Marc Grosser, DRH Auchan Retail, annonce que de « nouvelles organisations » sortiront de cette crise

Interviewé par LSA, Marc Grosser, DRH d’Auchan Retail, a fait le point sur la situation de l’entreprise alors que sévit la crise liée au Covid-19.

Il a annoncé quelques mesures mises en place afin de protéger les employés de l’entreprise qui jouent « un rôle qui est presque de l’ordre du service public », comme les gestes barrières, des vitres de protection en plexiglas aux caisses, des gants, ou encore des filtrages à l’entrée des magasins. « Nous avons aussi distribué des masques restant de l’épidémie d'H1N1 pour fournir en priorité les équipes les plus exposées », précise-t-il. « L’ensemble de ces mesures s’applique à nos différents formats. Concernant les franchisés, même s’ils restent les dirigeants de leur activité, nous recommandons d’adopter les mêmes mesures. »

En ce qui concerne la frénésie d’achat, si les hypermarchés ont connu une forte affluence jusqu’au 23 mars, de l’ordre de + 30 à 40 % d’activité, ce sont aujourd’hui les supermarchés et les magasins de proximité qui sont le plus fréquentés. « Le plus compliqué pour nous est de prévoir l’activité. Dès que le confinement se durcit, cela engendre des frénésies d’achat, c’est à ce moment-là que notre activité se complique vraiment ».

Beaucoup des employés sont aux abonnés absents, entre 7 % et 45 % dans tous les pays où le groupe est présent. En France, la moyenne est comprise entre 20 et 30 %, avec de fortes disparités entre les régions, l’Ile-de-France en tête. « Dans cette région, beaucoup de nos collaborateurs prennent les transports en commun pour venir. Avec le rythme ralenti, cela complique les déplacements », précise le DRH. « Je note par ailleurs un formidable engagement de nos collaborateurs à tout faire pour continuer à nourrir les habitants. Je suis impressionné par cette mobilisation dans tous nos pays. C’est la raison pour laquelle nous avons été, en France par exemple, les premiers de la profession à annoncer le versement d’une prime exceptionnelle de 1 000 euros ».

Afin de répondre aux besoins de l’entreprise concernant les effectifs, une entraide s’est faite au sein des magasins Auchan. « Nous étudions également la possibilité de recourir ponctuellement à nos cousins que sont Décathlon ou Leroy Merlin si nous avons besoin ».

Concernant les mesures avancées par le ministère du Travail (semaine de 60 heures, chômage partiel, travail de nuit assoupli…), il répond que « c’est important d’avoir de la souplesse dans des circonstances si exceptionnelles. Nous finissons d’étudier les ordonnances qui viennent d’être publiées. La clé est évidemment le volontariat pour que l’organisation mise en place fonctionne bien ». Il explique aussi finaliser la projection des activités du mois d’avril en France pour voir comment mettre en place le chômage partiel au siège. « Pour l’instant, le télétravail est la règle pour ces 4 000 collaborateurs, cela fonctionne très bien, avec une activité dense. Nous l'avons mis en place tôt, d'autant plus que nous avons eu un cas en interne. Nous avons de bons outils pour les réunions, nous faisons beaucoup de visioconférences. On se rend compte que cette organisation fonctionne plutôt bien, évite les retards, permet des réunions plus courtes et efficaces… Nous travaillons beaucoup, on a toujours des recrutements en cours, on met en place beaucoup de e-learning pour continuer les formations, nous prenons aussi le temps de repenser nos priorités, les sujets de fonds, de voir les produits les plus achetés pendant la crise pour réajuster aussi nos gammes dans le futur… Je pense qu’il sortira de cette situation de nouvelles organisations qui continueront, même après la crise ».

Le groupe a dû faire face à quelques cas de personnes contaminées : « A chaque fois, nous les avons identifiés rapidement ainsi que leurs collègues les plus proches. Ils ont été isolés et soignés ou mis en quatorzaine ». Il précise aussi que les bonnes pratiques dépendent des réglementations de chaque pays : « Côté bonnes pratiques, Taïwan est selon moi le pays le plus en avance. La population a l’habitude de porter un masque, le contrôle avec des thermomètres frontaux est déjà en place dans les magasins… Mais la règle d’or est d’abord de s’adapter au local. Bien sûr, on échange beaucoup avec les DRH de chaque pays. Pour autant, répliquer les mesures n’est pas toujours évident : on partage les bonnes pratiques et on adapte ce qui fait du sens localement ».



Source : lsa-conso.fr


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


© FreshPlaza.fr 2020

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)