Annonces

Top 5 d'hier

Top 5 de la semaine dernière

Top 5 du mois dernier

Marché mondial : les poires

La saison des poires vient de commencer ou est imminente dans l'hémisphère sud. L'Argentine bénéficie de meilleurs prix sur le marché européen et le Chili a la possibilité d'accroître ses exportations de poires vers la Chine cette année. L'Afrique du Sud enregistre une légère baisse de ses exportations vers l'Europe, tandis que la Russie et le Moyen-Orient enregistrent une croissance. La poire australienne Rico est en passe de conquérir le marché asiatique et les poires chinoises sont rejetées sur le marché russe.

En Europe, la réduction de l'offre en poires italiennes a entraîné une hausse des prix des poires venant d'autres pays. L'Espagne bénéficie d'une forte demande de poires en Israël et la vente de poires de conférence aux Pays-Bas et en Belgique se porte bien également. Les perspectives ne sont pas bonnes pour les producteurs italiens et portugais, dans la mesure où même les prix plus élevés ne couvrent pas leurs coûts.

Pays-Bas : Besoin urgent d'un bon marché des poires
Les commerçants disent que le stock de variétés secondaires a été presque épuisé. La vente de ces variétés s'est déroulée plus facilement que la saison dernière. Outre les variétés club, la Conférence est toujours disponible. Selon les estimations, le stock de poires Conférence aux Pays-Bas est inférieur d'environ 10 % à celui de l'année dernière. Ce résultat, conjugué à la situation générale des stocks de poires en Europe, est plutôt favorable. Actuellement, le marché est calme, ce qui est souvent le cas après la foire de Berlin et à l'approche du carnaval. Si nous parvenons à équilibrer correctement l'offre et la demande, la pression sera nulle. Par conséquent, on peut prévoir une augmentation constante des prix, estiment les négociants en poires.

Dans l'ensemble, les négociants sont optimistes quant au marché actuel de la poire. La demande est bonne et après une petite baisse la semaine dernière, les prix des poires sont à nouveau à la hausse. La qualité des poires en termes d'aspect extérieur n'est cependant pas aussi bonne que l'année dernière, mais la durée de conservation et la diversité des variétés sont cette fois-ci bien meilleures. Les prix ont fortement augmenté depuis le mois de janvier, ce qui se traduit par un climat globalement positif sur le marché si bien que de plus en plus de professionnels opèrent des achats stratégiques. La débâcle de l'année dernière a convaincu les commerçants de proposer de meilleurs prix. Cette année, les poires se retrouveront dans des marchés tels que la Scandinavie, le Royaume-Uni et l'Europe de l'Est. Les détaillants ont eu du mal à accepter les prix plus élevés mais, selon les négociants en fruits, cela est principalement dû aux prix bas payés l'année dernière. Aujourd'hui, ceux-ci sont presque deux fois plus élevés que la saison dernière. Cela dit, ces prix sont rentables pour une entreprise de culture, alors que ceux de l'an dernier n'étaient pas viables pour le secteur.

Les premières poires sud-africaines sont également arrivées sur le marché néerlandais la semaine dernière. Le volume des poires importées a montré une tendance à la baisse ces dernières années. Cette situation du marché serait également favorable, selon les importateurs. « Sur le marché européen, nous constatons une hausse des prix de la Conférence, un volume limité de poires Doyenné du Comice et des stocks extrêmement faibles de l'Abate Fetel. On s'attend donc à un marché beaucoup plus favorable que l'année dernière. À l'époque, il n'y avait pas trop de poires sud-africaines, mais les prix en début de saison étaient incroyablement élevés et le marché était déséquilibré ».

Belgique : Augmentation significative des prix moyens du marché
Après une année difficile avec des cours bas et une qualité médiocre, la situation est désormais positive pour les producteurs et les commerçants de poires. Les prix sont en effet nettement plus élevés et la demande est bonne, tant en Europe de l'Est qu'en Europe du Sud. Les prix supérieurs et la bonne demande sont en partie dus à la grande qualité et aux faibles volumes de poires italiennes sur le marché. Le prix des poires chute généralement autour de Fruit Logistica, mais les négociants belges sont convaincus que la situation du marché est particulièrement bonne actuellement, de sorte que le prix augmentera à nouveau après le salon.

Allemagne : Fluctuations de prix inhabituelles sur le marché en raison d'une offre limitée
Les poires italiennes dominent actuellement le marché, en particulier les Abate Fetel et les Williams. On trouve en outre des poires Conférence des Pays-Bas et de Belgique, ainsi que de petits volumes de poires Santa Maria turques et de poires Alexander Lucas allemandes. Les producteurs européens sont en mesure de répondre à la faible demande du marché. Les prix connaissent quant à eux des fluctuations inhabituelles. Par exemple, les poires italiennes sont devenues légèrement plus chères pendant une courte période en raison de leur disponibilité limitée. Les importations en provenance d'Afrique du Sud sont en augmentation. Les Bon-Chrétien sont vendues à des prix médians et se retrouvent actuellement sur tous les marchés. En revanche, les Rosemarie sont vendues à des prix modérés et sont donc moins populaires sur le marché déjà calme des poires allemandes.

