« Je suis préparé au pire, mais j'espère le meilleur »

Brexit : qui supportera le coût ?

Le Royaume-Uni importe de nombreux légumes espagnols : épinards, laitue, brocoli, tomate, céleri, chou-fleur, et bien d'autres encore. Il achète également toutes sortes de fruits, principalement des agrumes, des fruits à noyau, etc.

« Les fruits et légumes espagnols ont une bonne réputation au Royaume-Uni, et il est intéressant de noter que ce marché est également prêt à payer pour des produits à valeur ajoutée », déclare José Miguel Flavián Erlac, de GM & Co, de Londres. Il ajoute que « la culture gastronomique du Royaume-Uni est particulière. Par rapport aux autres marchés européens, il y a une plus grande volonté d'accepter de nouvelles choses. Le consommateur britannique est éclectique et recherche une combinaison de fonctionnalité, de confort, d'innovation et de qualité supérieure ».

C'est aussi un consommateur prêt à payer plus cher pour des choses qu'il apprécie, comme le commerce équitable, la production locale, le bien-être des animaux, etc. Dans d'autres pays, le sceau biologique est apprécié, mais la plupart ne paieront pas plus cher pour d'autres attributs différenciateurs.

Mise en relation du consommateur avec le terrain au point de vente
« La stratégie commerciale du Royaume-Uni est différente de celle de l'Europe. Les supermarchés relient le consommateur au terrain dans les points de vente. Il y a une volonté d'expliquer le chemin parcouru par un produit depuis le milieu agricole jusqu'au consommateur final. Pour donner un exemple, dans une campagne britannique sur les asperges, les asperges poussaient de travers et, au lieu de les considérer comme impropres à la commercialisation et à l'importation d'autres pays, les chaînes ont placé des affiches expliquant la situation et la raison pour laquelle les asperges semblaient inhabituelles. Le résultat n'aurait pas pu être plus positif, car les clients, une fois informés, ont continué à acheter le produit », a déclaré Miguel Flavián.

Le Royaume-Uni pourrait conclure des accords avec le Maroc ou l'Égypte
« Nous parlons de Brexit depuis longtemps et nous en analysons les conséquences, mais nous devons relativiser. Le Brexit va changer radicalement les relations entre le Royaume-Uni et son principal fournisseur de fruits et légumes : l'Espagne. Non seulement le flux de fruits et légumes sera affecté, mais aussi celui d'un large éventail de produits européens, tels que la viande, le vin, le fromage, les yaourts, etc. »

Étant donné que le Royaume-Uni est en mesure de négocier des accords commerciaux avec des tiers depuis le 1er février, il existe un risque réel que le Maroc ou l'Égypte s'emparent d'une part de marché qui appartenait jusqu'à présent à l'Espagne. Ce sont des pays qui ont les mêmes produits et dont les campagnes se chevauchent, et donc une menace réelle pour l'agriculture espagnole. En outre, l'Espagne fait partie de l'Union européenne et ne peut pas négocier directement avec la Grande-Bretagne.

« Nos relations commerciales avec le Royaume-Uni ont été bonnes et stables, mais il pourrait être positif de minimiser notre dépendance vis-à-vis de ce pays, tout comme l'ont fait les Pays-Bas au cours de l'année écoulée, en se préparant au pire des scénarios possibles : un Brexit sans marché. La recherche de nouveaux marchés est une option, mais une autre consiste à trouver des produits uniques et plus haut de gamme, ou à fournir de nouvelles variétés, ou encore à se concentrer sur les produits de commodité, qui ne sont pas toujours beaucoup plus chers que les produits de base. »

Ces alternatives nous permettraient de garder une longueur d'avance sur une concurrence qui a moins de savoir-faire dans la culture ou la commercialisation de produits spéciaux.

Registre des sociétés espagnoles au Royaume-Uni
Une autre alternative promue par le gouvernement britannique est que les entreprises espagnoles établissent des bureaux ou travaillent avec des intermédiaires permanents sur le territoire britannique afin d'obtenir un enregistrement et accélérer ainsi le transit des marchandises et les procédures douanières.

Il est clair que le gouvernement britannique devra créer des infrastructures. Jusqu'à présent, le tunnel et les ferries circulaient sans problème, mais le rythme pourrait maintenant ralentir, ce qui entraînerait des retards dans les livraisons.

En outre, si les services financiers ou logistiques sont exclus des accords de libre-échange, il y aura un autre problème, car le commerce des fruits et légumes dépend de l'industrie auxiliaire et de ses services. Tout cela peut entraver le flux des transports. Pour donner un exemple simple, de nombreux camions peuvent avoir plus de difficultés à revenir avec des marchandises en provenance du Royaume-Uni, ce qui entraînerait des coûts plus élevés.

La période de transition durera jusqu'au 31 décembre 2020. « C'est une courte période, compte tenu de l'échelle économique du processus », déclare Miguel Flavián.


Miguel Flavián Erlac, directeur de GM&Co, s'est entretenu avec nous depuis Londres

Les quatre plus grands supermarchés britanniques ont cessé de croître
Selon GM & Co, l'application des droits de douane à la plupart des produits ne peut être absorbée exclusivement par la chaîne de production et de distribution, et le consommateur britannique paiera plus ou consommera moins.

« L'économie est déjà affectée par le manque de confiance actuel. Les gens dépensent moins, donc le marché de la consommation stagne. Les quatre grands supermarchés britanniques (Sainsbury's, Tesco, Morrison, Asda) ont cessé de croître l'année dernière », rapporte Miguel Flavián, qui précise que « le gouvernement britannique met en garde contre le risque d'un « no-deal ». C'est le pire des scénarios possibles, mais nous devons nous y préparer ». Comme l'a dit Benjamin Disraeli, je suis préparé au pire, mais j'espère le meilleur ».

GM & Co, The Food Knowledge Company, offre des conseils sur le marché des fruits et légumes au Royaume-Uni aux pépinières, aux producteurs agricoles, aux fabricants, aux spécialistes des tendances, aux spécialistes du marketing, etc.

Pour plus d'informations : 
José Miguel Flavián Erlac, directeur
GM&Co, The Food Knowledge Company
hello@gmandco.com 
www.gmandco.com  


Date de publication:
©



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


© FreshPlaza.fr 2020

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)