Durabilité, nouvelles variétés et Coronavirus

Reportage photo : Fruit Logistica 2020

La semaine dernière, pour la 28ème fois, Berlin a été le théâtre du Fruit Logistica. Ce salon de trois jours est le plus important dans le secteur des fruits et légumes. Des exposants du monde entier sont de nouveau venus assister à l'événement qui comme chaque année avait un thème central : la durabilité. Toutefois, pour cette édition 2020, un autre sujet a été au centre de l'attention : le coronavirus. 

94 entreprises chinoises étaient présentes au Fruit Logistica, sans compter les nombreux visiteurs attendus de ce pays. La crainte que le virus se propage rapidement lors du salon était donc bien présente. Ça n'a finalement pas été le cas ; de nombreux exposants et visiteurs chinois sont cependant restés à l'écart.

Environ la moitié d'entre eux n'a pas participé au salon. De nombreuses entreprises qui avaient des stands ont laissé la place à des employés européens. Par précaution, certains exposants du Royaume-Uni et de Scandinavie ont pris la décision de ne pas être présents. Du côté des Néerlandais et Belges, rien à signaler. De ce fait, les allées du centre d'exposition ont été légèrement moins fréquentées. Toutefois, les visiteurs ayant participé à l'exposition étaient de grande qualité. De nombreux exposants considèrent que cette édition du Fruit Logistica a été un réel succès. La journée du jeudi a été particulièrement riche mais le nombre de visiteurs a diminué le vendredi.

Cliquez ici pour le reportage photos des exposants français

Le carton est à la mode, le plastique beaucoup moins
L'utilisation du plastique a fait l'objet d'une série de nouvelles règles et réglementations. Dans la foulée, les fournisseurs de machines et d'emballages ont présenté une gamme de nouveaux concepts, plus ingénieux les uns que les autres. L'utilisation du carton et du papier, en particulier, ne cesse d'augmenter. Cependant, le bois et les concepts utilisant le moins de plastique le sont aussi. Les détaillants allemands sont parmi ceux faisant preuve d'une grande capacité d'adaptation à ces nouveaux concepts.

Par conséquent, des solutions appropriées sont désormais recherchées pour les produits moins évidents. Il s'agit notamment de la laitue, des champignons et des fruits à chair tendre. Il est frappant de constater que le plastique a la priorité lorsqu'il s'agit d'emballages en vrac ; utilisé pour des choses telles que les caisses de stockage, les palettes et les boîtes logistiques, principalement pour des raisons d'hygiène. Les exposants néerlandais du Fruit Logistica émettent tout de même des réserves quant aux gains de durabilité qui seront réellement réalisés grâce à cela.

Durabilité
La réduction de l'empreinte écologique des entreprises ne se limite pas aux emballages. Bien que cela ne soit pas nouveau, l'importance d'avoir des pratiques commerciales durables semble augmenter. Ce concept a été évoqué lors de nombreuses discussions durant le salon. Il a été mentionné à plusieurs reprises comme étant le développement actuel le plus important. La durabilité se présente sous de nombreuses formes mais sa mise en œuvre est principalement axée sur la prévention, la réduction ou la compensation des émissions de CO2.

Par exemple, un stand neutre en CO2 était présent au salon. De nombreuses entreprises ont également mis l'accent sur la réduction de l'utilisation des pesticides et de l'eau pendant la culture. Certaines deviennent même bio-dynamiques. Il s'agit de franchir une étape supplémentaire sur l'échelle de la durabilité. Après tout, la durabilité n'est plus uniquement axée sur le produit. Il s'agit avant tout de prendre ses responsabilités.

Hall 27
Cette année, le Fruit Logistica s'est doté d'une nouvelle salle - la salle 27, réservée en théorie aux exposants belges et chinois mais les belges étaient finalement logés dans le hall 6.2. La moitié des exposants belges était plutôt satisfaite de ce nouvel emplacement. Les allées sont plus larges, et il y a une entrée et une sortie. 

Les autres exposants belges étaient moins enthousiastes à l'égard de cette relocalisation car beaucoup plus calme selon eux. La signalisation vers le nouveau bâtiment aurait également pu être meilleure. Tous les exposants étaient cependant satisfaits du nouveau concept de stand du VLAM (Office flamand de commercialisation des produits agricoles). Les stands étaient plus grands qu'auparavant, et les couleurs et les matériaux semblaient beaucoup plus attrayants.