France : Les ventes se déroulent sans problème
Cette année, la saison des poires se déroule bien en France. Bien que les volumes n'aient pas été très importants, la qualité a été plutôt satisfaisante, avec de bonnes teneurs en sucre, même si les tailles sont légèrement plus petites que d'habitude. Aucune difficulté réelle n'a été signalée jusqu'à présent en ce qui concerne les ventes. Dans l'ensemble, les résultats sont satisfaisants. Les Français préfèrent de plus en plus acheter des poires françaises. Le volume plus faible de poires Abate en provenance d'Italie a également contribué à stimuler les ventes de poires françaises.

Italie : prix élevés pour les poires Abate italiennes en raison de la pénurie du marché
Les stocks de poires en Italie se situent actuellement à -57,6 % comparés à l'année dernière. La production moyenne des cinq dernières années en Italie est d'environ 700 000 tonnes. Plus de 70 % proviennent de la région d'Émilie-Romagne, où la superficie en 2019 s'élevait à 17 885 hectares.

Actuellement, on observe deux tendances notables sur le marché. Les acheteurs paient bien pour la variété Abate en raison d'une pénurie de ces poires (environ 50 % de moins) causée par les conditions climatiques de 2019, l'impact de la punaise marbrée brune et les problèmes survenus pendant la floraison. Toutefois, seules les poires de qualité supérieure et de gros calibre sont vendues à bon prix. Si les poires ne répondent pas aux normes de qualité minimales, les prix resteront bas, malgré les pénuries. Le marché des poires Conférence et Kaiser est assez stable en raison de la prédominance des Pays-Bas et de la Belgique qui offrent de bons calibres.

Les producteurs d'Abate en Italie du Nord enregistrent une perte de 5 000 à 10 000 euros par hectare pour la saison 2019-2020. Cela est dû à une production insuffisante, avec des pertes allant jusqu'à 70 %, essentiellement causées par la punaise marbrée et la maladie des taches brunes. Les prix des poires de première qualité sont de ce fait plus élevés que lors d'une année normale, mais ils ne compensent pas les pertes.

Pour les commerçants du sud de l'Italie, les volumes et la qualité sont faibles. Quant aux prix : « Au cours de la sixième semaine, ces prix élevés étaient dus à des pénuries. Il est difficile de trouver des poires de bonne qualité. Les poires Abate en boîtes de 17-18 kg ont été vendues à 1,50-1,60 € / kg, mais le prix des petits paquets de 4 kg a atteint 2,00-2,50 € / kg. Pour la Conférence, les prix se sont élevés à 1,00-1,20 € / kg et 2,00 € / kg, respectivement ».

Espagne : La demande en provenance d'Israël garantit de bons prix en Espagne
La saison espagnole se déroule bien pour la plupart des variétés. La production est similaire à celle de l'année dernière, mais la demande est beaucoup plus élevée et les prix sont meilleurs. Par conséquent, la saison touche à sa fin plus tôt et la nouvelle saison commencera sans les vieux stocks.

Les prix de la Bartlet et de la Williams ont atteint des niveaux records en début de saison en raison de la réduction de la production en Italie. La demande venue d'Israël a également entraîné une hausse des prix des poires Blanquilla. En raison de cette forte demande le mois dernier, les stocks actuels sont inférieurs de plus de 40 % à ceux de l'année dernière. La saison de la Blanquilla se termine un mois et demi à deux mois plus tôt que d'habitude en raison de la demande israélienne et du marché local.

Le début de la saison des Conférence a eu lieu plus tard et s'est déroulé dans un climat bien plus calme. Après Noël, la demande s'est améliorée grâce à la vente continue de poires néerlandaises et belges. En effet, grâce à ces ventes stables, un nombre moins important de poires se retrouvent en Espagne. La saison des Escolini s'est déjà terminée avec des prix stables tout du long, mais aussi avec l'un des prix les plus élevés du marché.

Portugal : Les prix bas ne permettent pas de couvrir les coûts de production
Environ 60 % des poires Rocha portugaises ont déjà été vendues. Les prix sont bas et les producteurs reçoivent une rémunération trop faible pour leur production. « Certains producteurs ont cessé de récolter », déclare un exportateur. « Dans le sud, les producteurs se tournent vers les vignobles ou démissionnent complètement s'ils sont déjà âgés ». Un autre problème pour les Portugais est que le Brésil, leur plus grand marché de destination, préfère acheter des poires plus chères que celles du Portugal à bas prix. La deuxième grande destination est le Maroc, suivi du Royaume-Uni, où les poires portugaises doivent faire face à la concurrence d'autres variétés. Toutefois, le concurrent principal est le Portugal lui-même. « Il y a trop d'exportateurs qui proposent des poires Rocha ».

