Les chercheurs européens appellent à une meilleure comparaison entre le biologique et le conventionnel

Des chercheurs français, danois et suédois ont déclaré qu'il fallait un meilleur système pour comparer les systèmes de production conventionnels et biologiques, qui tienne compte non seulement des différences de rendement des cultures, mais aussi des impacts environnementaux des différents systèmes.

Selon les trois scientifiques, la méthode d'analyse la plus largement utilisée a souvent tendance à négliger des facteurs vitaux tels que la biodiversité, la qualité des sols, l'impact des pesticides et les changements sociétaux, et ces négligences peuvent conduire à des conclusions erronées sur les mérites de l'agriculture intensive et biologique. La méthode la plus courante pour évaluer les impacts environnementaux de l'agriculture et de l'alimentation est l'analyse du cycle de vie (ACV), mais la mise en œuvre de nombreuses ACV est trop simpliste et ne tient pas compte des avantages de l'agriculture biologique.

« Nous craignons que l'ACV ne donne une image trop étroite et nous risquons de prendre de mauvaises décisions sur le plan politique et social. Lorsque l'on compare l'agriculture biologique et l'agriculture intensive, il y a des effets plus larges que l'approche actuelle ne prend pas suffisamment en compte », a déclaré Hayo van der Werf, de l'Institut national français de recherche agricole.

« Notre analyse montre que les études actuelles d'ACV tiennent rarement compte de la biodiversité, et par conséquent, elles passent généralement à côté de l'avantage plus large de l'agriculture biologique », a ajouté Marie Trydeman Knudsen de l'université d'Aarhus, au Danemark. « Des études antérieures ont déjà montré que les champs biologiques soutiennent des niveaux de biodiversité environ 30 % plus élevés que les champs conventionnels ».

L'utilisation des pesticides est un autre facteur qui doit être pris en considération. Les auteurs du rapport affirment qu'entre 1990 et 2015, l'utilisation de pesticides dans le monde a augmenté de 73 % et que si les résidus de pesticides dans le sol, l'eau et les aliments peuvent être nocifs, peu d'études d'ACV tiennent compte de ces effets.


Source : hortnews.com


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


© FreshPlaza.fr 2020

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)