Espagne : Almeria cède sous la pression du coronavirus

Pas moins de 150 000 personnes doivent se rendre chaque jour au travail dans la région espagnole d'Almeria, spécialisée dans les légumes de serre. Mais depuis le 14 mars, les voitures ne peuvent être occupées que par deux personnes et les camionnettes et les bus ne peuvent être remplis qu'à moitié. Tout cela pour contenir le virus COVID-19. Pour la même raison, les restaurants sont fermés et le tourisme est au point mort. Le « potager européen » est maintenant aux prises avec des chiffres de vente stagnants, un marché local qui ne fonctionne pas bien et une absence considérable sur les lieux de travail. Les coups les plus durs, cependant, se situent actuellement dans le secteur des fleurs et des plantes. De nombreuses fleurs de printemps sont produites dans le pays.


Une photo d'Almeria, en Espagne, région où sont concentrés plus de 60 % des serres horticoles espagnoles : environ 31 300 ha. Les producteurs exportent plus de 70 % de leur production.

Mesures d'hygiène
« Les producteurs font de leur mieux en ce moment et le gouvernement a également mené des campagnes pour les remercier de maintenir les stocks de nourriture à jour. Comme dans d'autres pays européens, l'approvisionnement alimentaire est d'une importance vitale », déclare Jan van de Blom, de la coopérative Coexphal.

« D'une part, le travail continue et les employés peuvent se rendre à la serre et faire leur travail. Pour autant qu'ils respectent les règles de distance et d'hygiène, les conseillers et les fournisseurs peuvent toujours entrer dans les serres, car ce sont des professions essentielles pour que l'industrie continue de fonctionner. Et en raison de la forte pression virale à laquelle les producteurs sont généralement confrontés, le secteur horticole est habitué à des mesures d'hygiène strictes. Les cultivateurs savent comment traiter les virus des plantes et étendent ces mesures au virus COVID-19. Ils sont bien préparés et réfléchissent sérieusement à la manière d'éviter la contamination », déclare Jan. 

Les serres sont équipées d'affiches informatives en six langues afin d'informer également les travailleurs internationaux sur les règles d'hygiène, les mesures régulières de la température et les symptômes reconnaissables. L'accent est mis sur le lavage des mains : comment, pourquoi et à quelle fréquence. Des gels désinfectants sont placés dans les stations d'emballage et les travailleurs portent des gants si nécessaire. « La distanciation sociale dans la serre n'est pas non plus le problème, car ils travaillent souvent loin les uns des autres ». 

Transport
Le transport des employés vers et depuis les serres constitue toutefois un problème plus important. Malgré le fait que le virus lui-même ne soit pas très présent à Almeria, les conséquences, elles, se voient. En raison de l'état d'urgence déclaré, il n'est actuellement pas autorisé de s'asseoir avec plus de 2 personnes dans une voiture ordinaire, dans un van avec plus de 3 personnes, et les bus ne sont autorisés à remplir que 50 % de leur capacité. « Les bus qui transportaient normalement les enfants à l'école sont maintenant utilisés pour le transport de et vers les serres », explique Jan, « mais à Almería, 150 000 personnes doivent aller travailler chaque jour, ce qui n'est pas possible de nos jours ». Actuellement, entre 10 et 30 % des employés des serres et des stations d'emballage ne peuvent pas aller travailler, estime l'organisation.

Luttes sur le marché
Il y a aussi des difficultés à vendre les produits. Almeria est un important marché d'exportation et approvisionne une grande partie de l'Europe en denrées alimentaires. Au début, les commandes semblaient se poursuivre, mais maintenant que l'industrie hôtelière et le tourisme dans toute l'Europe stagnent et que les actions de stockage des consommateurs de tout le continent semblent également diminuer, on constate une stagnation considérable des exportations et des annulations de commandes. « Nous constatons la même évolution sur le marché national. Alors qu'au départ, la demande était élevée parce que les gens décidaient de faire des réserves et parce qu'ils consomment souvent plus à la maison que lorsqu'ils sortent dîner, elle s'est également arrêtée. La saison espagnole dure encore deux mois ici et il semblait que le prix de la saison était largement déterminé, mais maintenant les ventes ont été sévèrement perturbées. Il est important pour notre région que le transport des marchandises se poursuive et que les frontières restent ouvertes », déclare Jan, « ce produit continue à être transporté en France, par exemple ».

Plantes en pot 
En Espagne aussi, cependant, les coups les plus durs sont actuellement portés au secteur des fleurs et des plantes. De nombreuses fleurs de printemps sont produites dans le pays. « Aux Pays-Bas, il est beaucoup plus difficile de faire fleurir les fleurs, même en utilisant de la lumière artificielle », explique Jan, « ces plantes trouvent des conditions de croissance idéales à Almería. L'hibiscus et le dipladenia, par exemple. Mais le marché s'est complètement effondré ».

Au total, la région compte environ 500 hectares de culture de plantes ornementales, principalement des plantes en pot. Tout comme dans le secteur de l'horticulture alimentaire, le caractère des entreprises est très différent : des petites entreprises où le travail est principalement effectué par la famille, aux grands conglomérats de plusieurs dizaines d'hectares. Certaines alternent la culture de plantes en pot avec celle de poivrons, tomates, aubergines, etc. à partir de semences en été.

Cependant, une chose est certaine : de nombreuses fleurs et plantes sont normalement vendues aux alentours de Pâques et de la fête des mères, et de nombreuses jardineries qui avaient normalement de nombreux clients au printemps sont maintenant fermées. « Les producteurs perdent 70 % de leur chiffre d'affaires annuel au cours de ces deux ou trois mois. Un certain nombre de gros producteurs ont des réserves, mais les petits producteurs en ont moins ». La question est maintenant de savoir s'il y aura un soutien gouvernemental ou un plan d'urgence. « Nous devrons attendre et voir. Des réglementations européennes sont nécessaires pour les aides gouvernementales, car il est interdit de fournir une aide à une industrie particulière. Cependant, beaucoup de personnes en Espagne ont besoin d'aide en ce moment ».


Date de publication:
©



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


© FreshPlaza.fr 2020

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)