Quelques surprises côté belge : plusieurs exposants, tels que DBS Agro et Warnez Potatoes, avaient développé des emballages frais. La Coöperatie Hoogstraten a présenté une nouvelle salade de tomates en trois saveurs différentes. Ici aussi, les emballages sans plastique étaient à nouveau à l'honneur. BelOrta a présenté un nouvel emballage MDF pour les cerises. Mais l'entreprise a également habillé son assortiment snacks d'une nouvelle enveloppe. Ce nouvel emballage s'inscrit dans le cadre du championnat d'Europe de football qui se déroulera en été.

Kiwis et myrtilles
Zespri et T&G étaient également présents dans le hall 27 cette année et ont été très satisfaits de ce nouveau lieu du salon. Zespri a lancé le repositionnement de sa marque. Le PDG, Dan Mathieson, a déclaré qu'il était temps de faire quelque chose de nouveau. T&G a annoncé un nouveau partenariat avec NZ Plant & Food Research. Ensemble, ils souhaitent cultiver des myrtilles plus grosses et meilleures. Avant cela, la société avait également créé une entreprise commune avec CarSol, l'un des plus grands producteurs de myrtilles au monde. L'objectif est de fournir ce produit, tout au long de l'année, au marché asiatique très lucratif.

Nouvelles pommes aux Pays-Bas
Avec les exposants néerlandais, les nouveautés étaient principalement centrées sur les pommes. Un nombre remarquable de nouvelles variétés ont été introduites. La Tessa a été lancée en Europe, et FruitMasters a également donné son propre coup d'envoi. En effet, elle est le vendeur exclusif de ce produit sur le marché néerlandais. Van Kessel Fruit a également été présenté comme le nouveau partenaire d'Evelina pour les Pays-Bas.

Lors du Fruit Logistica de cette année, l'AppleJuicer a également été présenté en avant-première, développée par la société néerlandaise Thompe. Il s'agit d'un appareil automatisé qui presse les pommes et produit du jus de pomme frais. Il devrait se retrouver dans les magasins de détail et les restaurants. De nombreux producteurs ont également manifesté leur intérêt pour cette machine. Ils veulent l'utiliser pour trouver une solution à leurs pommes de qualité B.

The Greenery a fait une introduction remarquée avec les « Pappels ». Il s'agit de petits paquets de pommes fraîches. HillFresh a introduit le Limelon - un melon qui a un goût de citron vert. Les exposants néerlandais cherchent également des moyens de réduire l'utilisation du plastique. La plupart du temps, il s'agit de le remplacer par du carton. De nombreux commerçants de fruits et légumes se posent toutefois des questions à ce sujet car ils se demandent si des gains de durabilité seront réellement obtenus en procédant de cette manière. La nouvelle machine d'emballage Sorma peut traiter à la fois les emballages en papier et en plastique, ce qui permet de réduire les coûts.

Local pour les Allemands
Outre la durabilité, la régionalité était un principe récurrent parmi les exposants allemands. L'énorme essor des campagnes régionales et des idées de marketing semble être une chose du passé. Cependant, les consommateurs allemands continuent de préférer les produits du « Heimat » (pays d'origine). Ce n'est donc pas un hasard si six coopératives allemandes ont récemment uni leurs forces. Elles sont issues des principales régions agricoles.

Elles ont lancé une nouvelle variété de pomme allemande, la Fräulein, lors du Fruit Logistica de cette année. Cette variété a fait l'objet d'une attention particulière. Tout comme Gerd Sundermeyer, qui a « découvert » la Fräulein. À partir du 20 novembre, les premiers fruits seront disponibles dans les magasins allemands. L'objectif est de produire une récolte totale de 15 000 tonnes d'ici quatre ans.

Les Britanniques et le Brexit
Les Anglais étaient bien représentés au salon de cette année. Pour certaines entreprises il s'agissait d'une grande première. Le Brexit n'est pas passé inaperçu. Pour de nombreux exposants britanniques, la participation à ce salon était une façon de montrer qu'ils restent ouverts au commerce avec l'Europe. Certaines grandes entreprises sont cependant restées à l'écart et trouvent que le salon espagnol Fruit Attraction est plus utile lorsqu'il s'agit de rencontrer des clients. Cette année, pour la première fois, Total Produce et Dole ont eu un stand commun.

