La Bintje fête ses 115 ans

Tirant son nom d’une ancienne élève (Bintje Jansma) de l’instituteur Kronelis Lieuwes de Vries et étant un diminutif néerlandais de Bénédicte, la Bintje a été créée en 1905 par cet ancien diplômé agricole. Il faisait pousser ses créations dans des boîtes disposées sur les rebords des fenêtres de la classe.

En 1898, il fut chargé de mettre en place un champ d’essai de pommes de terre par l’Association frisonne d’agriculture. Seule la Bintje, issue d’un croisement entre la Munstersen et la Fransen, rencontrera le succès. Elle apparaîtra dans les commerces néerlandais en 1910 avant de se vendre dans toute l’Europe.

En France, c’est en Bretagne qu’elle se développera. « Mon père en faisait, mon grand-père aussi et même mon arrière-grand-père », raconte Thierry Lamouric qui cultive 6 ha de plants. « Tous les ans, j’achète 2 000 tubercules dits G0 pour maintenir le niveau sanitaire de ma production. Être au top de la qualité est la seule façon de vendre ».

Si les deux dernières campagnes se sont moins bien déroulées à cause de la doyenne des variétés sur la zone d’approvisionnement du nord de la France des industriels de la chips du Nord, celle-ci a encore un bel avenir. Elle représente 65 ha de plants sur les 6 500 ha que compte Bretagne Plants. Certains la considère comme une variété trop sensible aux maladies. « Pour ma part, je pense que c’est une variété qui a encore de beaux jours devant elle. Je n’ai jamais eu d’invendus. Je suis producteur-vendeur et commercialise tout en direct à des clients de longue date, dont beaucoup dans le nord de la France. Il m’arrive régulièrement de fournir de la semence pour le marché du jardin », poursuit l’agriculteur.

La Bintje reste cependant une incontournable de la cuisine : « C’est la pomme de terre polyvalente, idéale pour le gratin, la purée et les frites. Son amidon reste stable et elle ne sucre pas trop en fin de saison. Et si certains lui reprochent d’éclater à la cuisson, c’est à cause de son taux de matière sèche élevé qui lui donne son goût si particulier qui se révèle encore plus en cuisson vapeur », explique Lamouric.

La Bintje a aussi son IGP Pomme de terre de Merville, dans le Nord-Pas-de-Calais. Aux Pays-Bas, son rendement lui a valu le qualificatif de Rijkmaker, tandis qu’en Allemagne, la Bintje s’est vue attribuer le « Kartoffel des Jahres » (pomme de terre de l’année 2012).

 


Source : paysan-breton.fr


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


© FreshPlaza.fr 2020

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)