Annonces

Top 5 d'hier

Top 5 de la semaine dernière

Top 5 du mois dernier

Le Cirad lance une alliance pour faire face aux menaces pesant sur la production mondiale de bananes

La fusariose TR4 menace de décimer les plantations de bananes. Cette maladie est arrivée très récemment en Amérique latine, d’où partent 80 % des exportations mondiales de bananes dessert. Incurable, celle que l’on appelle aussi la maladie de Panama (race tropicale 4) se propage rapidement et ne laisse aucune chance aux variétés Cavendish, qui représentent 100 % des productions de bananes dessert pour l’exportation. Face à l’urgence de la situation, le Cirad a lancé, le 6 février 2020 au Salon Fruit Logistica à Berlin, une initiative, la World Musa Alliance. Celle-ci vise à rassembler le maximum d’acteurs pour faire émerger rapidement des solutions face aux menaces qui pèsent sur la production mondiale de bananes.

Arrivée sur le continent américain en 2019, après l’Asie du Sud-Est, une partie du Proche-Orient et l’Afrique de l’Est (uniquement Mozambique), la fusariose TR4 menace la production de bananes au niveau mondial. Maladie incurable causée par un champignon du sol, elle génère d’importantes pertes de rendement. La Cavendish, le groupe variétal qui domine depuis des décennies les filières d’exportation, y est particulièrement sensible. Face aux potentiels impacts économiques et sociaux de cette maladie, le Cirad propose d’agir à la fois sur la diversité des variétés et sur les pratiques agricoles pour la contenir, au sein d’une alliance mondiale, la World Musa Alliance.

Cette alliance se fixe comme objectifs de produire les connaissances nécessaires au développement de nouvelles variétés et de systèmes de production, ainsi que de créer des variétés résistantes à la TR4.

Davantage de diversité génétique
Diversifier les variétés et changer les pratiques agricoles : voilà les deux grands messages portés par le document fondateur de l’alliance dévoilé le 6 février. « Et il ne s’agit pas de faire l’un ou l’autre, mais bien les deux en même temps », souligne Denis Loeillet, correspondant du Cirad pour la filière banane.

Le « tout Cavendish » montre ses limites : la variété utilisée partout actuellement est extrêmement sensible à la fusariose TR4. Pour éviter de reproduire le schéma du Gros Michel, qui était le groupe variétal dominant avant qu’il ne succombe à la fusariose de race 1 dans les années 1960, le Cirad propose d’introduire de la diversité génétique dans la filière d’exportation.

Mais l’amélioration génétique du bananier, qui est d’une extrême complexité, ne suffira pas à sécuriser la filière. La lutte contre la maladie passe aussi par le développement de systèmes de culture adaptés. Enfin, c’est aussi l’opportunité de revisiter les systèmes de production avec comme objectifs d’augmenter leur biodiversité et de réduire l’utilisation de pesticides.

Fédérer le maximum d’acteurs
« Nous proposons que cette alliance fédère une large gamme de parties prenantes tout au long de la filière, ce qui sera une de ses forces majeures. Elle s’appuiera sur une coordination étroite des acteurs clefs de la filière dans leur diversité (producteurs, opérateurs commerciaux, interprofession) et des centres de recherche. Nous proposons également que cette alliance travaille selon un principe de production de biens communs accessibles à tous » précise le document fondateur de l’alliance. Les premiers signataires du document proposeront dans les prochains mois les principes de fonctionnement de cette initiative, sa gouvernance et son mode de financement.

Le marché mondial de la banane sous la menace de la fusariose TR4
La production mondiale de bananiers et plantains représente 137 millions de tonnes, dont 70 % de bananes dessert et 30 % de bananes à cuire. L’intégralité du marché mondial de la banane dessert (plus de 20 millions de tonnes) est basée sur le groupe variétal Cavendish, qui compte pour plus de la moitié de la production mondiale. C’est le fruit le plus échangé au monde. Dans les régions tropicales et subtropicales, les marchés locaux sont essentiellement approvisionnés par une production issue de l’agriculture familiale. Les bananes sont d’importantes sources de nutriments et assurent un revenu aux populations rurales. En atteignant le continent sud-américain en 2019, la fusariose TR4 s’attaque à la plus grande zone de production de bananes d’exportation (80 %) et menace de faire s’effondrer la filière. En effet, les variétés les plus cultivées appartiennent toutes à un seul groupe, Cavendish, qui est très sensible à la maladie. Avec la baisse des productions, les marchés d’importation seront bien sûr impactés, mais également les marchés locaux et les centaines de milliers de producteurs et d’ouvriers agricoles.


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


© FreshPlaza.fr 2020

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)