Chine : Embargo russe sur les poires chinoises, mais expansion des exportations vers d'autres pays
La récolte de poires pour la saison 2019-2020 est très bonne cette année. La saison dernière, l'offre était faible car la récolte de poires a été considérablement affectée par le mauvais temps. Cette saison, les conditions météorologiques ont été bonnes, si bien que le volume disponible a considérablement augmenté. Les ventes de début janvier ont été bonnes, car les poires sont un produit très populaire pour le Nouvel An chinois. Même s'il y avait beaucoup de pommes et d'oranges sur le marché, cela n'a pas eu d'impact direct sur le prix des poires.

Les ventes ont quelque peu diminué au cours du Nouvel An chinois, la plupart des entreprises ayant fermé boutique pendant cette période. Toutefois, en raison du coronavirus, de nombreuses entreprises sont encore fermées. Cela signifie que la livraison des poires chinoises se déroule lentement. Cependant, la demande est forte sur le marché chinois, ce qui fait monter les prix.

Cette saison, les poires chinoises sont interdites sur le marché russe, ce qui pose un gros problème pour de nombreuses entreprises, étant donné que la Russie importe une grande partie de la production chinoise. Toutefois, la demande émanant d'autres pays d'Asie du Sud-Est a augmenté, de sorte que le volume des exportations est toujours équivalent à celui des années précédentes. En outre, les exportations sont également en hausse sur le marché latino-américain, maintenant que le Brésil a également autorisé l'importation de poires chinoises.

Afrique du Sud : La saison a commencé 10 jours plus tôt ; augmentation des exportations vers la Russie et le Moyen-Orient
Les exportations de poires ont commencé dès la deuxième semaine avec les premières Bon Chrétiens (Williams ou Bartlett), suivies des Rosemarie. La saison a démarré dix jours plus tôt pour certaines variétés. La plupart des poires sud-africaines sont destinées au marché européen, mais en semaine 5, les volumes étaient inférieurs à ceux de l'année dernière. Dans le même temps, les exportations vers la Russie (deuxième destination) et le Moyen-Orient ont augmenté. Au total, le volume estimé est inférieur d'environ 3 % et les exportations diminueront de 2 % par rapport à l'année dernière, si on en croit les prévisions. Les Bon Chrétiens (Williams ou Bartlett), en particulier, ont eu un faible rendement cette année. Selon certains experts, il s'agirait en fait de l'un des plus faibles jamais enregistrés.

La grêle et la glace dans la région de Ceres (Cap-Occidental) ont entraîné une réduction d'environ 15 % du conditionnement destiné à l'exportation, ainsi qu'une augmentation des fruits de classe 2 disponibles pour la vente sur le marché local ou pour la transformation en jus. Par ailleurs, la glace et le vent ont endommagé l'apparence des fruits. Enfin, les calibres sont plus petits que l'année dernière en raison du début précoce de la saison et du temps extrêmement sec des trois dernières semaines. Une récolte importante est attendue pour les poires Packham, tandis que celle de la Forelle a été réduite de 78 % en semaine 5 par rapport à l'année dernière.

États-Unis : Croissance stable du volume et de la superficie
Le conditionnement des poires commence à ralentir avec l'arrivée du printemps, mais reste cohérent pour l'Anjou et la Bosc au Nord-Ouest. Lorsque les réserves de poires s'épuisent, les fruits affluent de l'hémisphère sud, avec des variétés comme la Williams, la Packham et la Bosc chilienne qui sont les plus importantes. Le volume en provenance du Nord-Ouest est resté stable ces dernières années. Le nombre de nouveaux vergers en Oregon et dans l'État de Washington reste cependant limité. Cela est dû en partie au fait qu'il peut s'écouler jusqu'à sept ans avant qu'un nouvel arbre ne devienne productif. La croissance en termes de volume est en phase avec la consommation. Cette évolution est principalement due aux promotions effectuées sur le marché. La demande de poires biologiques est celle qui enregistre la plus forte croissance.

Argentine : des prix plus avantageux sur le marché européen
La saison en Argentine s'étend de janvier à mars. Jusqu'à présent, la saison se déroule bien, avec des volumes similaires à ceux enregistrés l'année dernière et une bonne qualité. Toutefois, le prix des poires argentines sur le marché européen est plus avantageux cette année.

Chili : Des opportunités en Chine
La saison des poires chiliennes a commencé en janvier et durera jusqu'en octobre. L'Europe est la principale destination du pays, mais cette année, le marché chinois s'ouvrira également aux poires chiliennes pour la première fois. L'accent est donc mis sur le développement de ce nouveau marché et éventuellement sur la réorientation d'une partie de ses volumes d'exportation vers ce pays.

Australie : Les poires Rico doivent conquérir le marché asiatique
Cette année est la première saison commerciale de la poire Rico, une variété club cultivée à Tatura, en Victoria du Nord. Ces poires sont spécialement cultivées pour l'exportation et sont actuellement expédiées en Thaïlande. L'objectif est de poursuivre la croissance sur le marché asiatique. Bien que les poires soient disponibles toute l'année, la saison dans la vallée de Goulburn, la plus grosse région de production du pays, est sur le point de commencer. Ici, la saison s'étend de février à mai. 88 % des poires proviennent de cette région.

La semaine prochaine : aperçu du marché mondial de la banane

 

 


Date de publication:
©



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


© FreshPlaza.fr 2020

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)