Moins d'exposants espagnols
Cette année, le Fruit Logistica a attiré 15 entreprises espagnoles de moins. De nombreux exposants ont fait un stand commun, subventionné par le gouvernement espagnol. L'importance croissante du Fruit Attraction (qui se tient à Madrid), est la raison du nombre réduit d'entreprises espagnoles au salon allemand. 

Côté Français
Il semble que la plupart des exposants français aient eu des rendez-vous de qualité, avec un pic de fréquentation le mercredi après-midi. Le projet de loi Economie Circulaire dont une des mesures vise à interdire la vente de fruits et légumes frais dans des emballages plastique, sauf lorsqu'ils sont conditionnés en lots d'au moins 1,5 kg, a beaucoup fait parlé de lui sur le salon. A côté de cela diverses nouvelles variétés de pommes d'exportation ont été présentées au public. Les exposants ont également présenté beaucoup de produits biologiques et de troisième voie.

Les Italiens mécontents de leur stand dans le hall 6.2
Les Italiens ont également mis l'accent sur les emballages durables. Les exposants ont réfléchi à une foire avec de nombreux visiteurs dans le hall 4.2 et sur le stand sicilien. Les Italiens ont également tenu un nouveau stand dans le hall 6.2. Mais, là, les exposants étaient moins satisfaits.

Les exposants de Campanie, en tout cas, ont le souvenir d'un salon réussi. Ils ont noué de nombreux contacts. Ici et là, des contrats ont été signés avec des détaillants européens. C'était aussi le cas avec les exposants de la région du Latium. Ils trouvent que ce rassemblement annuel est un excellent endroit pour présenter leurs produits au public.

Grosse fréquentation pour les stands d'Amérique latine 
Les exposants d'Amérique latine ont vécu une édition très chargée et réussie. Beaucoup d'entre eux sont venus rencontrer des clients existants mais aussi nouer de nouvelles relations. L'Amérique du Sud vise principalement le marché européen. La demande de fruits tropicaux y est en constante augmentation. Ces fruits proviennent de pays tels que le Brésil et la Colombie. Les exposants de l'Équateur ont été ravis de la première journée du salon et voient les avantages du salon. Ils ont également plus de possibilités de gagner des clients potentiels.

Les avis étaient partagés en ce qui concerne le nombre de visiteurs. Certains exposants ont eu plus de visiteurs et d'autres ont eu l'impression qu'il y avait moins de visiteurs - entre 10 et 15 % - sur leur stand. Ceux-ci se trouvaient dans les halls désignés pour l'Amérique du Nord, l'Amérique centrale et l'Amérique du Sud. Beaucoup ont cependant admis que cela était dû à leur perception des zones d'exposition. Les Canadiens et les Américains étaient dans le hall 23 cette année. Les exposants canadiens, en particulier, étaient satisfaits des visiteurs qui passaient devant leur stand. Certaines compagnies, comme Air Canada Cargo, ont enregistré un grand succès auprès des visiteurs d'Amérique latine.

Les fruits frais lyophilisés étaient une nouveauté sur les stands latino-américains. Cette tendance va de pair avec la demande de produits pratiques et de collations saines. Les entreprises qui fabriquent ces produits constatent également une forte demande du marché européen.

Asie de l'Est
Parmi les exposants chinois, la moitié n'a pas participé au Fruit Logistica en raison de l'épidémie de coronavirus dans cette partie du monde. Les exportateurs d'ail, de gingembre et de pomelos y ont cependant trouvé leur compte. Tout comme de nombreuses entreprises de post-récolte et de technologie. La reconnexion avec les clients existants n'était pas un problème pour ces exposants, mais les nouveaux clients sont cependant restés à l'écart.

Les entreprises thaïlandaises ont cherché à profiter des problèmes de la Chine avec le gingembre. De nombreux clients potentiels ont visité leurs stands. Cette année, c'était la première fois que l'entreprise japonaise ASTRA participait à ce salon et a profité de l'occasion pour présenter une machine à éplucher pour plus de 20 sortes de fruits différents.

Cliquez ici pour le reportage photos des exposants français 


Date de publication:
©



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


© FreshPlaza.fr 2020

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)