« Nous devons nous unir, sinon nous devrons délocaliser la production »

« Avec nos 110 hectares d'artichauts, de la variété Romanesco G1, nous sommes une référence en Sicile », rapporte Giuseppe Scudera, jeune entrepreneur d'une société de la plaine de Gela (CL). 


Giuseppe Scudera

L'Italie et la France sont les marchés de référence
« Après l'université, j'ai repris la direction de l'entreprise familiale en me concentrant sur l'amélioration de la qualité et l'efficacité de la transformation. J'ai non seulement essayé d'améliorer l'entreprise, mais j'ai également obtenu la certification GlobalGAP, qui est utile pour nos relations avec les chaînes de magasins italiennes et étrangères, en particulier en France ».



« Les artichauts restent notre activité principale, mais nous possédons également 30 hectares de melons ».

« Cette année, nous allons également introduire une variété de mini-pastèques grâce à un accord avec une marque nationale bien connue. Il y a également 11 hectares de choux sur le territoire de Gela et une serre de 8 hectares à Santo Pietro (CT) dédiée aux poivrons. Notre usine de transformation s'étend sur plus de 500 m² ».

Le regroupement pour éviter la délocalisation 
« Au cours des dernières années, nous avons assisté à une régression progressive du secteur des produits frais, qui dépend selon moi de problèmes structurels difficiles à résoudre. Nous sommes situés dans une position marginale par rapport aux principaux marchés européens, ce qui rend la logistique plus difficile. Il n'y a pas de vision stratégique et, la plupart du temps, les investissements de l'UE ont tendance à favoriser les grands producteurs au détriment des petites et moyennes entreprises. Nous devons nous unir, sinon nous serons dans l'obligation de délocaliser la production ». 

« De plus, la concurrence étrangère n'est pas toujours équitable et les clauses de sauvegarde ne semblent pas fonctionner. Nous assistons parfois à des violations flagrantes des règles qui, par exemple, interdisent l'entrée d'artichauts tunisiens et égyptiens. Pourtant, cela arrive, et le produit tunisien peut sembler italien et il reste plus frais en raison de la distance plus courte ».

« Sans parler des résidus de produits phytosanitaires, car les seuils ne sont jamais respectés comme c'est le cas en Italie. La vérité est que l'on parle beaucoup de la valeur ajoutée des produits italiens, mais l'Italie elle-même est encore trop axée sur les politiques de prix ».

Pour plus d'informations : 
Golden Fruit
Via Giulio Cesare
93012 Gela (CL)
Tél. : +39 3491095839
Fax : +39 0933822453
g.scudera@gmail.com 
www.goldenfruitscudera.com 


Date de publication:
©



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


© FreshPlaza.fr 2020

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)