origines différentes sur le marché : le Pérou, le Chili, l'Espagne et le Maroc. Les fruits chiliens sont vendus à bas prix depuis le début de la saison, même si la qualité de ces myrtilles est supérieure à celle de l'année dernière. En général, cependant, la qualité n'est pas aussi bonne que celle des autres pays. Cela est principalement dû aux distances importantes (plus de 5 semaines en bateau) et aux anciennes variétés que la terre fait pousser.

Italie : les producteurs veulent prolonger la saison
Les myrtilles italiennes ne sont pas commercialisées actuellement. Sur le marché de gros, on trouve maintenant des myrtilles péruviennes dont les prix oscillent entre 12 et 13,50 € / barquette. L'Italie veut prolonger sa propre saison de production afin d'être moins dépendante des pays étrangers. Les superficies consacrées à la culture de la myrtille sont en pleine expansion. La consommation est stimulée par la réputation de ce fruit comme étant un super aliment. Les myrtilles sont de plus en plus présentes dans les produits de snacking.

« Pour l'instant, nous avons une saison qui dure 4 à 5 mois », déclare un employé d'une entreprise de culture en Italie. « Avec de nouvelles variétés et techniques de culture, nous pouvons aller jusqu'à 8 mois. Les prix du produit restent stables tout au long de l'année. Les coûts de production en Italie sont élevés, avec au moins 80 % de frais de main-d'œuvre. Toutefois, les myrtilles étant de haute qualité, les clients ont tendance à les préférer ».

Espagne : excédent et chevauchement prévus pour la saison
La récolte des myrtilles a débuté à Huelva avec les variétés précoces, mais avec de petits volumes. La saison a commencé un peu plus tôt cette année, mais le temps pluvieux n'a pas favorisé la croissance des fruits. Aucun volume important n'est attendu avant la mi-février. Le Maroc est de plus en plus présent sur le marché européen, mais la plupart des entreprises espagnoles importent des fruits chiliens et péruviens, ainsi que les dernières myrtilles d'Afrique du Sud. Le Mexique gagne également du terrain en Europe. Les volumes chiliens devraient atteindre un pic au cours des semaines 7, 8 et 9, ce qui entraînera un chevauchement avec la saison espagnole. Les myrtilles espagnoles ont actuellement des prix attractifs, légèrement supérieurs à ceux de la production chilienne.

La saison précédente a été marquée par un excédent ayant eu des conséquences désastreuses pour le secteur. Cette année, la situation s'annonce pire. Le secteur a connu une forte croissance au cours des sept dernières années et la superficie ainsi que la capacité maximale n'ont pas encore atteint leur plafond. 70 % des volumes sont livrés en avril et mai, lorsque les variétés libres Star et Ventura sont à leur apogée.

Chine : de plus en plus de pays exportent vers le marché chinois
Plusieurs zones sont consacrées à la production de myrtilles en Chine, mais aucune n'est actuellement en saison. La campagne devrait commencer vers mars / avril. L'offre de myrtilles est à cette heure essentiellement issue de l'importation. Les principaux fournisseurs de myrtilles de la Chine sont le Chili et le Pérou. Le Pérou a commencé à exporter en septembre, alors que le marché et les prix étaient bons. Le Chili a commencé un peu plus tard, alors que la saison péruvienne était sur le point de se terminer et que les vacances chinoises approchaient.

De plus en plus de pays sont autorisés à exporter des myrtilles vers la Chine. L'Argentine, par exemple, est entrée sur ce marché pour la première fois en 2019. Elle s'est cependant retrouvée dans une situation difficile. La concurrence avec le Pérou et le Chili a eu un impact sur la vente des myrtilles en provenance d'Argentine. N'étant pas encore très connus, ils ont besoin de se faire une réputation.
L'Uruguay a également effectué sa première livraison à la Chine en octobre, mais rencontre des difficultés pour être compétitif en raison de la taxe d'importation de 30 %. Entre-temps, les deux plus grands concurrents, le Pérou et le Chili, bénéficient de droits d'importation de 0 %. Le Mexique a également signé un accord avec la Chine fin de 2019 pour exporter des myrtilles vers ce pays. L'offre de myrtilles augmente chaque année, mais la demande est également en hausse. On peut donc en conclure que le marché de la myrtille se développe bien en Chine.

États-Unis : le marché se remet des bas prix de décembre
Le prix des myrtilles aux États-Unis est en train de revenir à des niveaux raisonnables. En décembre, les prix avaient chuté en raison des volumes importants sur le marché. Le prix est en fait tombé en dessous du seuil de rentabilité, ce qui est une situation totalement opposée à celle de décembre 2018, où les prix étaient très élevés sur le marché. De plus en plus de pays exportent des myrtilles vers les États-Unis, si bien que les volumes disponibles ont augmenté en décembre. En plus des pays de production traditionnels tels que le Chili et l'Argentine, de plus en plus de myrtilles du Pérou et du Mexique sont acheminées vers les États-Unis. Le Chili reste le principal exportateur de myrtilles. Un petit volume provient de la Californie.

Australie : divers rapports sur les attentes de la saison
Le pic de la saison australienne de la myrtille est en vue, mais les rapports sur les conditions de croissance sont contradictoires. Le temps sec semble avoir eu un impact sur les fermes du nord de la Nouvelle-Galles du Sud, tout comme la pénurie d'eau et les dégâts causés par les tempêtes et la grêle signalés au début du printemps. D'autres rapports parlent d'un grand volume de myrtilles de haute qualité, et donc d'une longue saison. Les cultures de Tasmanie et de Victoria sont également en pleine floraison en janvier.

Bien que la production du pays ait augmenté de plus de 42 % entre 2017 et 2018, les exportations ont chuté de 38 % au cours de la même période.

Nouvelle-Zélande : l'espoir que 2020 soit aussi bonne que 2019
Les producteurs néo-zélandais espèrent une saison comme celle de l'année dernière, où un record de 7 millions de barquettes de myrtilles ont été consommées et où la valeur des ventes en supermarché s'est élevée à 14,9 millions d'euros.

 

La semaine prochaine : aperçu du Marché Mondial de l'oignon


Date de publication:
©



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


© FreshPlaza.fr 2020

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)